Famille de Quarré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Maison de Quarré est une famille noble de Bourgogne qui selon Palliot et son continuateur a donné dans ses différentes branches: 3 Croisés en 1190; 13 sénateurs au Parlement de Dijon, dont 4 avocats-Généraux, 2 Procureurs-Généraux et les autres Conseillers, et différents religieux. Elle acquis des terres et des charges importantes, elle rendit des services notables aux ducs de Bourgogne et aux rois de France. Bon nombre de ses membres ont embrassé la carrière des armes.

Historique[modifier | modifier le code]

Au XIIe siècle le Fief de Quarré; Quarreiâ appartenait à une famille de ce nom. Mouvant dès ce siècle de la baronnie de la forteresse de Chastellux. Les premiers connus sont Arlérius de Quarré qui en 1190, aux côtés de plusieurs seigneurs de Bourgogne se rendent à Vézelay pour y répondre à l'appel du roi de France: Philippe-Auguste et du roi Richard Ier d'Angleterre, ligués pour délivrer les Saints-Lieux[1].La même année, Arlérius de Quarré de Quarreiâ du consentement de son épouse: Alix, lègue une moitié du bois de Chazan, à Trinquelin, divers droits d'usage et de pacage dans toute sa terre, tant pour les porcs que pour toute autre espèce d'animaux à l'Abbaye de Reigny, avant de se croiser. Arlérius fera confirmer cette concession par Hugues de Chastellux, dont il tenait toutes ces choses en fief.

Agnès de Quarré sa sœur, femme de Robert de Sermiselles, fit aussi du consentement de Pétronille de Villarnoult, leur mère, pour le remède de son âme, donation d'un plein usage dans ses pastures et pacage de Quarré à la même abbaye de Reigny ce qui fut ratifié par Hugues de Chastellux.

Guillaume de Quarré, Robert de Quarré, Guy de Quarré et Jean de Quarré, moins bienfaisants que leur père Arlérius, inquiétèrent les moines pour une partie du Bois de Chazan et celui de Vau-Marin; mais ils renoncèrent en 1236, à leurs injustes prétentions. Henri de Quarré et André de Quarré approuvèrent cet abandon en 1245, en présence de Guy de Vergy, évêque d'Autun. André de Quarré légua à l'Abbaye de Reigny, en 1249 un bois au finage de Trinclin et fit ratifier ce don par Artaud III de Chastellux[2].

Isabelle de Quarré épousa André Ratault, chevalier, fils d'Aimo, auquel elle porta une partie de cette terre de Quarré. Elle eut de lui une fille, nommée Alix qui fut mariée à Guillaume de Villers, écuyer. Celui-ci reprit de fief en 1324.

En 1298, Eudes de Roussillon, couche dans son testament Johanni de Quarrées et Isabelle de Quarrées, ses vassaux, qui reçoivent chacun 10 livres dijonnaises[3].Ce Jean de Quarré avait l'année 1297 céda au Monastère de Reigny, le Bois appelé: La Côte-de-Mon-Juin avec la justice totale.

Agnès de Quarré, fille de Jean de Quarré, s'unit à Jean de Poussains, qui donna en son nom le mardi de la Pentecôte 1333, dénombrement à Simone de Chastellux, pour tout ce qu'il tenait d'elle en fief-lige et pour la moitié des grosses dîmes de la paroisse, à savoir: à Quarré, Quarriot, Pierre-Aube, Champlois, les Chaignes, Montgaudier... et généralement en toutes villes, terrages et appartenances de la paroisse, excepté Bousson, Montmarin, Nemois.

  • Mangeot Quarré, sergent en 1562[4].
  • Cyprienne de Quarrey, est l'épouse de Jean de Gorrelier ou Gourelier, vers 1570[5]
  • Antoine Quarré, époux de X de Marcheseuil, fille de Louis de Marcheseuil, Seigneur de Varolles, qui laisse son fief à son gendre en 1628[6].
  • Pierre Mathieu Quarré, Sieur de Charnay et de Sommant en partie, marié le à Madeleine Nicole[7].
  • Laurent Quarré, Notaire Royal à la Résidence de Blain-lès-Roussillon. Il enregistre le , le testament de Nicolas de Chaugy, Comte de Roussillon[8].
  • Quarré de Dracy, (décédé vers 1784), épouse Madeleine Bernard de Blancey, qui lui apporte 40 000 livres de dot[9].Elle se remaria avec Pierre Octave Cottin de La Barre
  • Pierre Mathieu Quarré, lieutenant au Régiment d'Aquitaine, sieur de Charnay épouse en 2e noces : Françoise Rabyot qui lui donne Christine Césarine Quarré qui épousera N; de Comeau. Ils auront 2 fils. Pierre a construit la belle maison près du portail de l'église avec des serres riches en plantes exotiques à Sommant.(1789)[10]

