Famille de Miollis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Famille de Miollis
Blasonnement D'azur au chevron d'or accompagné de 3 lits de jardin d'argent tigés et feuillés du mesme
Pays ou province d’origine Drapeau de la Provence Provence
Charges Lieutenant-général civil et criminel
Conseiller en la chambre des comptes de Provence
Fonctions militaires Général
Adjudant-général
Fonctions ecclésiastiques Évêque
Récompenses militaires Ordre de Saint-Louis
Ordre de la Légion d'honneur

La famille de Miollis est une famille de la noblesse française subsistante.

Elle compte parmi ses membres un général, un adjudant-général, un évêque, un préfet, une écrivaine, ...

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier membre connu de la famille de Miollis est mentionné au XVIIe siècle à Villecroze.

La famille de Miollis a été anoblie en 1770[1] et a obtenu un titre de baron en 1830[1].

Sextius François Alexandre de Miollis fut décoré du titre de comte sous le Ier Empire.

Généalogie simplifiée[modifier | modifier le code]

  • Charles Miollis, consul de Villecroze en 1629, il épouse Anne Escole.

(...)

  • César Miollis (1657-1733), procureur au parlement de Provence en 1707, il épouse Marguerite de Séguiran, ils ont entre autres enfants :
    • Jean-Baptiste Miollis (1682-1718), greffier en chef au parlement de Provence, il a entre autres enfants :
      • Joseph-Laurent de Miollis (1715-1792), lieutenant-général civil et criminel en la sénéchaussée d'Aix, conseiller en la chambre des comptes de Provence en 1771. Il avait été anobli par lettres de 1770[2]. Marié en 1741 à Marie-Thérèse-Delphine Boyer de Fonscolombe, ils ont pour enfants :

(...)

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Alliances[modifier | modifier le code]

Les principales alliances de la famille de Miollis sont : Escole, de Séguiran, Boyer de Fonscolombe (1741), Boutté (1798), de Kerhorre (1806), Dezest (1831), de Fredot de Plantys (1833), du Couëdic de Kergoualer (1855), Forpomès (1863), etc.

Possessions[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

  • En souvenir de Sextius Alexandre François de Miollis : son nom est gravé sous l'arc de triomphe, place de l'Étoile, 25e colonne, à Paris, et une rue porte son nom (Rue Miollis). Une place d'Aix-en-Provence, sa ville natale, porte son nom (Place Miollis).

Armes[modifier | modifier le code]

Les armes de la famille de Miollis sont : D'azur au chevron d'or accompagné de 3 lits de jardin d'argent tigés et feuillés du mesme[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Régis Valette, Catalogue de la noblesse française, 2002, page 139.
  2. a et b Henri Jougla de Morenas, Grand armorial de France, tome 5, page 65.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Régis Valette, Catalogue de la noblesse française, 2002, page 139
  • Albert Reverend, « Armorial du premier empire : titres, majorats et armoiries concédés par Napoléon Ier, Volume 3 », 1893
  • Henri Jougla de Morenas, Grand armorial de France, tome 5, page 65 Tome 5
  • Bottin mondain

Articles connexes[modifier | modifier le code]