Famille de Monspey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Famille de Monspey
Image illustrative de l’article Famille de Monspey
Armes

Blasonnement D’argent à deux chevrons de sable, au chef d'azur
Devise J'en rejoindray les pièces
Période XIVe siècle – XXIe siècle
Pays ou province d’origine Bresse, Beaujolais (Rhône)
Fiefs tenus Arginy, Bionnay, Vallières
Demeures Arginy, Bionnay, Luysandres, Vallières
Charges député de la noblesse aux États Généraux de 1789

La famille de Monspey est une famille subsistante de la noblesse française, d'extraction chevaleresque (filiation 1383), originaire de la Bresse, puis établie dans le Beaujolais[1]. Elle a été admise à l'ANF en 1940.

Histoire[modifier | modifier le code]

Filiation[modifier | modifier le code]

  • Antoine de Monspey (vivant vers 1416)[2], seigneur de la Tour de Replonges, marié à une fille de Pierre Guyot.
  • Jacques Ier de Monspey (vivant en 1516), chevalier[3].
  • Jacques II de Monspey (vivant en 1573)[3].
    • Louise de Monspey, fille unique de Jacques, mariée à Pierre de Seyturier, seigneur de la Verjonnière[3].
  • Jean de Monspey (vivant au début du XVIIe)[2].
  • Antoine de Monspey (°1661-????), marquis de Monspey, seigneur de Bionnay, comte de Vallières.
  • Henry de Monspey (1844-1922), Saint-Cyr-promo 1862-1864-Puebla, colonel.
  • Louis-marie Joseph-Henri de Monspey, (°1876 le 19 mai à Valframbert-†1913 le 7 avril à Ouchy).

Terres[modifier | modifier le code]

Châteaux et demeures[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive des possessions tenues en nom propre ou en fief de la famille de Monspey :

Titre[modifier | modifier le code]

La famille de Monspey fut titrée marquis de Vallières en 1689[1],[5].

Armes[modifier | modifier le code]

Famille de Monspey

D’argent, à deux chevrons de sable, au chef d'azur

Devise : J'en rejoindray les pièces

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Régis Valette, Catalogue de la noblesse française, éd. Robert Laffont, 2007, page 141
  2. a et b Claude Guigue, Topographie historique du département de l'Ain, Bourg-en-Bresse, Gromier Ainé, (lire en ligne), p. 210.
  3. a b et c Marie-Claude Guigue, op. cit. p. 89.
  4. Christine Bergé, « Le corps et la plume. Écritures mystiques de l’Agent inconnu », Revue d'histoire du XIXème siècle,‎ (lire en ligne)
  5. La terre de Vallières (Vallière) échut aux Monspey par mariage de Louis de Monspey avec Lucrèce de David (fille d'Alexandre de David, seigneur de Vallière) en 1652. Leurs descendants prirent alors motu proprio le titre de Comte de Vallière. En 1726, Joseph-Henri de Monspey (petit-fils des précités) dit le Comte de Vallière épousa Marie-Anne-Livie de Pontevès, fille de Jean-François de Pontevès et dernière survivante de la branche des Marquis de Buous en Provence. Leurs descendants prirent alors, à nouveau motu proprio, le titre de Marquis de Monspey. Il semblerait que les Monspey prirent, à cette époque, l'habitude de se parer du titre de « Marquis de Vallière(s) ». M. de La Chenaye-Desbois, Dictionnaire de la noblesse, 2e édition, t. 10, p. 204-209.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, Borel d'Hauterive, 1851
  • Dictionnaire de la Noblesse, de La Chenaye-Desbois et Badier, Paris, 1868

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]