Selon François-Alexandre de la Chenaye-Aubert:

I - Le premier connu par filiation suivie est Huguenin Quarré qui servit en Flandres en 1302, lorsque Robert s'associa avec Philippe le Bel. Il parut dans les guerres civiles qu'Eudes IV de Bourgogne fit contre le Marquis de Bade. Il épousa Guillemette de Maupertuis, fille de Jean de Maupertuis, écuyer. Ils eurent:

II - Jean I Quarré, premier du nom, franc d'armes, qui rendit de très grands services à Philippe le Hardi, Duc de Bourgogne. Il était à la Bataille qu'Édouard III d'Angleterre gagna sur les français le ; il participa aux campagnes contre Henri de Montfaucon, comte de Montbéliard, en 1363; fut au siège de La Rochelle, prise aux Anglais en 1372, aux campagnes faites par le Duc de Lancastre et de Bretagne, à celle contre le Roi de Navarre, que le Duc Philippe V fit par ordre du Roi Charles V. Il épousa une Demoiselle du Comté de Bourgogne, répondant au nom de Marguerit et qui portait pour armes:« De sinople, à trois marguerites d'or ». De cette union naquirent:

III - Jean II Quarré, Second du nom, Sommelier du Duc de Bourgogne: Jean sans Peur, suivant un titre enregistré en 1412, au mois d'avril, après Pâques. Ce Duc le confirma dans sa noblesse et le fit Chevalier, à cause de 15 campagnes de guerre qu'il fit avec lui, tant au pays de Liège qu'à la Bataille de Nicopolis en 1397, où il fut fait prisonnier avec son maître et racheté par lui. Le même Prince, suivant un titre de 1416, lui donna le Fief de La Mothe d'Argilly et ordonna à son grand Gruyer de lui laisser prendre dans la forêt d'Argilly tous les bois qu'il lui faudra pour bâtir sa maison de La Motte. Il épousa Guillemette de Château-Regnault, d'une Famille noble et d'ancienne extraction qui lui donna:

IV - Pierre Ier Quarré de Château-Regnault, Premier du nom, Seigneur de La Palu et de Maison-Rouge, marié le , à Jeanne d'Aligny, seconde fille de Jean d'Aligny, d'une famille qui portait pour armes:« D'azur, à la fleur de lys, brisée de gueules » de cette union naquirent: Pierre qui suit; 2- Pierre-Edouard[11], ou Edouard Ier, Chevalier, Seigneur de Château-Regnault, baron d'Alligny, lieutenant en la Chancellerie d'Autun, époux de Marie de Cerveau qui lui donnera trois héritiers: - 1. Charles, Celse, Guillaume seigneur de Verneuil.auteur de la branche de Millery-lès-Dracy dans l'Autunois qui s'est continuée par quatre générations dans le service, en qualité de Capitaine de Cavalerie et d'Infanterie et s'est éteinte dans les personnes de: Charles Quarré, Capitaine au Régiment de Conty, de Jacques Quarré, Prieur de Montréal et de Françoise Quarré, leur sœur, épouse de Roger de Franay, Baron de Moncauny et Seigneur d'Ebaugy. Cette branche s'est alliée aux Maisons de : Marchefeuil, Châteauvert, Druy, Vingle. On trouve aussi N. Quarré qui fait l'acquisition du Fief de Verneuil en 1714 de Claude Henri Rémond, et que son fils Dominique Quarrérevend le , à Jean-Baptiste de Montcriff originaire d'une famille écossaise[12].

