Famille de Guillebon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Famille de Guillebon
Le Thoillier de Guillebon
Image illustrative de l’article Famille de Guillebon
Armes

Blasonnement D'azur à la bande d'or accompagnée de 3 besants d'or, 2 en chef et 1 en pointe
Devise J'attens, je prétens, et j'espère en tout temps.
Branches Angivillers
Beauvoir
Wavignies
Vaux
Période XVe siècle - XXIe siècle
Pays ou province d’origine Blason Evêques de Beauvais.svg Beauvaisis
Fiefs tenus Angivillers, Beauvoir, Bazentin, Béthencourt, Wavignies, Vaux, etc.
Demeures Château de Beauvoir
Château de Troussencourt
Château d'Essertaux
Château de Troissereux
Château du Frestoy-Vaux
Château de Bonneleau
Château de Beaumetz-lès-loges
Château de Rennes-sur-Loue
Château de Ravenel
Château de Saint-Remy-en-l'Eau
Château de Saint-Rimault
Château de Salperwick
Charges Consul
Échevin de Paris
Maire
Député de la Noblesse
Conseiller Général
Ingénieur Général
Inspecteur Général des Ponts et Chaussées
Fonctions militaires Général de brigade
Général de division
Général de corps d'armée
Commandant de l'École polytechnique
Directeur de l'Institut des hautes études de défense nationale
Récompenses civiles Médaille de la Reconnaissance française
Récompenses militaires Ordre royal et militaire de Saint-Louis
Ordre de Saint-Ferdinand
Ordre national de la Légion d'honneur
Croix de guerre 1914-1918
Croix de guerre 1939-1945
Médaille militaire
Croix de la Libération
Médaille de la Résistance

La famille de Guillebon, ou Le Thoillier de Guillebon[N 1], est une famille subsistante de la noblesse française d'extraction, originaire du Beauvaisis (Picardie).

Elle fut maintenue dans sa noblesse: les 25 et 27 février 1599, en vertu de l'enquête réalisée "par commune renommée" à Montdidier; en 1666, dans la généralité d'Amiens[1]; le 27 mars 1700, par jugement de l'Intendant de Picardie[2].

Cette famille compte parmi ses membres de nombreux militaires, prêtres, religieux et religieuses, un acteur, un journaliste et essayiste.

Origine[modifier | modifier le code]

Jean Ier Le Thoillier, dit Guillebon, acquit en 1464 une partie du fief d'Angivillers par saisine sur Gilles d'Amerval, seigneur d'Angivillers (près de Clermont-en-Beauvaisis). Il aurait eu deux fils, Jean II et Philippe. Ce dernier, ecclésiastique, docteur en théologie, acheta le reste de la seigneurie en 1491 à Gilles d'Amerval, et la laissa à son frère Jean à son décès en 1497[3].

Pierre tombale (XVIe siècle) de François de Guillebon, seigneur d'Angivillers, et de Gabrielle de Gomer. Le seigneur d'Angivillers porte sur son armure une cotte armoriée que les combattants des guerres d'Italie avaient adoptée.

Filiation[modifier | modifier le code]

Selon Paul-Louis Lainé[4], la filiation prouvée commencerait avec Jean II Le Thoillier, dit Guillebon, écuyer, seigneur d'Angivillers, décédé le 18 aout 1520[2]. Raoul de Warren[5] et Régis Valette font démarrer la filiation suivie en 1528[6].

  • Son fils aîné Philippe II (1485-1547), seigneur d'Angivillers, de Ravenel et de la Rue-Saint-Pierre, fut l'auteur de la branche aînée, dite d'Angivillers[2].
  • Son fils cadet Antoine Ier Le Thoillier, seigneur de Blancfossé, marié avec Jeanne de Tristan, eut pour fils Antoine II Le Thoillier, seigneur de Blancfossé, qui épousa Marie aux Cousteaux[2]. Antoine II acquit en 1555 la seigneurie de Beauvoir[2], que la famille de Guillebon a conservée de génération en génération jusqu'à nos jours.

Antoine II Le Thoillier de Guillebon eut pour fils :

  • Claude de Guillebon, seigneur de Beauvoir, marié par acte du avec Suzanne du Caurel[2], auteurs de la branche de Beauvoir (branche ainée) et du rameau de Bazentin.
  • Aaron de Guillebon, seigneur de Blancfossé, marié par acte du avec Marie du Puis[7], auteurs de la branche de Wavignies et de la branche de Vaux.

