Famille de Maigret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Familles de Maigret.

Famille de Maigret
Image illustrative de l’article Famille de Maigret
Armes

Blasonnement Écartelé : au 1, d'or, à l'aigle bicéphale éployée de sable, languée de gueules; au 2, d'or, au lion de sable, lampassé de gueules ; au 3, d'argent, au lion de gueules; au 4, de gueules, à deux bâtons noueux d'argent passés en sautoir. Sur le tout de Maigret, qui est d'azur à la fasce d'or, accompagné de trois coquilles du même
(armes différentes de celles de 1696)
Devise Pro Christo et contra inimicos ejus
Période XVIIe siècle - XXIe siècle
Pays ou province d’origine Lorraine
Charges Député
Fonctions militaires Vice-amiral
Récompenses civiles Ordre de la Légion d'honneur

La famille de Maigret est une famille subsistante de la noblesse française, originaire de Lorraine[1]. Elle compte parmi ses membres un vice-amiral et un vice-président du Conseil de Paris puis député.

Origine[modifier | modifier le code]

Selon Albert Révérend, « Une famille [de Maigret] a reçu le titre de comte par diplôme de l'empereur d'Autriche du 23 avril 1687, confirmé par un autre diplôme du 6 décembre 1786. À cette famille se rattacherait, d'après des généalogies modernes, Jean-François de Maigret qui suit, fils d'un autre Jean-François dit Remacle, et d'un demoiselle de la Fourière, mais ce dernier personnage n'est pas fixé d'une façon très précise. »[2].

Henri Jougla de Morenas dans le Grand Armorial de France (1939) écrit : « II a existé en Bourgogne et en Franche-Comté plusieurs familles de ce nom, l'une d'elles s'est éteinte au XVIIIe siècle, une autre, maintenue noble en 1669, a reçu le titre de comte du Saint Empire en 1687, titre confirmé en 1786. C'est à cette dernière famille que l'on a voulu rattacher au XIXe siècle la famille Maigret de Lorraine, qui a pour auteur Jean-François de Maigret qui laissa de Félicité Bonaventure Thomassin : Charles (1702-1766) allié en 1726 à Françoise de Hault de Malavillée. »[3].

Philippe du Puy de Clinchamps (Charondas) dans À quel titre (1970) indique pour cette famille un titre de comte en 1861 et un titre de comte romain pour un rameau éteint[4].

Michel Dugast-Rouillé dans le Nobiliaire de France (1976) écrit : « La famille actuelle ne semble pas se rattacher à la famille de Maigret comte du Saint-Empire »[5]

Régis Valette indique que la famille de Maigret est originaire de Lorraine et qu'elle a pour principe de noblesse un titre de comte obtenu sous le second Empire en 1861[1].

Par jugement du tribunal de première instance de Verdun du 25 juillet 1865, plusieurs membres de cette famille inscrits sur les registres de naissance et de décès sous les nom "de Maigret" et "Demaigret" ont obtenu la rectification de ces actes en "comte de Maigret"[6],[7],[8].

La famille de Maigret a été admise en 1952 à l'ANF avec pour acte recognitif une confirmation par décret impérial du 10 août 1861 d'un titre héréditaire de comte[9].

Généalogie simplifiée[modifier | modifier le code]

Le Grand Armorial de France (1939) ne remonte pas au delà de Jean-François de Maigret (né en 1672), marié en 1700 à Félicité Bonaventure Thomassin.

  • Jean-François de Maigret, seigneur en partie de Cattenom (né le 16 juillet 1672), lieutenant particulier au bailliage et juge royal de Thionville, marié le 23 janvier 1700 à Félicité Bonaventure Thomassin[3].
    • Charles de Maigret (1702-1765), marié en 1726 à Marie Françoise de Hault, de la paroisse de Cattenom en Moselle (mentionnés dans l'acte de mariage de leur fils Jacques Jean François le 12 avril 1768 à Briey)[10].
      • Jacques Jean François de Maigret, capitaine d'artillerie au régiment de Metz, marié le 12 avril 1768 à Briey avec à Anne Marie Thérèse Scholastique Adam de Sainte-Marie, fille de Joseph-François Adam, seigneur de Sainte-Marie-aux-Chênes, écuyer, lieutenant-général au bailliage de Briey et de Marie Catherine de Josselin[10], (également mentionnés dans l'acte de mariage de son fils le 15 février 1804 (25 pluviôse an XII) à Etain)[11].
        • Joseph Marie François de Maigret (ou Maigret sur son acte de mariage)[12], (né 18 octobre 1771 à Cattenom (Moselle), décédé le 5 avril 1860 à Guentrange, (Thionville) en Moselle), marié le 15 février 1804 (25 pluviôse an XII) à Etain (Meuse) à Catherine Vigny, fille de Joseph François Vigny, négociant et d'Anne Guillet[11], lieutenant-colonel d'artillerie, chevalier de la Légion d'honneur (17 août 1822)[13].
          • Joseph-Gustave de Maigret, né à Etain (Meuse) le 11 février 1810 et décédé à Epernay (Marne) le 26 janvier 1891, marié le 12 novembre 1839 à Aline Félice d'Avennes d'Hermonville, sous-intendant militaire, officier de la Légion d’honneur (14 mars 1865), médaille de Crimée[14].
            • Edgard de Maigret, né le 8 mai 1841 à Hermonville (Marne), décédé le 13 octobre 1910 à Trouville (Calvados), marié à Marie Reynaud, vice-amiral, grand croix de la Légion d’honneur (8 mai 1906)[15].
            • Arthur de Maigret (1845-1862), marié en 1875 à Marie Chandon de Briailles.
              • Christian de Maigret (1877-1950), marié en 1899 à Marie d'Anterroches.
                • Alain de Maigret (1902-1944) marié en 1930 avec Gabrielle Doublet de Persan.
                  • Bertrand de Maigret (1940-), vice-président du Conseil de Paris puis député de la Sarthe, chevalier de la Légion d'honneur, officier O.N.M, marié en 1967 avec Isabelle Poniatowski.
                • Jacques (1904-1960) marié en 1931 avec Marie Doublet de Persan.
                • Louis (1914-2001), marié en 1942 avec Elisabeth Doublet de Persan. Colonel, commandeur de la Légion d'honneur.
            • Gaston (Joseph Octave) de Maigret (1850-1903), né à Hermonville (Marne), le 20 avril 1850, marié en 1876 à Jehanne Chandon de Briailles, meurt à Épernay le 20 décembre 1903 ou 1904, membre du Conseil supérieur de la Marine. Il est le beau-frère de Geoffroy d'Andigné[16].
              • Emmanuel (1877-1950), marié 1) avec Marie-Aimée Cacciaghera-Ranghieri, 2) avec Anna-Maria Grimaldi.
              • Nicole (1878-1957), mariée à Andoche Le Ray duc d'Abrantès, capitaine breveté à l’état-major du gouverneur de Nice.
              • Ghislain (1882-1971), marié en 1910 à louise Mols.
              • François Guillaume (1885-1934), marié en 1911 à Anne Marie Everaerts
              • Bruno (1888-1966), marié en 1918 à Roselyne de Villeneuve-Esclapon
              • Ivan (1892-1950), marié à Louise Varalle.