V - Pierre II Quarré de Château-Regnault, Second du nom. Passa dans plusieurs charges militaires et épousa: Philiberte de Moroge dont il eut: -1. Claude Quarré de Château-Regnault, qui suit - 2.Bénigne-Antoine Quarré de Château-Regnault, Seigneur de Bois-Février, Capitaine d'une Compagnie de 200 Arquebusiers Bourguignons, par Commission du Duc d'Alençon, frère du Roi. Il mourut sans postérité de son union avec Marie de Vienne. -3.Jacques Quarré de Château-Regnault, mort à Bruxelles, sans postérité. Il est représenté dans un magnifique tableau de tournois, fait à l'entrée de Don Philippe dans les Pays-Bas[13].

VI - Claude Quarré de Château-Regnault, Seigneur de Château-Regnault, dans la Bresse Chalonnoise, terre qui avait appartenu à ses père et aïeul et qu'il ne faut pas confondre avec Château-Regnault, qui était la terre et le nom de sa bisaïeule et qui est un château, situé sur la Meuse, près de Sedan. Il épousa Marguerite de Malain fille de Gurry et nièce de Odot de Malain, Seigneur et Baron de Lux qui descendait de René de Malain frère de Gérard, un des grands hommes de guerre de son temps dont parle Goulu dans ses Mémoires. Il était issu d'Edme de Malain, Baron de Lux, Lieutenant-Général pour le Roi en Bourgogne, ainsi que Guillaume de Malin, Bailli de la Morée, Commandeur de Pont-Aubert et inhumé à Dijon dans l'église des Pères Cordeliers. Claude Quarré eut de son mariage: -1. François qui suit; - 2.Philibert Ier Quarré, Premier du nom, Seigneur de Loisy, marié à Jeanne de la Perrière, dont : Philibert II Quarré, assassiné et brûlé sans laisser de postérité dans son château de Loisy, par plusieurs personnes nommées dans l'Arrêt du Parlement de Dijon de 1565, qui les condamne à différents genres de mort.

VII - François Quarré de Château-Regnault, Capitaine d'une Compagnie de Chevau-Légers sous le règne d'Henri II, Baron d'Aligny. Il fut marié deux fois; sa première épouse:Jeanne de Boucanson qui lui donna trois fils: -1.Philibert, seigneur de Loisy; -2. Claude, Seigneur de Château-Regnault; - 3. Jacques, Seigneur de Lugny[14]. Il convola en secondes noces par acte du avec: Claude Berbis, fille de Philibert Berbis, Conseiller au Parlement de Dijon et de Claude Le Lièvre. Du second lit: -4.Pierre qui suit et -5.Jean rapporté après son frère; -6. Marguerite; -7. Odette.

VIII - Pierre Quarré, Voyant Dijon infesté d'une rébellion générale, il ne voulut point quitter la ville et opposa son exemple ses remontrances et ses intrigues au torrent impétueux des révoltés. Son zèle ne fit qu'aigrir les esprits factieux et il fut longtemps détenu au Château de Dijon. Sa branche postérité s'est éteinte, après s'être alliée aux: Brulart, Berbis, Baillet, Sayve, Jacob et autres du Parlement de Dijon.

VIII - Jean Quarré de Château-Regnault, son frère, refusa l'entrée de la Ville de Dijon au Duc de Mayenne, Chef des Ligueurs et il battit à la tête de la Compagnie du Sieur Baillet-de-Vaugrenan, son oncle, le Régiment de Thenissey, au bourg de Nolay en Bourgogne. Il y fut pris une cassette qui développa les intrigues de Philippe II d'Espagne et occasionna le raccommodement du Duc de Mayenne ménagé par Pierre Jeannin avec Henri IV. Le dit Jean Quarré remonta sur les fleurs de lys, ayant eu la charge de Nicolas Berbis, son oncle maternel, fut député de son corps, en 1602, auprès d'Henri IV, pour leur gages et les obtint. Il fut encore dans l'affaire de Mangoneau, premier huissier maltraité par M. Biron, Gouverneur de Bourgogne et il s'entira à l'avantage du Parlement, sans encourir la haine de ce seigneur, tant son éloquence était persuasive et sa probité généralement reconnue. Pierre Taysan dans son Histoire des Jurisconsultes, nouvelle édition, imprimée à Paris chez Prault à l'article de Gaspard Quarré d'Aligny, son fils, détaille tous ces faits. Jean Quarré de Château-Regnault épousa Demoiselle Marcelois de Langlois, fille d'Hugues, Conseiller d’État à la République de Genève et de Catherine Sayve, issue des Comtes de La Motte, Barons de Thil en Bourgogne. Il en eut plusieurs enfants qui se sont tous distingués:

