Famille de La Chapelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

de La Chapelle
Image illustrative de l’article Famille de La Chapelle
Armes des barons de La Chapelle de Loisy.

Blasonnement Écartelé au 1 d'argent à une bande de gueules chargé d'une étoile et accompagnée de deux boucles en forme d'anneau, le tout d'or ; au 2 d'argent à un lion couronné de gueules ; au 3 d'or à deux lions de sable posés en bande ; au 4 d'azur à trois fasces d'or et à la bande brochante du même ; sur le tout d'azur à une chapelle d'or soutenue du même et ouverte du champ (règlement d'armoiries du 15 novembre 1817)
Devise « Pour être ce que tu veux, il faut le vouloir »
Branches La Chapelle d'Uxelles (de) (Vicomte)
La Chapelle de Loisy (de) (Baron)
Période XVIIIe siècle - XXIe siècle
Allégeance Royaume de France Royaume de France
Drapeau de la France France
Demeures Château d'Uxelles
Château de Loisy
Charges Premier commis de la Maison du roi
Maître d'hôtel
Fonctions militaires Officiers
Fonctions ecclésiastiques Grand vicaire
Aumônier
Récompenses militaires Ordre national de la Légion d'honneur

La famille de La Chapelle alias de La Chapelle d'Uxelles olim Siot a obtenu un titre de vicomte en 1817 pour une branche et un titre de baron en 1820 pour une autre branche.

Histoire[modifier | modifier le code]

Gustave Chaix d'Est-Ange écrit : "Elle a eu pour berceau les environs d'Évreux où elle occupait au commencement du XVIIIe siècle une situation des plus modestes. Elle avait pour nom primitif celui de Siot. Laurent Siot, dit la Chapelle, né à Évreux, fils de Laurent Siot, vint se fixer à Lyon, y épousa le 1er juin 1711 Françoise Couchaud, fille d'un marchand de Grenoble, et y acquit le 7 juillet 1712 un fonds de commerce dans lequel il fit fortune. (...)"[1].

Au début du XVIIIe siècle Laurent Siot dit La Chapelle s'installe comme maître perruquier à Lyon[2]. Ses descendants remplaceront leur patronyme Siot par Lachapelle puis par de La Chapelle au XIXe siècle sous la seconde Restauration après avoir été titrés vicomte héréditaire en 1817 (branche aînée) et baron héréditaire en 1820 (branche cadette)[3].

7 membres, au plus, de cette famille furent déclarés Mort au Champ d'Honneur lors de la Guerre de 1914-1918[4].

La famille de La Chapelle a été admise en 1948 au sein de l'Association d'entraide de la noblesse française (ANF).

De nos jours cette famille compte parmi ses membres des chevaliers de l'ordre souverain de Malte.

Généalogie simplifiée[modifier | modifier le code]

La généalogie présentée ci-dessous est issue des travaux de Gustave Chaix d'Est-Ange[1] :

  • Laurent Siot, il épouse la demoiselle Larrecher[2], de la ville d'Évreux, ils ont pour enfant :
  • Laurent Siot, dit la Chapelle, né à Évreux, vient se fixer à Lyon où il exerce la profession de maître perruquier[2], il y épouse le 1er juin 1711 Françoise Couchaud, ils ont pour enfant :
  • Charles-Joseph Lachapelle, né à Lyon en 1713, négociant à Lyon, député du commerce, père de :
    • Claude Lachapelle, intéressé dans les affaires du roi, décédé sans postérité en 1799
    • Charles-Gilbert Lachapelle[1] (baptisé à Lyon le 11 août 1755 - décédé en 1794), premier commis de la maison du roi en 1785 puis secrétaire des commandements du Dauphin[1]. D'autres sources rapportent qu'il a été capitaine de cavalerie, secrétaire des commandements du dauphin en 1784[5], premier commis de la Maison du roi en 1785, commissaire général de la Maison du roi en 1787[6], chef des bureaux de la Liste civile[réf. nécessaire], il fut chargé par Louis XVI de protéger les reliques de la Sainte-Chapelle[7] ce qu’il fit le 12 mars 1791 en les transférant à la basilique de Saint-Denis[8], il fut guillotiné en 1794 et inhumé au cimetière de Picpus. Il avait épousé le 28 décembre 1780 Mademoiselle Leschevin de Prévoisin, d'où deux fils[1] :
      • Charles-Hippolyte de La Chapelle (né le 20 octobre 1784 à Versailles - décédé en 1829 au château d'Uxelles), chef d'escadron dans la Garde du roi sous la Restauration, titré vicomte héréditaire par lettres patentes du roi Louis XVIII le 15 novembre 1817. Il avait épousé en 1814 mademoiselle Taffu, d'où :
        • Charles-Henri de La Chapelle, né à Versailles en 1815, confirmé dans la possession du titre de vicomte par décret impérial du 5 avril 1862, décédé à Uxelles en 1890. Il a eu deux fils qui ont laissé une descendance.
      • Charles-Ernest de La Chapelle (né à Passy le 3 février 1791), officier de la Garde du roi, maître d'hôtel du roi Charles X (1815), titré baron héréditaire par lettres patentes du 11 septembre 1820, commandeur de la Légion d'honneur, décédé à Loisy en 1874. Comme son frère aîné il avait épousé une demoiselle Taffu, dont pour enfant :
        • Charles-Émile, baron de La Chapelle, né en 1817, décédé à Loisy en 1899. Il avait épousé en 1846 mademoiselle de Chiseuil d'où descendance.

