Famille de Butler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Famille de Butler
Image illustrative de l’article Famille de Butler
Armes

Blasonnement D’azur au chef endenché d'or.
Devise « Comme je trouve »
Période 1665-
Pays ou province d’origine Irlande, Aunis
Allégeance Drapeau de l'Angleterre Angleterre, Drapeau du royaume de France Royaume de France
Demeures Kermaria
Charges marchands, maire de La Rochelle
Fonctions militaires Officiers
Récompenses militaires Saint-Louis
Preuves de noblesse
Admis aux honneurs de la Cour Honneurs de la Cour

La famille de Butler est une famille famille subsistante de la noblesse française[1] originaire d'Irlande, fixée au XVIIe siècle à La Rochelle.

Origine[modifier | modifier le code]

Selon le Catalogue de la Noblesse française de Régis Valette, cette famille de l'Aunis, d'origine irlandaise, fut reconnue noble d'ancienne extraction en France en 1744, portant d'or à un chef endenché d'azur. Elle est membre de l'Association d'entraide de la noblesse française.

Selon Gustave Chaix d'Est-Ange, cette famille qui revendique une origine commune avec la maison irlandaise Butler, commença à prendre des qualifications nobiliaires dans la secondes moitié du XVIIIe siècle et se fit accorder par d’Hozier en 1766 un certificat de noblesse attestant qu’il a vu une généalogie en latin attestée en 1750 par l’archevêque de Dublin d’après laquelle un certain Jean Butler qui vint se fixer à La Rochelle en 1675 était un descendant de Thomas Butler, appelé Thomas Le noir, issu de la grande famille des comtes d’Ormond[2].

Sa filiation suivie remonte à Richard Butler, marchand à La Rochelle sous Louis XIV. Marié à Madeleine Courcoison puis à Jeanne Bodkin[2],[3]

Selon le certificat de noblesse établie en 1766 par d'Hozier pour Jean-Baptiste Butler[2], établissant la filiation avec la famille Butler irlandaise des comtes d'Ormond à partir d'une généalogie officielle irlandaise[2] dressée par John Hawkins, Ulster king of arms[4], la branche subsistante en France est issue de:

  • John Butler, né en 1641 à Galway[2], fils de John Butler, armiger, marchand et armateur à Galway, et de Jeanne Bodkin, fille de Patrice Bodkin, marchand, armateur, maire de Galway. Il était banquier, armateur, et il a quitté Galway [5]lors des persécutions de Cromwell, pour s'établir à La Rochelle où il est naturalisé français par lettres patentes de Louis XIV datées d'. De son mariage à La Rochelle le avec Marguerite Butler[4], fille de Richard Butler (1610-1680), marchand de New-Ross en Irlande, et de Magdeleine Courcoison. Ils ont 17 enfants, tous nés à La Rochelle, dont:
    • Jean Butler (1677-1746), marchand, armateur, directeur de la Chambre de commerce, consul, et maire de la ville, qui ne laisse qu'une fille, Jeanne-Marguerite Butler, mariée en 1709 avec Étienne de Labadie, capitaine-général des Garde-côtes,
    • Richard-Jean Butler (1690-1722), officier de troupes coloniales, puis colon à Saint-Domingue où il se marie en 1716 à avec Marie-Rosalie de Soulfour, dame de Gouzangrez, fille d'Antoine Soulfour, seigneur Novilé et de Panville, qui laisse deux fils:
      • Jean-Baptiste Butler (1717-1755), qui se marie deux fois et donne la branche fixée en Artois.
      • Pierre-Antoine Butler (1719-1770), qui donne la branche établie par la suite en Rouergue où elle fait construire le Château de Kermaria.
    • Robert Butler (1698-1742), marié en 1729 à L'Isle-Dauphin, à Marie Ducreste, dont on ignore la postérité.

Le vicomte Révérend, en désaccord avec cette filiation[2], écrit en 1908 au sujet de cette famille Butler fixée à La Rochelle :

« Cette famille Butler est bien originaire d’Irlande où ce nom est très répandu, mais ne se rattache historiquement en aucune façon à l’illustre maison des Butler, ducs et comtes d'Ormonde, comtes de Galmoy etc. Elle était fixée vers le milieu du XVIIe siècle dans le commerce à La Rochelle, où l’un de ses membres, Robert Butler, dénommé tort Butlaire, marchand, fit enregistrer ses armoiries à l’armorial général de 1696. Depuis, elle ne parait avoir occupé aucune charge pouvant lui conférer la noblesse et ne figure pas dans la liste des gentilshommes de Saintonge en 1789 où elle résidait alors. Elle établit sa filiation suivie d’après les actes de la paroisse Saint Jean du Perrot à La Rochelle, depuis Richard Butler, marchand à La Rochelle, originaire de Galway en lrlande, qui épousa Madeleine Courcoison puis Jeanne Bodkin»[6].