Branches[modifier | modifier le code]

  • La branche aînée d'Angivillers dont le premier membre connu est Jean Ier Le Thoilier dit Guillebon (1425-1490). Cette branche s'éteignit en 1593, à la mort du dernier seigneur d'Angivillers, Sébastien de Guillebon[2].
  • La branche de Beauvoir qui fut maintenue noble le par l'intendant Colbert et le par l'intendant Bignon dans la généralité d'Amiens[1],[5].
  • Le rameau de Bazentin dont l'auteur est Antoine de Guillebon, seigneur de Bazentin (1683-1741), et qui s'éteignit à la mort de Gabrielle Sophie de Guillebon-Bazentin, née de Guillebon de Vaux (1771-1859)[2].
  • La branche de Wavignies qui fut maintenue noble le avec la branche de Beauvoir[5].
  • Le rameau de Fumechon, rattaché à la branche de Wavignies.
  • La branche de Vaux et le rameau de Bourges.

Seule la branche de Beauvoir est aujourd'hui subsistante. Au lendemain de la Révolution, elle s'est subdivisée en quatre nouvelles branches, qui portent les noms des propriétés appartenant aux quatre fils de Claude-Antoine dont la descendance masculine subsiste de nos jours[2]:

  • La branche de Beauvoir, dont l'auteur est le comte Théodore de Guillebon (1789-1876)[8]
  • La branche de Troussencourt, dont l'auteur est le vicomte César de Guillebon (1790-1847)[9]
  • La branche d'Essertaux, dont l'auteur est Ernest de Guillebon (1792-1880)[10]
  • La branche de Mazinghem, dont l'auteur est Emmanuel de Guillebon (1800-1887)[11]