Autres personnalités[modifier | modifier le code]

  • Claude-Espérance Lachapelle, lieutenant général d'épée de la prévôté de l'hôtel du roi (1782), décédé le 8 octobre 1800 au château de Romenay (Saône-et-Loire)
  • Jean Philibert Lachapelle (1756 Lyon - 1834 château de La Cour à Contigny), grand vicaire du diocèse de Lyon, chanoine baron de St Just, aumônier des rois Louis XVIII et Charles X, conseiller d'État
  • Charles Gilbert de La Chapelle, lieutenant-colonel. Il fut chef de corps du 1er régiment étranger de cavalerie (1er REC) en 1960 en Algérie. En 1961, il entraîna son régiment dans le putsch des généraux. Lors de son procès, il se présente ainsi : « fils et petit-fils de soldats, né en 1914 en pleine guerre, je peux dire que j’ai appris sur les genoux de ma mère les sentiments de l’Honneur et de la Patrie… Pour moi il n’y a aucun doute, j’ai suivi la voie de l’honneur. Cette voie passe aujourd’hui par les prisons ». À la question du président Patin : « Avez-vous bien compris dans quelle erreur des aventuriers vous ont fait tomber ? » Le colonel répondit après un temps de silence : « On juge une politique à ses résultats, on ne juge pas l’honneur sur des résultats ». Il est décédé à Saint-Ythaire le 15 avril 2000 à l’âge de 86 ans.
  • Antoine Marie Charles de La Chapelle (1916-1983), lieutenant-colonel, premier pilote de chasse à recevoir durant la Seconde Guerre mondiale la médaille militaire le 29 septembre 1939 [9], as de l'aviation durant la Campagne de France avec 7 victoires aériennes homologuées[10].

Propriétés[modifier | modifier le code]

Alliances[modifier | modifier le code]

La famille de La Chapelle a contracté des alliances avec les familles[1] : Larrecher, Couchaud (1711), Leschevin de Prévoisin (1780), Taffu (1814), Roullet de La Bouillerie, Georgette du Buisson de La Boulaye (1809 et 1888), Quarré de Verneuil (1835), Courlet de Vregille (1841), de Clavière (1842), Maublanc de Chiseuil (1846), de Carnazet (1874), Neyrand (1874), de Joybert (1880), de Lescure (1880), d'Auxais (1884), de Cotton (1887), Viénot de Vaublanc (1908), etc.

Armes, blasons, devises[modifier | modifier le code]

  • de La Chapelle : Écartelé au 1 d'argent à une bande de gueules chargé d'une étoile et accompagné de deux boucles en forme d'anneau, le tout d'or ; au 2 d'argent à un lion couronné de gueules ; au 3 d'or à deux lions de sable posés en bande ; au 4 d'azur à trois fasces d'or et à la bande brochante du même ; sur le tout d'azur à une chapelle d'or soutenue du même et ouverte du champ (règlement d'armoiries du 15 novembre 1817)

Régis Valette écrit : "distincts des Chapelle de Jumilhac dont ils portent les armes"[11]. La famille de Chapelle de Jumilhac, duc de Richelieu (de 1822 à 1952), subsiste en ligne féminine[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, tome 9, pages 366 à 368, de La Chapelle d'Uxelles.
  2. a b et c Mariage de Laurent Siot dit Lachapelle et Françoise Couchod, le 25 juin 1711, registres paroissiaux de Sainte-Croix de Lyon (archives de Lyon en ligne) et [1]
  3. Titres, anoblissements et pairies de la restauration 1814-1830, par vicomte Albert Révérend, volume 4, p. 117
  4. Référence : http://www.culture.fr/grandmemorial/resultats?lastname=de+la+chapelle&exactLastname=1&firstname=&exactFirstname=1&search=D%C3%A9marrer+la+recherche&town-all=&date-fixe-all=&date-debut-all=&date-fin-all=&town-birth=&date-fixe-birth=&date-debut-birth=&date-fin-birth=&town-recruitment=&date-fixe-recruitment=&date-debut-recruitment=&date-fin-recruitment=&town-residence=&town-death=&date-fixe-death=&date-debut-death=&date-fin-death=.
  5. Archives nationales O/1/127 -LA CHAPELLE (Charles-Gilbert de) brevet de secrétaire des commandements du Dauphin et des Enfants de France pour... ancien capitaine de cavalerie, chef des bureaux du département de la Maison du roi - 12 juin 1784
  6. Recueil général des lois et des arrêts en matière civile, criminelle - 1827, p 276. (source non consultable : Recueil général des lois et des arrêts en matière civile, criminelle - 1827)
  7. Répertoire général des sources manuscrites de l'histoire de Paris pendant la révolution français: Assemblée constituante (2.-3. ptie.), p. 360
  8. Le trésor de la Sainte-Chapelle, Jannic Durand, Musée du Louvre - Éd. de la Réunion des Musées Nationaux, 2001, p. 262
  9. L'Aérophile, février 1940, p XX
  10. Qui était qui?: mémorial aéronautique - volume 2, par Marcel Catillon - 2004, p 107
  11. Régis Valette, Catalogue de la noblesse française au XXIe siècle, page 109, année 2002.
  12. Gontran du Mas des Bourboux, L'ancienne noblesse du Périgord subsistant en Dordogne, Pilote 24 édition, Périgueux, 2001, pages 71 à 75.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, tome 9, pages 366 à 368, de La Chapelle d'Uxelles
  • Régis Valette, Catalogue de la noblesse française au XXIe siècle, 2002, page 109
  • Bottin mondain

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]