1 - Jacques Quarré, Seigneur de Réglois, Capitaine de Cavalerie au Régiment de Genlis. Officier déterminé il fit quelques campagnes sur mer. Il avait épousé Mademoiselle de Ressenve dont il eut trois fils: - 1. Gaspard, Capitaine au Régiment de Vendy; -2. Charles, Chanoine de la Sainte-Chapelle de Dijon; - 3.Philibert, Capitaine d'Infanterie. Cette branche s'est éteinte.

2 - Étienne Quarré, dit : Le Chevalier de Quarré, qui fit toutes ses campagnes depuis 1621 jusqu'en 1654, fut trois fois Aide-de-Camp au siège de la ville de Verue, commanda la Compagnie de Carabins du Prince de Condé au siège de Dole; fut fait Major du Régiment de Cavalerie du Sieur de La Motte, ensuite Aide-de-Camp en Languedoc, pour agir contre Monsieur de Rohan et dans l'Allemagne et la Champagne. Cette charge lui fut continuée sous MM du Hallier et de Châtillon. Il se signala à la Bataille de Lens, auprès du Prince de Condé et dans une autre campagne, sous Henri de Bourbon, père de ce Prince; eut un brevet pour avoir pris Beaufort, Lieutenant-Général du Duc de Rohan, se distingua aux États de Bourgogne, transférés à Noyers dans un temps critique, où il parla en patriote et résista en face du Duc d'Epernon. Ce chevalier fut en relation avec la plupart des Princes et généraux de son temps, très considéré du Grand Condé et du père de ce Prince qui l'honorèrent de plusieurs lettres. Il était Maître-de-Camp de Cavalerie lorsqu'il décéda, il fut inhumé à Alligny-en-Morvan. Il est l'auteur d'un Traité de Fortifications, dont le Maréchal de Vauban fit un si grand cas, qu'il en garda le manuscrit;

3 - François Quarré, Grand Prieur de l'Abbaye de Saint-Bénigme de Dijon et Prieur de Saint-Florentin. Il eut des conférences à Dijon avec la Reine Anne d'Autriche, pour la réforme de cette communauté.

4 - Jacques Quarré Seigneur de La Roche, Lieutenant de Vaisseau du Roi, tué sur mer à la veille d'être fait Capitaine.

5 - Pierre Quarré, décédé à Naples d'un coup de mousquetade;

6. Gaspard qui suit.

IX - Gaspard Quarré d'Aligny, seigneur d'Alligny-en-Morvan, de Gouloux, né à Dijon le , dont on trouve la vie parmi celles des plus célèbres Jurisconsultes, par M. de Taysan, p. 469. Il embrassa d'abord dit cet écrivain, la profession des armes et commanda pendant deux campagnes seulement, la Compagnie des Carabins d'Henri de Bourbon, Prince de Condé; ce fut à la tête de cette compagnie, que par une entreprise également heureuse et hardie, il se rendit maître d'Arintho et du château de Crèvecœur. En 1640, il découvre au fond du ravin qui sépare les hameaux de la Place et des Guttes-Bonin dans son fief d'Alligny, une mine de plomb argentifère. Il la fit exploiter sans succès, retirant pour une dépense de 1200 livres, qu'un lingot d'argent de 150 écus[15]. Mais on érudition et sa connaissance exacte du Droit portèrent: Pierre de Saintonge, son parent et son ami à lui remettre la charge d'Avocat-Général au Parlement de Dijon, il y fut reçu avec applaudissement le . On a des preuves de sa grande capacité et de son jugement solide, de la vivacité de son esprit pénétrant, de son intégrité et de son exactitude sans égale à remplir tous les devoirs d'un parfait Magistrat, dans ses Harangues et ses Conclusions, imprimées in-4°, à Paris en 1658. Louis XIV, pour marquer l'estime particulière qu'il faisait de son mérite, l'honora de la dignité de Conseiller d’État, avec une pension de 1200 livres. Les Lettres en furent expédiées le . Il décéda le laissant de Marguerite Perrault de la Serre, son épouse, issue d'une des plus anciennes Noblesses du Charolais: 1 - Pierre qui suit; -