En effet, selon ces auteurs, sa filiation suivie remonte à

  • Richard Butler qui était marchand à La Rochelle sous Louis XIV. Marié à Madeleine Courcoison puis à Jeanne Bodkin[2]. Selon eux, laissa deux fils :
    • Jean-Baptiste Butler, né en 1641, marchand à la Rochelle, marié avec sa parente Marguerite-Marie Butler dont il eut plusieurs fils[2].
    • Robert Butler, né en 1658, marchand banquier décédé en 1704 dont la postérité s’éteignit[2]. Il fit enregistrer des armes à l’Armorial général de 1696, qui n’ont aucun rapport avec celles des Butler d’Osmond et de Carryck : d’argent à deux lances de sable posées en sautoir et accompagnées de deux annelets du même[2].

La famille Butler fut reconnues noble en 1744[7] et fit enregistrer ses titres de noblesse le au Conseil supérieur de Saint-Domingue[2].

Principales personnalités[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste Butler (ca 1641 - La Rochelle 1704), marchand à La Rochelle[2], marié à La Rochelle le à Marguerite Butler (1659-1727), fille de Richard Butler et de Madeleine Courcoison.
  • Jean Butler (La Rochelle 1677 - La Rochelle 1746), fils du précédent[2], négociant[2], consul en 1712 puis maire de La Rochelle en 1739, marchand, armateur à La Rochelle où les Butler possèdent environ 1/10è des armements, juge au Tribunal de commerce (1718), directeur de la Chambre de Commerce (1732) colonel des milices de La Rochelle;
  • Richard-Jean Butler (1680-1722), fils du précédent, officier des troupes territoriales, négociant à Saint-Domingue[2] où il s'est marié en 1716 avec Marie-Louise Sulfour de Novillé (1695-1721) qui lui donne deux fils:
    • Jean-Baptiste de Butler (Saint-Domingue 1717 - Saint-Domingue 1755) marié en secondes noces, en 1750, avec Julie du Trousset d'Héricourt, fille de Louis d'Héricourt, officier de marine, lieutenant de roi au Cap et d'Elisabeth de Breda; il fait la souche de la branche aînée.
    • Pierre-Antoine de Butler (Saint-Domingue 1719 - Saint-Domingue 1770), marchand à La Rochelle[2], marié en 1740 à Saint-Domingue avec Elisabeth Bodkin (1720-1767), fille de Robert Bodkin et d'Elisabeth Butler; il fait la souche de la branche cadette.
    • Jean Rémond de Butler (1839-1907), Promotion de Saint-Cyr 1859-1861-Nice et Savoie, général de brigade.
  • Jean Pantaléon de Butler (Cap-Français (Haïti) 1753 - Göteborg (Suède),le ), fils de Jean-Baptiste de Butler, officier.
  • Charles Edouard de Butler (- Remaisnil (Somme), le ), fils du précédent, conseiller-général de la Somme, châtelain de Remaisnil.
  • Jean-Théodose de Butler ( - Amiens, le ), fils du précédent, membre du cabinet du ministre de l'Intérieur (1851), secrétaire général de la préfecture de l'Isère (1853), sous-préfet de Lesparre, Montmédy, Nogent-le-Rotrou (1861-69); publiciste.
  • Fernand de Butler (Grenoble, le - Amiens, le ), comte de Butler, fils du précédent, officier de cavalerie, explorateur de la Casamance et de la Guinée-Bissau.
  • Raymond de Butler d'Ormond (Saint-Mandé, le - Amiens, ), fils du précédent, professeur de clinique chirurgicale à la faculté de médecine d'Amiens, directeur de la clinique Victor Pauchet d'Amiens (1923-1962).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Régis Valette, Catalogue de la noblesse française au XXIe siècle, .
  2. a b c d e f g h i j k l m n o et p Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, tome VIII, pages 21 et 22.
  3. Joël Rilat, Ces messieurs de Nantes complément Tome 3 de A à G, 2014, page 173 : Butler.
  4. a et b (en) Professor Louis M.Cullen of Trinity College, Dublin, Galway Merchants in the Outside World, 1650-1800, (lire en ligne), p. 66-67]
  5. (en) Diarmuid Ó Cearbhaill, Galway : town and gown, 1484 - 1984, Gill and Macmillan, (présentation en ligne), p. 60
  6. Vicomte Albert Révérend, Annuaire de la noblesse de France, volume 64, 1908, page 175.
  7. E. de Séréville et F. de Saint-Simon, Dictionnaire de la noblesse française, , page 242.
  8. (fr + en) « Genealogie de Guillaume Hinde 1720. William Hinde genealogy 1720 », sur oocities.org (consulté le 27 septembre 2016).
  9. (en) « Aodh Buidhe Mac Cruitín (?1680-1755) », sur ricorso.net (consulté le 27 septembre 2016).