Famille de Nègre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La famille de Nègre, jadis implantée dans le pays de Sault (actuels départements de l'Aude et des Pyrénées-Orientales) a donné plusieurs personnalités à la région de Belcaire, tout au long du Moyen Âge et de la Renaissance.

Origines[modifier | modifier le code]

La famille de Nègre est représentée en France, dès 1310[1], date à laquelle elle prend possession du château de Belcaire (cf article Château des Nègre d'Able). Avant cette date on la trouve dans la ville d'Urgel, en Catalogne, région où elle prit part dès le XIe siècle à la Reconquista, combattant les maures, ce qui lui valut son patronyme actuel[1],[2]. Très tôt sédentarisée à Belcaire, elle y acquiert un rôle important car le bailliage de Sault dont elle fait partie, élevé en bailliage royal par saint Louis en 1247[3], représente l'ultime frontière du royaume avec l'Espagne. Les seigneurs de Belcaire y commandent un corps de troupe censé sécuriser la région, et ont dès lors la charge de gouverneur militaire.

Illustrations familiales[modifier | modifier le code]

Le premier membre que l'on connaisse est Nicolas de Nègre, capitaine des arbalétriers du roi, mort en 1389[4]. Mais c'est surtout le personnage de Antoine Ier de Nègre, que l'histoire locale retiendra.

Né vers l'an 1500, et marié en 1525 avec Jeanne de Lévis, fille de Jean IV de Lévis, seigneur de Mirepoix (famille dont descendent les ducs de Lévis-Mirepoix), il acquiert une place importante dans le pays de Sault. Il vendra une partie de ses terres (notamment les forets de La Fajolle) afin de payer une partie de la rançon nécessaire à la libération de François Ier, fait prisonnier à la bataille de Pavie en 1525. Le château de Belcaire garde encore quelques traces des remaniements qu'il y effectua la même année[5].

À la fin du XVIe siècle, la contrée de Sault est en flammes à cause des guerres de religions. De nombreuses insurrections et massacres ont lieu, les calvinistes tiennent le siège de Belcaire et détruisent le château en 1572[6]. Il sera reconstruit avec la cassette personnelle du roi Henri IV, en mémoire des services rendus par la famille de Nègre à la Couronne, à l'époque de François Ier. L'année suivante ils rasèrent le château d'Able, future propriété de la famille de Nègre.

L'année 1594 la famille obtient l'exercice de la charge de bailli de Sault, en la personne de Jean de Nègre. Censé veiller à la bonne application de la justice et des ordres du roi par les seigneurs locaux, le bailli est le premier représentant des autorités royales dans les provinces du pays. Dès lors Belcaire devient la capitale du Pays de Sault, ce qui en fait un bourg particulièrement dynamique et important.

Jean de Nègre, bailli de Sault, achète en l'an 1600, la seigneurie d'Able, dont le château est d'origine wisigothe. Depuis cette époque sa descendance conserve le nom de Nègre d'Able[7].

En 1610, son fils Pierre de Nègre d'Able (1590-1675) épouse Antoinette d'Ixar, descendante des rois d'Aragon[8]. Cet union confirme la politique de cette famille d'asseoir sa situation dans la région, que ce soit par la possession de charges importantes, de domaines stratégiques (seigneuries de Belcaire, d'Able, de Niort et de Rodome), ou d'unions matrimoniales avec les familles locales importantes( familles d'Ixar, de Lévis-Mirepoix, de Thonel d'Orgeix, de Traversier de Montauriol, de Gayraud, de Niort, de Roquelaure ou d'Hautpoul).

Jean Thimoléon de Nègre d'Able (1629-1703), fils de Pierre, achète en 1667, la seigneurie de Rodome. C'est alors l'apogée de la famille, ses parents occupant tous les postes importants du pays de Sault y compris religieux. Le 1er août 1654, il accueille à Belcaire le prince de Conti qui rejoignait une armée en Catalogne[3]. En sa qualité de bailli de Sault, Jean Thimoléon de Nègre d'Able était commandant en chef de quatre compagnies des huit régiments de milice du Languedoc. Il mena donc ses troupes et conduisit l'artillerie à travers les Pyrénées pour rejoindre cette armée. Après sa mort en 1703, ses fils hériteront de la charge de bailli, qu'ils se transmettront jusqu'en 1770, date à laquelle la famille s'en sépare définitivement.

Jean-François de Nègre, seigneur de Lacan (ou Lacam), fils du précédent fut prêtre et, de 1706 à 1715, membre de l'Académie des Sciences et Lettres de Montpellier, Société royale, (section mathématiques, fauteuil 3).

François de Nègre, un des frères de Jean-François, seigneur de Niort, eut pour fille la célèbre Marie de Nègre d'Able (1714-1781). Elle épousa en 1732, François d'Hautpoul[9], marquis de Blanchefort, seigneur de Rennes, et devint célèbre grâce à l'étrange pierre tombale qu'elle laissa après sa mort. Aujourd'hui encore cette pierre reste à l'origine de nombreuses légendes et suppositions sur un hypothétique trésor à Rennes-le-Château[10].

Jean de Nègre d'Able, dernier de la fratrie et oncle de la marquise de Blanchefort, dut s'exiler après avoir assassiné le curé de Niort dans la nuit du 16 au 17 mai 1732. L'ecclésiastique fut retrouvé par la population, gisant près de l'église de Niort[11].

Descendance de la famille de Nègre[modifier | modifier le code]

Vers le milieu du XVIIe siècle, on assiste à un éclatement de la famille au sens géographique. En effet le recul de la frontière avec l'Espagne en 1640 fait de Montlouis la nouvelle place stratégique, et de fait le bailliage de Sault perd de son importance. La descendance des baillis de Sault s'éloigne alors de son berceau familial, puisque l'on retrouve certaines branches dans le Tarn, dans le reste du Languedoc, mais aussi à Paris. Voici une liste de ces différentes branches et leurs localités :

  • de Nègre du Clat, barons du Clat
  • de Nègre de La Can
  • de Nègre (Candebronde, Montauban, Grimaud, Geniez, Lyon, Montpellier)
  • de Nègre de Massals (Massals dans le Tarn)
  • Nègre de La Borde[12], chevaliers de La Borde (Paris)dont: Nègre de Sancy, Nègre de Bois-Boutron, Nègre des Rivières[13]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Historique de la Famille de Nègre, tirée du Cartulaire de Mahul, Carcassonne
  2. précis généalogique mormons
  3. a et b Histoire du pays de Sault, par Mathieu Mir
  4. archives royales conservées à la bibliothèque nationale
  5. archives de la mairie de Belcaire
  6. Histoire du Languedoc, par Dom Vaissète
  7. archives de la Famille de Nègre, coll. privée
  8. Généalogie des rois d'Aragon
  9. généalogie des Marquis de Blanchefort
  10. archives de Rennes-le-Château
  11. Archives de la mairie de Niort
  12. archives nationales, Série Y
  13. familles de robe au Parlement de Paris

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Histoire du Pays de Sault, de Mathieu Mir
  • Histoire du Languedoc, de Dom Vaissète
  • Carthulaire de Mahul, auteur du XIX°
  • Les magistrats du Parlement de Paris au XVIII°, de François Bluche
  • Monographie de la Famille de Nègre, tirée des précis généalogiques de Chérin (1669)