Portraits[modifier | modifier le code]

Alliances[modifier | modifier le code]

de Thomassin, de Hault, Adam de Sainte-Marie, Vigny (1804), d'Avesnes d'Hermonville (1839), Reynaud, Chandon de Briailles (1875 et 1876), d'Anterroches (1899), Doublet de Persan (1930, 1931, 1942), Le Ray d'Abrantès, Mols (1910), Everaerts (1911) Varalle, Poniatowski (1967), de Rougé (1971), de Saporta, etc.

Armes[modifier | modifier le code]

  • Famille de Lorraine : D'azur à la fasce d'or accompagnée de 3 coquilles de même, 2 et 1[3],[17]
  • Famille des Pays-Bas :

La famille subsistante de Maigret a depuis pris les armes (concédées avec le titre de comte le 6 décembre 1756 par l'impératrice Marie-Thérèse à François-Servais-Joseph de Maigret) de la famille de Maigret établie aux Pays-Bas espagnols.

Blason de la famille de Maigret.svg

Écartelé : au 1, d'or, à l'aigle bicéphale éployée de sable, languée de gueules; au 2, d'or, au lion de sable, lampassé de gueules; au 3, d'argent, au lion de gueules; au 4, de gueules, à deux bâtons noueux d'argent passés en sautoir. Sur le tout de Maigret, qui est d'azur à la fasce d'or, accompagné de trois coquilles du même.

Devise : Pro Christo et contra inimicos ejus.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Régis Valette, Catalogue de la noblesse française, éd. Robert Laffont, 2007, p.132
  2. Albert Révérend, Les familles titrées et anoblies au XIXe siècle, Titres et confirmations de titres : Monarchie de juillet, 2e République, 2e Empire, 3e République, 1830-1908, page 411.
  3. a b et c Henri Jougla de Morenas, Grand Armorial de France, tome IV, page 502.
  4. Charondas, À quel titre, volume 36, les cahiers nobles, 1970
  5. Michel Dugast-Rouillé, Le Nobiliaire de France, tome II, 1976, page 1077.
  6. Archives départementales de la Meuse, acte de décès le 4 septembre 1807 de Jacques François de Maigret folio 372.
  7. Archives départementales de la Meuse, acte de décès le 4 septembre 1807 de Jacques François de Maigret, folio 373
  8. Archives départementales de la Meuse, acte de décès le 11 septembre 1810 de Joseph Gustave Demaigret.
  9. Armorial de l'ANF, éditions du Gui, 2004, p.415, N°929, AG. 9 juin 1952 : (Acte recognitif N° 1806: Mention du décret impérial du 10 août 1861 confirmant le titre héréditaire de comte. Complément par AR 10316: production du décret impérial archivé au Ministère de la Justice. Dossier 5737XJ.
  10. a et b Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, état-civil en ligne : Briey 1768 (folio707) : acte de mariage le 12 avril 1768
  11. a et b Archives départementales de la Meuse, état-civil en ligne, acte de mariage de Joseph Marie François Maigret et de Catherine Vigny le 15 février 1804 (25 pluviôse an XII) à Etain (Meuse).
  12. « Base Léonore - acte de naissance »
  13. Base Léonore
  14. base Léonore
  15. Dossier : LH/1691/75 Base Léonore
  16. Almanach Matot-Braine, Reims, 1905
  17. Charles Métais, Archives du diocèse de Chartres, Volume 17, 1909, page 415.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Cayon, Maison de Lignières, Cayon-Liébault, Nancy, 1862 pp. 47-48 lire en ligne
  • Charondas, À quel titre, volume 36, les cahiers nobles, 1970
  • Albert Révérend, Titres et confirmations de titres : Monarchie de juillet, 2e République, 2e Empire, 3e République, 1830-1908, page 411.
  • Michel Dugast-Rouillé, le Nobiliaire de France, tome II, 1976.
  • Henri Jougla de Morenas, Grand Armorial de France, tome IV, 1939, page 502.
  • Charles Poplimont, V. Horric de Beaucaire, Maillard de Broys, La France héraldique, tome V, 1874, p.295 à 297, lire en ligne
  • Archives nationales, Fonds de Maigret no 649 AP, Site des archives de France

Articles connexes[modifier | modifier le code]