Famille de Lassus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Familles de Lassus.

de Lassus
Image illustrative de l’article Famille de Lassus
Armes

Blasonnement D'or, à la bande engrêlée de gueules et accompagnée de deux grenades tigées et feuillées du même
Devise « Dieu de Lassus loenus Lassus. »
Lignées Lassus
Lassus Saint-Geniès
Branches Bizous
Saint-Geniès
Marcilly
Période XVIIe – XXIe siècle
Pays ou province d’origine Comminges
Fiefs tenus Labarthe, Camon, Nestier, Bizous, Picayne, Ladevèze, Sanoux, Gourdan
Demeures Château de Valmirande
Château de Saint-Geniès
Charges Contrôleur des marbres du roi
Capitoul de Toulouse
Député de Haute-Garonne
Préfet
Fonctions militaires Général
Fonctions ecclésiastiques Ministre général des Chartreux

La famille de Lassus est une famille française originaire des Quatre-Vallées et du Comminges, qui a formé deux branches selon Henri Jougla de Morenas[1]. Ces deux branches sont subsistantes : la branche aînée de Lassus, et la branche cadette de Lassus Saint-Geniès.

La branche aînée compte parmi ses membres un conseiller au parlement de Toulouse au XVIIIe siècle, un titre de baron héréditaire en 1865 sous le Second Empire, un pyrénéiste, un député, l'actuel ministre général des chartreux, etc.

La branche cadette a été anoblie en 1742 avec Jean Pierre de Lassus élu au capitoulat de la ville de Toulouse. Elle compte parmi ses membres un préfet, des officiers généraux, etc.

Histoire[modifier | modifier le code]

La famille de Lassus serait originaire du village d'Azet[réf. nécessaire], en vallée d'Aure, dans les Hautes-Pyrénées.

Elle se serait fixée à la fin du XVIe siècle ou au début du XVIIe siècle dans la ville de Montréjeau, en Haute-Garonne[réf. nécessaire], à quelque 50 km d'Azet.

Pour Henri Jougla de Morenas, il n'y a qu'une seule famille de Lassus avec trois branches dont deux sont encore subsistantes, la branche aînée et la branche cadette des Lassus de Saint-Geniès[1]. En revanche, pour Régis Valette, il y a deux familles différentes[2].

Roger Lassus, né vers 1610, marié le avec Bertrande Suberfontan, fut père de deux fils, auteurs des deux branches subsistantes de cette famille :

  • Pierre Lassus, notaire, décédé le à Montréjeau, marié en 1662 avec Guillemette Toujan, dont :
    • Pierre de Lassus, né vers 1665, qui suit (branche aînée)
  • Pierre Lassus, président à la sénéchaussée de Toulouse, marié avec Gabrielle de Viguerie[3], dont :
    • Jean Antoine, décédé en 1698, conseiller au parlement de Toulouse[3], dont :
      • Jean Pierre de Lassus (1694-1758), qui suivra (branche cadette Lassus de Saint-Geniès)
      • Pierre Joseph de Lassus-Marcilly (1696-1749), auteur de la branche éteinte de Marcilly

Branche aînée[modifier | modifier le code]

Pierre de Lassus (fils de Pierre, notaire, ci-dessus), né vers 1665, décédé le à Montréjeau, docteur en droit, contrôleur général des marbres du roi, subdélégué de la généralité d'Auch, marié le avec Marie de Sartor, dont :

  • Marc François de Lassus (1692-1780), seigneur de Labarthe et de Camon, contrôleur général des marbres du roi, subdélégué de la généralité d'Auch. Il fit bâtir l'hôtel de Lassus à Montréjeau. D'où :
    • Pierre de Lassus (1717-1784), seigneur de Labarthe, dont :
      • Marc Bertrand François de Lassus (1745-1794), seigneur de Labarthe et de Nestier, conseiller au parlement de Toulouse, guillotiné place de la Nation à Paris sous le nom de M. de Nestier. Victime de la Terreur en compagnie de 29 autres membres du Parlement de Toulouse, ses restes reposent au cimetière de Picpus, à Paris.
      • Epiphane de Lassus (1751-1828), seigneur de Bizous, dont :
        • Pierre de Lassus (1799-1848), dont :
          • Marc de Lassus (1828-1897), maire et conseiller général de Montréjeau, député de la Haute-Garonne, président de la société des études du Comminges (1889-1897), titré baron héréditaire par lettres patentes de 1865[4]. D'où :
            • Bertrand de Lassus (1868-1909), pyrénéiste à la fin du XIXe siècle. Il fit construire à Montréjeau de 1893 à 1898 le château de Valmirande en style néo-Renaissance. Après sa mort sans postérité, la famille a vendu l'hôtel de Lassus pour s'installer à Valmirande.
            • Marc de Lassus (1881-1954), capitaine d'infanterie, 3e baron de Lassus, président de la société des études du Comminges (1940-1954), dont :
              • Arnaud de Lassus, né le - Paris 8e; marié avec Élisabeth de Vilmorin.

Propriétés[modifier | modifier le code]

Titre[modifier | modifier le code]

  • Marc de Lassus obtint la confirmation, par un décret du , du titre de baron en usage dans sa branche. Il se vit délivrer des lettres patentes le [4].