2 - François, rapporté après la postérité de son aîné; -

3 - Étienne, Chevalier de Justice dans l'Ordre de Malte en 1666, Profès en 1692. Le Grand-Maître l'honora de la dignité de Procureur-Général de l'Ordre dans le Grand Prieuré de Champagne. Il avait servi dans les Mousquetaires et se distingua à la Bataille de Cassel, eut Commission du Grand-Maître pour faire la visite des Commanderies et pour donner ordre au gouvernement des biens en 1698. Il décéda en 1702; -

4 - Une fille morte Abbesse de Notre-Dame d'Etard; -

5 - une autre fille décédée à l'âge de 90 ans.

X - Pierre Quarré d'Aligny, Fait Comte d'Alligny, par différents brevets de Louis XIV; commença par servir dans la Première Compagnie de Mousquetaires du Roi, fut honoré du Gouvernement de Pierre-Châtel, pour être entré un des premiers dans la ville de Valenciennes en 1677. Il commanda depuis, le détachement qui reprit avec éclat et bravoure cette fameuse demi-lune au siège de Maëstricht, où il reçut 5 blessures qui lui méritèrent la charge de Maréchal des Logis, avec une pension de 500 écus. La jalousie du comte de Forbin le fit disgracier et le roi se souvenant de ses services le gratifia de la charge de Colonel des Milices de Bourgogne et lui envoya un Courrier à sa terre d'Aligny. Lorsqu'il parut devant sa Majesté, le Roi lui dit qu'il l'avait préféré à tous ses colonels réformés de cette Province et le nomma: le brave d'Alligny. Il fit servir ce nouveau Régiment en Italie et en Piémont, se trouva aux fameuses Batailles de Stasarde et de la Marsaille. Le Maréchal de Catinat faisait tant d'estime de son régiment et de lui, que n'étant que Brigadier d'Infanterie, il lui donna le Commandement des Vallées. Le Comte d'Aligny fut en relation avec les Princes de la Maison de Condé et tous les Grands Généraux du siècle de Louis XIV. Le Monarche le distingua dans plusieurs occasions, le fit Grand Bailli d’Épée du Charolais et Gouverneur d'Autun; il fut reçu Chevalier de Saint-Louis, à la seconde promotion et le premier qui en ait été fait, au nom du roi en Bourgogne. À la réception aux États, on reconnut que ses auteurs y avaient eu entrée et vois délibérative, et que ceux de sa famille avaient eu la qualité de Chevalier. Il fut marié deux fois: la 1°- à Guillemette Bernard-de-Montessus-Reully et la 2°- à Colombe d'Anstrude, fille de Claude, Gentilhomme de la Garde Écossaise du Roi et de Françoise de Chargère-la-Boutière. Du premier lit il eut pour fils unique: -1.Philippe qui suit. Du second lit il eut: -2. André, d'abord Page du Roi en sa Grande Écurie, qui servit ensuite dans les Mousquetaires, se trouva à la Bataille de Malplaquet, où il fut blessé et décéda en 1721; -3. Claude, qui servit au Régiment de la Chenelaye, fut Gouverneur d'Autun, il est décédé en 1730; - 4. Étienne, Capitaine au Régiment de la Chenelaye, Grand-Bailli du Charolais et Chevalier de Saint-Louis. Il a épousé Mademoiselle Damoiseau, fille du Directeur de Dunkerque, Brigadier des Armées du Roi, dont il n'eut qu'un fils et deux filles; - 5. François, Seigneur de Montregard, qui a été un des premiers Lieutenant au Régiment de la Chenelaye, ensuite Capitaine dans celui de Villefort, Pensionnaire du Roi, marié à :Louise Bussot de Millery, dont une fille unique, nommée: Louise-Gabrielle Quarré d'Aligny, femme de Louis Damoiseau, Capitaine d'Artillerie et Chevalier de Saint-Louis.

