Famille d'Helmstatt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Maison de Helmstatt
Armes de la famille.
Armes de la famille : Maison de Helmstatt

Blasonnement d'argent, au corbeau essorant de sable, langué de gueules
Période XIIe siècleXXe siècle
Pays ou province d’origine Kraichgau
Allégeance Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire romain germanique
Drapeau de la Lorraine Duché de Lorraine
Évêché de Metz
Drapeau du royaume de France Royaume de France
Fiefs tenus seigneurie de Château-Voué, seigneurie de Hingsange, seigneurie de Francaltroff, seigneurie de Léning, comté de Morhange (actuelle Moselle)
Demeures Château-Voué, Hingsange, Francaltroff, Morhange (actuelle Moselle)
Charges député de la noblesse aux États Généraux de 1789
Fonctions ecclésiastiques évêques de Spire, Archevêques de Trêves


La famille de Helmstatt est une famille noble allemande possessionnée dans le Kraichgau et l’Odenwald et dont une branche dite de Dürrkastel (Château-Voué) s’implanta au XVe siècle en Lorraine allemande.

Ancien château des comtes de Helmstatt à Francaltroff (Moselle) d'après une carte postale de 1905

Elle descend de Raven de Wimpina zu Rappenau qui vivait au XIIe siècle et qui semble être l’ancêtre commun des familles de Helmstatt, des Göler von Ravensburg et des Mentzingen[1],[2]. Elle tire son nom de la ville d‘Helmstadt, située non loin de Neckarbischofsheim où elle résidait habituellement ( Bade-Wurtemberg, arrondissement de Rhin-Neckar, district de Karlsruhe ) et où se situait le centre de ses intérêts en Allemagne.

Elle portait en Allemagne le titre de Freiherr et se glorifiait d’avoir donné trois évêques dont:

La branche lorraine des Helmstatt[modifier | modifier le code]

Bleickard de Helmstatt, seigneur d'Hingsange (1571-1636)


  • François Louis de Helmstatt, (1752-1841), de la ligne allemande d’Oberöwisheim-Hochhausen fut adopté en 1773 par son lointain cousin lorrain Maximilien-Auguste Bleickard qui n’avait pas d’héritiers. François Louis avait été page de la reine Marie-Antoinette à la cour de France avant d’embrasser une carrière militaire. Il épousa en 1774 la princesse Charlotte Amédée de Broglie (1754–1795), fille de Victor-François de Broglie (1718-1804) et de Louise Augustine Salbigothon Crozat de Thiers.
  • Leur fils Auguste Marie Victor Raban de Helmstatt, comte de Morhange (1776-1842) épousa en 1806 Henriette de Cetto, fille de l’ambassadeur de Bavière en France. Une partie des biens de sa famille lui ayant finalement été restituée par Napoléon Ier afin de permettre ce mariage, il revint en 1811 habiter Morhange avec sa jeune épouse. Il exerça les fonctions de maire de Morhange de 1815 à 1818. Séduite par le jeune marquis de Loewenstein (Anatole de la Woestine, 1786-1870) en 1815, Henriette de Cetto abandonna son mari et ses enfants. Ces déboires conjugaux furent à l’origine des excès qui conduiront à sa ruine et la vente de tous ses biens à Morhange.
  • Leur fils Maximilien de Helmstatt (1810-1893) avait embrassé une carrière militaire en France mais le décès de son père l’amena à y renoncer et à s’installer à Neckarbischofsheim, région où la famille conservait plusieurs châteaux et d’importants domaines. Il mit fin ainsi à près de quatre cents ans de présence familiale en Lorraine.
  • La famille de Helmstatt s’est éteinte en ligne masculine à la mort de Bleickard von Helmstatt en 1952 mais leur titre comtal et leur nom subsistent par l’adoption d’un parent.

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Wüttemb. Urkundenbuch 2, S. 268–269
  2. Walter Möller, Stammtafeln westdeutscher Adelsgeschlechter im Mittelalter 3, Darmstadt 1936, p. 277
  3. Hermann Peter Barth, Die Herrschaft Hingsingen. Zeitschrift für die Geschichte der Saargegend. XII Saarbrücken 1962, p. 134-148
  4. Léon Maujean : Histoire des seigneurs et de la ville de Morhange. III La famille de Helmstatt, la Révolution, période moderne. - Annuaire de la Société d'Histoire et d'Archéologie de la Lorraine, Metz, vol. 39, 1930 p. 395-446
  5. Charles Étienne : Cahiers de doléances des bailliages des généralités de Metz et de Nancy pour les États généraux de 1789. Première série, Département de Meurthe-et-Moselle. Tome 2, Cahiers du bailliage de Dieuze, Imprimerie Berger-Levrault, Nancy 1912 p. 194-209