Famille de Scey-Montbéliard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Famille de Scey-Montbéliard
Image illustrative de l’article Famille de Scey-Montbéliard
Armes

Blasonnement De sable au lion d'or couronné du même, armé et lampassé de gueules, accompagné de 9 croisettes recroisettées au pied fiché d'or
Période XIIIe siècle - XXIe siècle
Pays ou province d’origine Franche-Comté
Allégeance Duché de Bourgogne
Maison de Habsbourg
Drapeau de l'Espagne Espagne
Drapeau de la France France
Demeures Château de Scey
Château de Buthiers
Charges Député du Doubs
Préfet du Doubs
Fonctions militaires Lieutenant général
Fonctions ecclésiastiques Abbé, aumônier du roi
Récompenses militaires Commandeur de Saint-Louis
Preuves de noblesse
Admis aux honneurs de la Cour 1750, 1762

La famille de Scey-Montbéliard est une famille subsistante de la noblesse française, originaire de Franche-Comté.

Origines[modifier | modifier le code]

Attelle, vivante en 937, aurait été bénéficiaire à titre précaire de terres pour ses deux fils, de la part de l'archevêque de Besançon[1], terres situées à Fontiniacum, probablement Frasne-le-Château, à charge de les rendre à Gerfroy, archevêque de Besançon, après le décès du dernier de ses deux fils. Cette clause ne fut pas respectée, et les descendants d'Attelle gardèrent les terres et se qualifièrent de « sire de Scey »[1].

Pierre de Scey fut témoin en 1166 avec les ducs de Lorraine et de Bohême, les comtes de Bourgogne, de Nassau et autres princes, de la donation faite par l'emperereur Frédéric Barberousse à Odo de Champagne. Il avait épousé avant 1154 Bonne de Montfaucon, dame héritière de Montbéliard, fille d'Amédée II de Montfaucon.

Aux XIIe, XIIIe et XIVe siècles, cette famille occupait un rang important en Franche-Comté. Elle possédait une grande partie des montagnes du bailliage d'Ornans. Ses membres firent des fondations en faveur de l'abbaye Notre-Dame de Billon et du prieuré de Mouthier-Haute-Pierre.

À la fin du XIIIe siècle, le comte de Bourgogne Philippe V le Long, pour une raison inconnue, les força à se soumettre et ils durent se séparer d'un grand nombre de leurs possessions[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Château de Scey
Château de Buthiers

Le début de la filiation suivie de cette famille diffère selon les auteurs. Henri Jougla de Morenas accepte une filiation suivie remontant jusqu'en 1090. La famille de Scey aurait hérité de la seigneurie de Montbéliard quand Pierre, seigneur de Scey, épousa avant 1154 Bonne de Montfaucon, fille d'Amédée II de Montfaucon et d’Agnès de Montbéliard[2]. Selon Régis Valette, la filiation prouvée ne commence qu'en 1449[3].

La famille de Scey se divisa en quatre branches[1] :

Elle donna 15 chevaliers de Saint-Georges[4] et fut reçue aux Honneurs de la Cour en 1750 et 1762.

Le château de Scey, appelé aujourd'hui « castel Saint-Denis », à Scey-Maisières, est aujourd'hui en ruines.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Titres[modifier | modifier le code]

  • Marquis de la Minglane (Italie) par lettres patentes de 1647[5] (titre éteint)
  • Baron de Chevroz
  • Comte de Scey par lettres patentes de Philippe IV en 1649[5]
  • Comte de Scey-Montbéliard par lettres patentes de 1679[5]

Armes[modifier | modifier le code]

  • De vair plain (armes primitives)
  • De sable au lion d'or couronné du même, armé et lampassé de gueules, accompagné de 9 croisettes recroisettées au pied fiché d'or (armes modernes)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i Nicolas Antoine Labbey de Billy, Histoire de l'Université du Comté de Bourgogne, volume 2, 1815, pages 66 à 88
  2. Henri Jougla de Morenas, Grand Armorial de France, tome 6, p.188
  3. Régis Valette, Catalogue de la noblesse française, éd. Robert Laffont, 2007, p.175
  4. Louis de La Roque, Bulletin de la Société héraldique et généalogique de France, 1886, page 420
  5. a b c et d E. de Séréville & F. de Saint-Simon, Dictionnaire de la Noblesse Française, 1975, page 910

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Antoine Labbey de Billy, Histoire de l'Université du Comté de Bourgogne et des différens sujets qui l'ont honorée, vol. 2, Besançon, C.F. Mourgeon, , p. 67 à 89
  • Jean-Baptiste Guillaume, Histoire généalogique des sires de Salins au comté de Bourgogne, Besançon, Jean-Antoine, , p. 179 à 219
  • François Ignace Dunod de Charnage, Mémoires pour servir à l'histoire du comté de Bourgogne, vol. 2, Besançon, Jean-Baptiste Charmet, , p. 211 à 220

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]