XI - Philippe Quarré, Seigneur de Jully, se distingua très vaillamment étant assiégé deux fois dans la ville de Landaw et perdit la cuisse à la Bataille de Malplaquet en 1709. Il obtint un Brevet de pension du Roi de 1 000 livres et avait épousé: Claudine de Mauroy, fille du Lieutenant-Colonel de Cavalerie de ce nom et dune Demoiselle de la Rivière. Il en eut deux fils et quatre filles, l'un Capitaine dans le Régiment d'Artois, décédé à Paris; l'autre qui était dans le Régiment de Boulonnois et qui a épousé: MademoiselleJolly de Bévy, une des filles est sortie de la Maison de Saint-Cyr, les trois autres sont religieuses aux Ursulines d'Arnay-le-Duc.

X - François Quarré, frère puîné de Pierre, Comte d'Aligny, succéda à la charge d'Avocat-Général de Gaspard son père et au zèle qu'il avait pour les intérêts du Roi et s'en est acquitté pendant plus de 20 ans avec honneur. Dans les Lettres de Vétéran, qui lui furent accordées par la Cour, tous les services de ses pères y sont mentionnés avec la plus grande distinction. il avait épousé: Hélène Bouseault qui lui donna trois fils et deux filles: -1. Gabriel, tué à la Bataille de Malplaquet; -2. N... Quarré, Seigneur de Cussy-La-Colonne, qui fut Capitaine au Régiment de Pont, veuf, sans enfant de son mariage avec: Mademoiselle de Goutelus; -3. N... Quarré, Chanoine honoraire à la Sainte-Chapelle de Dijon, parce qu'il ala Chapelle des Berbis, fondée par Pierre Berbis pour ses plus proche parents; -4. Hélène-Thérèse Quarré, mariée le à François-César d'Anstrude, Baron d'Anstrude; -5. Une autre fille, religieuse aux Bernardines de Dijon.

Selon L'Abbé Jacques-François Baudiau

I - Jean II Quarré, époux de Guillemette de Château-Regnault dont:

II - Pierre I Quarré de Château-Regnault, époux de Philiberte de Moroges dont:

III- Pierre II Quarré de Château-Regnault, époux en 1re noces de: Jeanne de ThésutS.P. et en 2e noces : Jeanne d'Aligny qui lui donne 2 fils: - 1. Edouard ou Pierre-Edouard et -2.Louis

IV - Edouard Quarré, époux de : Marie de Cerveau qui lui donne 3 enfants: - 1. Charles, qui suit; -2. Celse; -3. Guillaume, Seigneur de Verneuil.

V - Charles Quarré de Château-Regnault, époux de :Marguerite de Malin, Dame de Lux dont 4 enfants:-1.Marguerite; -2.Françoise; -3. Marie; - 4.François qui suit.

VI - François Quarré de Château-Regnault, Baron d'Aligny, Capitaine de Chevau-Légers, épouse en 1re noces : Jeanne de Boucanson qui lui donne 3 enfants: Philibert, Seigneur de Loisy; -2. Claude, Seigneur de Château-Regnault; -3. Jacques, Seigneur de Lugny et en 2e noces : le Claude Berbis, fille de Philibert Berbis, Conseiller au Parlement qui lui donne 4 enfants: - 4. Pierre; - 5. Jean qui suit; - 6. Marguerite; - 7. Odette.

VII - Jean Quarré d'Aligny, Seigneur d'Aligny, Lieutenant de la Table de Marbre de Dijon, Conseiller au Parlement de Dijon. Il avait engagé la baronnie à Jean Andrault, Comte de Langeron qui en 1609 a des démêlés avec l'évêque d'Autun. Il épouse: Marie Langlois, fille d'Hugues Langlois, Conseiller d'État de la République de Genève. Ils auront 11 enfants: -1. Antoine seigneur de Réglois; -2. Jacques, Capitaine; -3. Pierre, Chanoine de la Sainte Chapelle de Dijon; - 4. François, Grand Prieur de Sainte Bénigme de Dijon; - 5. Étienne, Chevalier de Saint Jean de Jérusalem, Maréchal de Camp; - 6. Philippe, religieux; - 7. Pierre; - 8. Gaspard qui suit; -9. Claude, Seigneur d'Is sous Thil; -10. Anne; -11. Marguerite.