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Claude de Guillebon de Beauvoir (1550-1621), gouverneur ligueur de Clermont puis de Bresles pendant les guerres de Religions[12]. Il prit part aux sièges de La Charité, d'Issoire de La Fère, à la bataille de Coutras et au siège d'Amiens, sous les ordres successifs du duc Anne de Joyeuse, du duc d'Aumale et du comte de Saint-Pol. Commandant et enseigne du sieur de Saisseval, il fut blessé lors du siège de Doullens, en 1595[2]. Maire d'Ancre, demeuré fidèle à Concino Concini, il fut un opposant au duc de Luynes, lors de son installation à Albert[13].
  • Anne de Guillebon de Beauvoir, abbesse de l'abbaye Notre-Dame de Biaches (Péronne) en 1693[14].
  • Louis de Guillebon (1668-1736), officier d'artillerie, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis. Il prit part aux sièges de Furnes, Dixmude, Charleroi, Mons, Namur, aux batailles de Nerwinde, de Steinkerque, de Lens ainsi qu'aux bombardements de Bruxelles et de Fleurus. Il fut blessé au cours du bombardement de Fleurus[15].
  • Antoine de Guillebon de Wavignies (1675-1758), garde du corps du roi Louis XIV, compagnie du duc de Villeroy (1708), brigadier des armées du roi (1719), chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis.
  • Claude Antoine de Guillebon-Beauvoir (1752-1816), il entra dans les chevaux-légers de la garde ordinaire du roi et reçut son certificat le . Lors de leur suppression, en 1776, il passa dans les gardes du corps du Roi Louis XVI, compagnie de Luxembourg. Capitaine de cavalerie, Lieutenant des maréchaux de France en 1787 et chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis le . Membre de l'Assemblée de l'Election de Montdidier en 1787, Membre du Conseil Permanent de la ville d'Amiens en 1789[2].
Louis de Guillebon (1668-1736)
  • Charles Marie Joseph de Guillebon-Bazentin (1755-1837), prêtre du diocèse de Noyon, puis d'Amiens, Chanoine titulaire de Saint-Fursy (1764), Curé-Doyen de Saint-Sauveur de Péronne (1788-1791), Curé et Archiprêtre de Saint-Jean-Baptiste de Péronne (1802-1816)[16]. Il prêta le serment civique le 23 janvier 1791 puis se rétracta publiquement le 19 mars[17]. Il émigra à Maastricht, fut emprisonné après la prise de la ville par les armées révolutionnaires, puis placé en surveillance à Combles. Bienfaiteur de Bazentin et du diocèse d'Amiens[18].
  • Martial de Guillebon (1773-1861), officier supérieur de Cavalerie, garde du corps du roi Louis XVI, compagnie du Luxembourg, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, seigneur puis maire du Frestoy-Vaux. Il se tint aux côtés de Louis XVI lors des journées des 5 et 6 octobre 1789. Émigré à Maastricht, il intégra l'Armée des Princes et fut membre de l'armée de Condé de 1792 à 1794[19].
  • François de Paule Nicolas de Guillebon (1782-1846), officier de cavalerie, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, aide de camp du Général Joseph Jean-Baptiste Albert qu'il accompagna tout au long des guerres napoléoniennes[20].
  • Théodore, comte de Guillebon (1789-1876), officier d'infanterie, Maire de Beauvoir (Oise), Conseiller d'Arrondissement. De 1806 à 1810, il prit part aux campagnes de Prusse, de Pologne, d'Autriche et d'Espagne. Prisonnier des Anglais pendant deux ans, il ne rentra en France qu'en décembre 1813. Il participa à la campagne de Belgique en 1815, puis à l'expédition d'Espagne en 1823. Il reçut successivement la décoration du Lys (1814, n°2632), la Légion d'Honneur (au cours des Cent Jours, le 18 mai 1815), la croix de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis (14 octobre 1823) et, enfin, la médaille de Sainte-Hélène (1857)[2].
  • Alexandre de Guillebon (1790-1841), polytechnicien et ingénieur en chef des Ponts et Chaussées. Inspecteur de l'école des Ponts et Chaussées. Après les périodes de Révolution et de guerres napoléoniennes, l'Oise n'était plus une voie navigable. Chargé par le ministère de l'intérieur de sa remise en état de navigabilité, il entreprit de créer ou de remettre en état les écluses de Pont-Sainte-Maxence, Creil, Royaumont et Pontoise. Maire de Wavignies, Conseiller Général de l'Oise, chevalier de la Légion d'honneur, il fut aussi professeur titulaire de la chaire de Mécanique Appliquée à l'école des Ponts et Chaussées, succédant ainsi à Henri Navier.
  • Madeleine de Guillebon, soeur Cécile (1869-1943), religieuse de Saint-Vincent-de-Paul. Pendant toute la durée de la Première Guerre Mondiale, elle demeura seule à Hersin-Coupigny, au péril de sa vie, sous le feu des canons allemands, soignant les blessés et enterrant les morts. Le 21 février 1919, elle reçut la médaille de la reconnaissance française, attribuée pour la première fois, avec la citation suivante: "modèle de dévouement, de courage et d'abnégation. Depuis le début des hostilités, et malgré de fréquents bombardements, prodigua aux blessés les soins les plus empressés et donna à la population, durement éprouvée, l'exemple des plus belles qualités civiques[21]".
  • Ludovic de Guillebon (1870-1946), polytechnicien, lieutenant-colonel d'Artillerie de Marine, écrivain et magistrat, officier de la Légion d'honneur. Au cours de la Première Guerre Mondiale, il prit part aux batailles de Charleroi, de Guise et de la Marne, à l'offensive de Champagne, à la bataille de Verdun puis à la bataille de la Somme[22]. Après l'armistice, il fut nommé à la Haute Commision Interalliée des Territoires Rhénans, comme contrôleur de justice, puis comme adjoint de l'Administrateur Supérieur de Trèves[23]. Généalogiste, écrivain, membre de l'Académie Delphinale, président régional de la Ligue des Croix de Feu puis du Parti Social Français[24], bienfaiteur du musée du château de Vizille.
  • Plaque de la gare Montparnasse rappelant la reddition de Paris. Y figure le nom de Jacques de Guillebon
    François de Guillebon (1901-1945), polytechnicien, capitaine de réserve, PDG de la Manufacture Lilloise de Chaînes, président de l’Action catholique indépendante de Lille, « Honorable Correspondant » depuis 1936. Au début de 1943, il devint l’adjoint du commandant Christiaens pour la mise en place, dans le Nord, d’un Bureau de sécurité militaire clandestin, sur demande du colonel Navarre. Une imprudence d’un membre de l’Organisation entraîne l’arrestation du commandant Christiaens, puis le , celle de François de Guillebon qui est emprisonné à Loos. Après les camps de Compiègne, Auschwitz et Buchenwald, il est finalement incarcéré au camp de Sachsenhausen-Orianenburg. Attaché au travail de nuit dans les usines Klinker de sinistre réputation, c’est au repos dans les baraquements avec ses camarades, que les bombardements alliés le surprennent. Il est tué le , alors qu’il essayait de dégager l’un de ses compagnons. Son nom figure sur le mémorial de l’Association française des services de la Défense Nationale à Ramatuelle. Il fut chevalier de la Légion d’honneur à titre posthume, croix de guerre 1939-1945, médaille de la Résistance avec rosette[25],[26].
  • Jacques de Guillebon (1909-1985), polytechnicien, chef d'état-major de la Colonne Leclerc et de la Force L, sous-chef d'état-major de la 2° Division Blindée en 1943, général de corps d'armée, grand officier de la Légion d'honneur, compagnon de la Libération, commandant de l'École Polytechnique (1957-1959), gouverneur militaire de Toulouse, directeur de l'Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) et du Centre des hautes études militaires (CHEM) de 1966 à 1969. Il fut le père adoptif (et beau-père) de Jeanne-Claude Denat de Guillebon (1935-2009), artiste œuvrant avec son époux Christo.
  • Hubert de Guillebon (1909-1991), intendant militaire, secrétaire général de l'Association des Français Libres, officier de la Légion d'honneur, croix de guerre 1939-1945, médaille de la résistance avec rosette[27].
  • François, vicomte de Guillebon (1930-1989), général de brigade, secrétaire général du Cercle National des Combattants, officier de la Légion d'honneur.
  • Raoul de Guillebon de Resnes (1931-1995), général de brigade.
  • Michel de Guillebon de Resnes (1940- ), général de division.
  • Brigitte de Guillebon (1945- ), professeure à l'Institut d'études politiques de Nancy (université Nancy 2).
  • Alain de Guillebon (1955- ), général de brigade[28],[29], directeur du département Sciences politiques de l'Institut catholique d'études supérieures.
  • Bernard de Guillebon (1957- ), général de brigade[30].
  • Xavier de Guillebon (1963- ), acteur.
  • Reginald de Guillebon (1970- ), entrepreneur[31].
  • Jacques de Guillebon (1978-), essayiste et journaliste.

