Famille de La Roche-Bernard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Famille de La Roche-Bernard
Armes de la famille.
Armes de la famille : Famille de La Roche-Bernard

Blasonnement D'or à une aigle éployée bicéphale de sable, becquée, lampassée et membrée de gueules.
Lignées Famille de Porhoët, Lohéac, Famille de Montfort, Famille de Laval, Famille de Craon, Famille de Rochefort
Branches Branche d'Assérac, Branche de Quifistre
Période IXe siècle-XVe siècle
Pays ou province d’origine Normande
Allégeance Duc de Bretagne à qui le seigneur de la Roche doit 3 chevaliers d'ost en 1294
Fiefs tenus La Roche-Bernard, Lohéac,
Vassaux seigneurs d'Assérac,
Demeures l'ancien château de La Roche-Bernard, Les Basses Fosses, La Brétesche,


Généralités[modifier | modifier le code]

Un seigneur normand, Bernard, qui s'établit, semble-t-il, dans la seconde moitié du Xe siècle au bord de la Vilaine.

Origines[modifier | modifier le code]

Les branches[modifier | modifier le code]

Branche aînée[modifier | modifier le code]

Un texte contemporain nous rapporte que Bernard Ier avait des ennemis acharnés et qu'il succomba sous leurs coups. Son fils Rivallon Ier vengea sa mort en exterminant ses meurtriers, mais il périt lui-même dans la lutte.

Simon Ier de La Roche-Bernard fonde dans ses fiefs en 1026 l'abbaye de Saint-Gildas-des-Bois, où il fut inhumé.

Vassal du duc de Bretagne Eudon, reconnut en 1294 devoir au duc pour son fief de la Roche trois chevaliers d'ost dont Thébaud de Rochefort avait la moitié à cause de la terre d'Assérac

Un contre-scel de ce seigneur de l'année 1298 porte D'or à l'aigle à deux têtes éployée de sable, armée et becquée de gueules,

À la suite du décès de Hermine de Lohéac, Eudon et ses descendants, héritiers de la défunte prirent nom et armes de Lohéac.

Dans les premières années du XIVe siècle le fief de La Roche-en-Nort était passé dans la maison de la Roche-Bernard, les sires de la Roche-Bernard en firent le chef-lieu d'une foule d'autres fiefs voisins constituant une importante seigneurie. Bernard III, sire de la Roche-Bernard, rendit aveu au duc de Bretagne en 1305 pour ses baronnies de la Roche-Bernard et de la Roche-en-Nort,

Branche d'Assérac[modifier | modifier le code]

Branche de Quifistre[modifier | modifier le code]

Les Quifistre sont un ramage de La Roche-Benard.

Titres[modifier | modifier le code]

Blason[modifier | modifier le code]

Image Armes de la Famille de Beaumanoir
Blason ville fr La Roche-Bernard (Morbihan).svg Branche aînée

D'or à une aigle éployée bicéphale de sable, becquée, lampassée et membrée de gueules.

Blason ville fr Lohéac (Ille-et-Vilaine).svg Branche aînée, après 1298

De vair plein, qui est de Lohéac

Blason ville fr Assérac (Loire-Atlantique).svg Branche d'Assérac

Gironné d'or et d'azur.

Devise[modifier | modifier le code]

Membres illustres de la famille[modifier | modifier le code]

Les ecclésiastiques[modifier | modifier le code]

Les militaires[modifier | modifier le code]

Les politiques[modifier | modifier le code]

Châteaux, seigneuries, terres[modifier | modifier le code]

Châteaux[modifier | modifier le code]

Terres[modifier | modifier le code]

Branche aînée[modifier | modifier le code]

Les membres de la Branche aînée de la Famille La Roche-Bernard furent teneurs des fiefs de :

Branche d'Assérac[modifier | modifier le code]

Les membres de la Branche d'Assérac furent teneurs des fiefs de :


Branche de Quifistre[modifier | modifier le code]

Les membres de la Branche de Quifistre furent teneurs des fiefs de :

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Frédéric SAULNIER, Le parlement de Bretagne 1554-1790, 1991, 2 t., LXIII-892-29 p., 2e éd.,

  • Alain Raison de Cleuziou, "Guillaume de Rosmadec et la seigneurie de Buhen-Lantic", BMSECN, t. XLII, 1904, p. 207-306
  • Dom Morice, Preuves de l'Histoire de Bretagne, Planches des sceaux no 178

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il autorise en 1095 la construction de la chapelle de Pen Bé par trois habitants de Mesquéry : Juhel Coquard, Jarnogon Leroux et Normandeau
  2. Il figure en 1210 parmi les témoins d'une restitution faite à l'Abbaye de Blanche-Couronne
  3. Excommunié après avoir violenté, détroussé et emprisonné deux hommes du Temple de Faugaret, Pierre d'Assérac finit par se repentir et répara ses torts en 1222 (Archives de la Vienne, 3H541).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]