Armorial[modifier | modifier le code]

Famille de Lassus
  • D'or, à la bande engrêlée de gueules, accompagnée de deux grenades feuillées et tigées de même, posées en bande[2]
Armes de la famille de Lassus sur un vitrail d'une église de Montréjeau
  • D'azur à la tour d'or
Pierre de Lassus-Marcilly (1696-1749)
  • D'argent, au chevron d'azur accompagné en chef de 2 grenades au naturel, et en pointe d'une grappe de raisin du même
  • Devise : Dieu de Lassus loenus Lassus

Branche cadette : de Lassus Saint-Geniès[modifier | modifier le code]

En , un arrêt du Parlement est pris, « portant réception de Pierre de Lassus, conseiller en la sénéchaussée et siège Présidial de Toulouse ». Cet arrêt autographe fait référence à des « lettres patentes du Roy données à Paris le  »[6].

En 1742, Jean-Pierre de Lassus (1694-1758), petit-fils de Pierre[réf. nécessaire], seigneur de Saint-Geniès, est élu en 1742 capitoul de Toulouse, fonction anoblissante[2]. Il acquiert la même année la seigneurie de Saint-Geniès, près de Toulouse, aujourd'hui Saint-Geniès-Bellevue. Ses descendants ajouteront le nom de terre à leur patronyme.

Sous le Second Empire, Gaston de Lassus Saint-Geniès (1815-1886), arrière-petit-fils de Jean-Pierre, fut reconnu baron de Lassus Saint-Geniès et de l'Empire Français[réf. nécessaire]


Henri de Lassus Saint-Geniès (1851-1996) marié le avec Alice Boissonnet (1857-1932) dont

         

          - Pierre de Lassus Saint-Geniès (1886-1986); marié le avec Yvonne Hébrard de Villeneuve (1894-1986) dont

                      - Arnaud de Lassus Saint-Geniès (1921-2017) polytechnicien 1940, ingénieur en chef du génie maritime pendant 17 années, militant de la Cité catholique et fondateur de l'Action Familiale et Scolaire; marié le avec Agnès de Chaumont-Quitry (1925-2015) dont

Michel de Lassus Saint Geniès, en religion Dom Dysmas de Lassus, né en 1956, ministre général des chartreux depuis 2014

                      - Gérard de Lassus Saint-Geniès (1922-2003), général français; marié avec Annick Le Cour Grandmaison dont

                                  - Bruno de Lassus Saint-Geniès, né en1951, général français

- Alain-Marie de Lassus Saint-Geniès, prêtre, docteur en théologie, membre de la communauté Saint-Jean

- Étienne de Lassus Saint-Geniès (1887-1979), industriel

- Gaston de Lassus Saint-Geniès (1893-1965), général de corps d'armée

                                 

L'acquisition de la noblesse[modifier | modifier le code]

Régis Valette dans Catalogue de la noblesse française au XXIe siècle écrit : "Famille de Lassus Saint-Geniès ayant acquis la noblesse en 1742 avec Jean-Pierre de Lassus anobli cette année-là par l'exercice du capitoulat de la ville de Toulouse"[2] (noblesse municipale ou dite de cloche).

Personnalités[modifier | modifier le code]

Possessions et propriétés[modifier | modifier le code]

Armorial[modifier | modifier le code]

  • Armes de la famille de Lassus Saint-Geniès

D'or, à la bande engrêlée de gueules, accompagnée de deux grenades feuillées et tigées de même, posées en bande[2]

  • Armes de Jean-Pierre de Lassus (1694-1758), capitoul de Toulouse en 1742, seigneur de Saint-Geniès

De gueules à un homme couché sous un arbre de sinople, le tout sur une terrasse du même[9]. Couronne de comte.

  • Armes de Jean-François de Lassus (1733-1809, fils du capitoul), écuyer, seigneur de Saint-Geniès

De gueules à un homme couché sous un arbre de sinople, le tout sur une terrasse du même, au chef d'argent chargé de trois têtes de maures[9]. Couronne de comte.

Alliances[modifier | modifier le code]

Les principales alliances de la famille de Lassus sont : Pillet-Will[10], de La Bourdonnaye, de La Forest Divonne, etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Henri Jougla de Morenas, Grand Armorial de France, tome 4, Paris, 1939
  2. a b c d et e Régis Valette, Catalogue de la noblesse française au XXIe siècle, 2002, p. 116.
  3. a et b Jules Villain, La France Moderne, Haute-Garonne et Ariège, tome III, t 2, p. 1202 Lassus, Montpellier, 1913
  4. a et b Albert Révérend, Titres et confirmations de titres 1830-1908, Paris
  5. Hôtel de Lassus à Montréjeau
  6. A.D. Haute-Garonne B 549 fº39
  7. Commandant de Lassus-Marcilly Combats et captivité en Russie, mémoires et lettres de soldats français : Extraits du Carnet de la Sabretache, années 1906, 1908 et 1914-19. [Broché]
  8. Raymond de Lassus Saint -Genies, Si l'écho de leurs voix faiblit…, Paris, La Déco verte/Syros, 1997, 156 p.
  9. a et b Héraldique Lassus.
  10. Famille bourgeoise originaire de la Savoie, titre de comte en 1833 par le roi de Sardaigne, titre de comte romain en 1849 confirmé en 1861 (Source : Charondas, Le Cahier noir, Patrice du Puy éditeur, 2015, non paginé).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Régis Valette, Catalogue de la noblesse française au XXIe siècle, 2002, page 116
  • Henri Jougla de Morenas, Grand Armorial de France, tome 4, Paris, 1939 [lire en ligne]
  • Marc de Lassus, Mémoires historiques et généalogiques sur la famille de LASSUS d'Aure et de Montréjeau en Gascogne. Paris, 1890

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]