Galerie[modifier | modifier le code]

Situation contemporaine[modifier | modifier le code]

La famille de Guillebon a été admise à l'Association d'entraide de la noblesse française en 1955.

Selon Régis Valette, cette famille comptait 154 représentants masculins vivants en 2007, ce qui en fait l'une des cinq familles subsistantes les plus nombreuses de la noblesse française[6].

Armoiries et devise[modifier | modifier le code]

  • D'azur à la bande d'or accompagnée de trois besants de même, deux en chef et un en pointe
  • Devise : J'attens, je prétens, et j'espère en tout temps.

Alliances[modifier | modifier le code]

Les principales alliances de la famille de Guillebon sont : de Piennes (1490), d'Auvergne (1492), de Tristan (1514), de Feuquières (1540), de Gomer (1547,1786), de Garges (1575), de Lespinay (1580), de Corbie (1595), de Monchy (1604,1648,1732,1778), Oger de Cavoye (1634), de la Chaussée d'Eu (1660), de Mailly (1677), de Louvel-Lupel (1758), de Riencourt (1808), de Croix (1821), etc.

Odonymie[modifier | modifier le code]

  • Allée du Chef-d'Escadron-de-Guillebon, dans les 14e et 15e arrondissements de Paris
  • Rue François de Guillebon, La Madeleine (59)
  • Rue du Général de Guillebon, Essertaux (80)
  • Rue François de Guillebon, Salperwick (62)
  • Le nom de François de Guillebon est inscrit sur le mémorial de l'Association française des services de la Défense nationale à Ramatuelle

Littérature[modifier | modifier le code]

Dans Les Hommes de sport de Bruno de Vaux, ouvrage préfacé par Alexandre Dumas (fils), un chapitre présente le baron Antoine de Guillebon de Vaux (1825-1892), restaurateur du jeu de paume en France, au lendemain de la Révolution, dans son château du Frestoy-Vaux[32].

Le chevalier André de Guillebon est le personnage principal du roman de Gaston Lavalley, Le Drame du Camp de Vaussieux[33].