VIII - Gaspard, Avocat au Parlement en 1657, il fait imprimer ses Harangues, époux de : Marguerite Perreault de la Sarrée, fille de François de la Sarrée et de N. de la Perrière, il fait retrait en 1637 de la baronnie et en 1649 renouvelle le terrier. Ils ont 5 enfants: - 1. Pierre Quarré d'Aligny dit Le Brave d'Aligny, qui suit; -2. François; -3. Étienne, Chevalier de Jérusalem; - 4. Marie; - 5. Vivande, Abbesse du Tart à Dijon.

IX - Pierre Quarré d'Aligny Comte d'Aligny, Grand bailli de Charolais, Seigneur de Fétigny et Juilly, Brigadier des Armées du Roi, épouse en premières noces : Philippine de Montessus qui lui donne un fils: - 1.Philippe 1684: Colombe d'Anstrude fille de Claude d'Anstrude, Seigneur de Bierry de leur union naquirent 5 enfants: - 2. Claude, Comte d'Aligny, gouverneur d'Autun, Chevalier; - 3. André Denis, Page de la Grande Écurie; -4. François, Officier du Régiment de la Chenelaye; - 5. Philippe qui suit; - 6. Pierre.

X - Philippe Quarré de Juilly, fils de Colombe d'Anstrude, époux de : Claude Françoise de Mauroy, en 1721, ils vendent Souvert en 1761 à Edme Étienne de Jaucourt, Seigneur de la Petite-Verrière. De leur union naquit un fils:

XI - Étienne Quarré[16].

Blasonnement[modifier | modifier le code]

"Échiqueté d'azur et d'argent, au chef d'or, chargé d'un lion passant de sable, armé, lampassé et couronné de gueules"[17].

Devise[modifier | modifier le code]

Personnages notables[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Taysan, Histoire des Jurisconsultes, Nelle éd. Paris, chez Prault, p. 469.
  • François-Alexandre de la Chenaye-Aubert des Bois, Dictionnaire de la Noblesse, Paris chez Antoine Boudet, 1776, t.XI, p. 600 à 604.
  • Abbé Jacques-François Baudiau, Le Morvand, 1865, Nevers; 3e éd. Guénégaud, Paris, 1965, 3 vol., t.I, p. 130; t.II, p. 22-26-28 à 31-354-356-449-466-530; t.III, p. 115 à 117-214-215-301-352-388-390-500-522-558.
  • Moi Pierre Quarré, comte d'Aligny, mousquetaire du roi, chez Broché, 2015

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Baudiau donne Pierre Ier comme époux de Philiberte de Moroges et Pierre II comme époux de Jeanne d'Aligny. Il inverse les numéros[18].
  1. Martin, Chronique de Vézelay, cité par Baudiau, op.cit. t.I, p.130.
  2. Baudiau, op. cit. t.III, p.558. Chartes XL-Archives de Chastellux, LivreNoir.
  3. Baudiau, op.cit.t.II, p. 449, t.III, p.500.
  4. Baudiau, op. cit. t. III; p. 388.
  5. Baudiau, op; cit. t. III. p. 352.
  6. Baudiau, op. cit. t.II. p. 356.
  7. Baudiau, op. cit. t.II. p. 354.
  8. Baudiau, op. cit. t. III. p. 522.Chartes et pièces justificatives n°:L
  9. Baudiau, op. cit. t. III. p. 301. de Peincedé Archives du Château.
  10. Baudiau, op. cit. t. II. p. 530.
  11. Baudiau, op.cit, t.II. p. 28, donne Edouard comme fils aîné et dit que son épouse est Marie de Cerveau l'autre fils serait Louis.
  12. Baudiau, op.cit. t.III, p. 390.
  13. Voir : les Mémoires des Bourguignons par Goulu, p.180.
  14. Baudiau, op. cit. t.II. p. 28-29. La Chenaye ne connaît pas le nom de la 1re épouse et donne Jean et Claude comme fruit de leur union. qui aurait donné les tiges de MM. Quarré de Dracy, Givry, Etroye, Mercuré, Livron, Cortejambe, Rusilly, La Ronchère, Poncey et Quintin.
  15. Baudiau, op.cit. t.II. pp.22-23.
  16. Baudiau, op. cit. t. II. p. 466.
  17. François-Alexandre de la Chenaye-Aubert, Dictionnaire de la Noblesse Iere édition,(1757-1765) t. VI, p. 630 & suiv.
  18. Baudiau, op. cit. t.II., p&-27.

Articles connexes[modifier | modifier le code]