Famille d'Esparbès de Lussan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes.

La famille d’Esparbès de Lussan est une ancienne famille noble d'Armagnac dont le nom est mentionné dans un certain nombre de chartes des XIIe, XIIIe et XIVe siècles.

Famille de noblesse d'épée illustrée par des hommes de guerre et par Louise d'Esparbès de Lussan, amie intime de l'épouse du roi Louis XVI. Elle a donné deux maréchaux de France, dix lieutenants généraux des armées du Roi, des maréchaux de camp, des ambassadeurs, des gouverneurs de province, dix chevaliers des Ordres du Roi, des évêques, de nombreux chevaliers de Saint Jean de Jérusalem, dont plusieurs commandeurs, etc.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les d'Esparbès de Lussan, barons de Pelletane, de la Motte-Bardigues, de Chadenac, marquis, comtes et vicomtes d'Aubeterre, comtes de Jonzac, de la Serre, marquis d'Ozillac et de Champagnac étaient une illustre et ancienne maison de chevalerie qui florissait dès le XIIe siècle et tire son nom d'une terre nommée en latin de Esparveriis (des Eperviers).

La maison d'Esparbès, Esparvez ou Esparvers a eu pour berceau la seigneurie d'Esparbès, située à peu de distance d'Auch dans l'ancien vicomté de Fezensaguet et dans le canton français actuel de Mauvezin. Elle joint son nom à celui de la terre de Lussan qu'elle a longtemps possédée, jusqu'au mariage de Jeanne d'Esparbès de Lussan avec Jacques de Marmiesse en 1617: ils seront les auteurs de la branche de Marmiesse de Lussan.

Elle compte au nombre de ses premiers membres connus Géraud d'Esparbès qui, en 1150, était prieur de Saramon, et Arnaud d'Esparbès qui, le 4 mai 1162, fait une donation aux religieux de Grand Selve. La branche de Lussan est substituée aux noms et armes des Bouchard d'Aubeterre. Elle passa en Angoumois au XVIIe siècle.

Elle s'est éteinte avec Emmanuel d'Esparbès de Lussan, mort pour la France le 16 août 1870 à Gravelotte.

Membres notables de la famille[modifier | modifier le code]

Blason[modifier | modifier le code]

Les armes de la maison Esparbès de Lussan sont d'argent à une fasce de gueules accompagnée de trois merlettes (alias de trois éperviers de sable 2 et 1, quelquefois au chef de gueules, chargé d'une croix d'argent ou fascé de gueules et d'argent, de quatre pièces d'argent, chargé de trois merlettes de sable. La branche substituée au nom et aux armes de la maison de Bouchard d'Aubeterre portait : écartelé aux 1 et 4 de gueules à trois léopards d'or, armés et lampassés d'argent, qui est de Raymond d'Aubeterre aux 2 et 3 losangé d'or et d'azur, au chef de gueules, quelquefois chargé de trois coquilles d'or qui est de Bouchard ; sur le tout d'argent à la fasce de gueules, accompagnée de trois éperviers de sable.

Régiment Royal Vaisseaux[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime la Maison d'Esparbès de Lussan donna à la France plusieurs officiers parmi lesquels deux chefs de corps du régiment Royal Vaisseaux qui devint plus tard le 43e régiment d'infanterie et s’illustra lors des batailles de Marengo et d’Iéna.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Johannes Baptist Rietstap, Armorial général : contenant la description des armoiries des familles nobles et patriciennes de l'Europe : précédé d'un dictionnaire des termes du blason, G.B. van Goor, , 1171 p. (lire en ligne), et ses Compléments sur www.euraldic.com
  2. Michel Popoff (préf. Hervé Pinoteau), Armorial de l'Ordre du Saint-Esprit : d'après l'œuvre du père Anselme et ses continuateurs, Paris, Le Léopard d'or, , 204 p. (ISBN 2-86377-140-X)
  3. J.M. Ouvrard, ESPARBÈS de LUSSAN
  4. pagesperso-orange.fr/jm.ouvrard

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]