Dans son roman dédié à Olympe de Gouges, La Donna che visse per un sogno (La Femme qui vécut pour un rêve), l'écrivain italien Maria Rosa Cutrufelli met en scène une aristocrate nommé Madame de Guillebon, épouse d'un certain Capitaine de Guillebon[34].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le patronyme « Le Thoillier » a disparu au début du XXe siècle, par omission dans les actes d'état-civil, chez certaines branches de la famille.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Louis d'Izarny-Gargas, Jean-Jacques Lartigue, Jean de Vaulchier, Nouveau Nobiliaire de France, tome 2 (E-L), Versailles, 1998
  2. a b c d e f g h i j k et l Gustave de Guillebon, Généalogie de la maison de Guillebon, originaire du Beauvaisis, Amiens, 1893
  3. Mémoire de la Société Académique de l'Oise, tome VIII, Beauvais, Société Académique de l'Oise, , p 21 à 24
  4. Paul-Louis Lainé, Archives généalogiques et historiques de la noblesse de France, Paris, 1829, p 45
  5. a b et c Raoul de Warren, Grand armorial de France, tome 6, 1948
  6. a et b Régis Valette, Catalogue de la noblesse française, 2007, p.99
  7. Gabriel et Ludovic de Guillebon, Notice sur la famille de Guillebon, Cambrai, 1927, et supplément 1934
  8. « Antoine Joseph Théodore de Guillebon »
  9. « César de Guillebon-Troussencourt »
  10. « Ernest de guillebon-Essertaux »
  11. « Ex-libris héraldiques des Guillebon de Mazinghem »
  12. Charles Dupont-White, La Ligue à Beauvais, Paris, Dumoulin, , 272 p. (lire en ligne), p.109 et 138
  13. Borel d'Hauterive, "Le Marquisat d'ancre: souvenirs historiques sur le Maréchal d'Ancre" in Annuaire de la noblesse de France, 29° année, Paris, Dentu, , 452 p. (lire en ligne), p.195-208
  14. Abbé Paul Decagny, L'Arrondissement de Péronne, (ISBN 978 - 2 - 913 924 - 75 - 8), Page 107 et 108
  15. Gustave de Guillebon, Généalogie de la Maison de Guillebon, originaire du Beauvaisis, Amiens, , p.40
  16. Chanoine Michel Destombe, Le clergé du diocèse d'amiens et le serment à la constitution civile 1790-1791, Mémoires de la Société des Antiquaires de Picardie,, Amiens, , t.53
  17. Gustave Ramon, Le Vieux Péronne – la Révolution à Péronne, 1ère série « Fêtes, cérémonies et réjouissances » (1789-1804), Péronne, Quentin, , p.18-20
  18. Abbé Roze, « Notes pour servir à la continuation du Gallia Christiana » (p. 229 à 240), in La Picardie, revue littéraire et scientifique, Amiens, Lenoel-Herouard, , p.237, note 1
  19. Gilbert Bodinier, Les gardes du corps de Louis XVI: étude institutionnelle, sociale et politique : dictionnaire biographique, Paris, Service historique de l'armée de terre - Mémoire et documents, , 638 p., p.344
  20. Aristide Martinien, Tableaux, par corps et par batailles, des officiers tués et blessés pendant les guerres de l'Empire (1805-1815), Paris,
  21. « Journal Officiel de la République française », n°30,‎ , p. 1873
  22. « Archives privées de la Première Guerre Mondiale »
  23. Archives Nationales Inventaire, FRAN_IR_054073
  24. « Le Petit Journal », n°28913,‎
  25. « François de Guillebon (1901-1945) »
  26. « ANCIENS ELEVES WEB - Notice complète », sur bibli-aleph.polytechnique.fr (consulté le )
  27. « Un français libre parmi 61739: Hubert Marie Paul de Guillebon »
  28. Biographie de Alain de Guillebon
  29. legifrance.gouv.fr
  30. « Version électronique authentifiée publiée au JO n° 0094 du 21/04/2017 | Legifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le )
  31. https://www.societe.com/cgi-bin/search?champs=Reginald+de+Guillebon
  32. Bruno de Vaux, Les Hommes de sport, Paris, Flammarion (lire en ligne), p.79-85
  33. Gaston Lavalley, Le Drame du camp de Vaussieux, Caen, , 412 p. (lire en ligne)
  34. Maria Rosa Cutrufelli, La Donna che visse per un sogno, Frassinelli, , 340 p.

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Régis Valette, Catalogue de la noblesse française, Paris, 2007
  • Nicolas Guerre, Noblesse 2001, Paris, 2001
  • Louis d'Izarny-Gargas, Jean-Jacques Lartigue, Jean de Vaulchier, Nouveau Nobiliaire de France, tome 2 (E-L), Versailles, 1998
  • Étienne de Seréville, Fernand de Saint-Simon, Dictionnaire de la noblesse française, Paris, 1975
  • Raoul de Warren, Grand Armorial de France, tome 6, Paris, 1948
  • Gabriel et Ludovic de Guillebon, Notice sur la famille de Guillebon, Cambrai, 1927, et supplément 1934 (ouvrage familial)
  • Gustave de Guillebon, Généalogie de la maison de Guillebon, originaire du Beauvaisis, Amiens, 1893 (ouvrage familial)
  • Paul-Louis Lainé, Archives généalogiques et historiques de la noblesse de France, Paris, 1829, page 45, lire en ligne

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]