Famille Walckenaer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Famille Walckenear
Image illustrative de l’article Famille Walckenaer
Armes

Blasonnement Coupé : au 1 d'azur au globe terrestre d'argent ; au 2 de gueules au vaisseau d'argent voguant à senestre sur une mer de sinople
Charges Préfet, secrétaire général de préfecture, sous-préfet, secrétaire général de département, conseiller général, ...
Fonctions militaires Officier
Récompenses civiles Ordre de la Légion d'honneur

La famille Walckenaer est une famille subsistante de la noblesse française dont l'auteur Charles-Athanase Walckenaer (1771-1852) reçut un titre de baron héréditaire par lettres patentes du 21 octobre 1823[1],[2],[3].

Elle compte parmi ses membres notamment plusieurs polytechniciens et hauts fonctionnaires.

Celle famille fut admise à l'ANF en 1996[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

La famille Walckenaer est issue de Charles Athanase Walckenaer, né le 25 décembre 1771 à Paris, fils naturel du notaire parisien Charles-Nicolas Duclos du Fresnoy ou (Duclos-Dufresnoy) natif de Montcornet dans l'Aisne[5] (1733-1794) et d'Anne-Louise-Charlotte Pajot de Villeperrot (1732-1778)[Note 1], qui fut baptisé à Paris sous le nom adoptif de Walckenaer (Jacob Charles Nicolas Walckenaer (1715-1797) et son épouse, Clara Van der Bell (1726-1814), collectionneurs de tableaux et d'estampes mis en vente publique, signent un acte d'adoption à l'étude notariale Duclos Dufresnoy).

La famille Walckenaer[Note 2] était cliente de l'Étude Duclos-Dufresnoy située en l'Hôtel Desmarets,18 rue Vivienne à Paris (2e arrondissement).

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Joséphine Walckenaer, née Joséphine Marcotte (1776-1849), épouse de Charles-Athanase Walckenaer, secrétaire générale et animatrice de l'Association de charité de Saint-Vincent-de-Paul. Elle est citée comme «  une grande dame de la charité : les soeurs de la rue de Rocroy -Paris-10°- vénéraient fidèlement sa mémoire et conservaient la lithographie de son portrait, réalisé en 1825 par le peintre Ingres, dans la salle de Communauté... »[10].
  • Charles-Athanase-Marie baron Walckenaer (1796-1888) (fils des précédents), secrétaire général du département de la Loire (1820), puis de la Loire-Inférieure 1822). Sous-préfet de Nogent-sur-Seine (1827-1832). Marié à Albertine Demarest.
  • Charles Marie Walckenaer (1858-1941) (fils du précédent), major de l'école Polytechnique (1877), ingénieur, inspecteur général des mines, commandeur de la Légion d'honneur. Marié à Charlotte Joséphine Jeanne Labrosse-Luuyt.
  • François-Marie-André-Athanase baron Walckenaer (1889-1981) (frère du précédent), polytechnicien (1908), ingénieur des Mines, directeur général des usines Schneider, président de la Société Normande de Métallurgie, officier de la Légion d'honneur. Marié en 1919 à Marie Chabert.
  • Gabriel Walckenaer (1922-1977), polytechnicien (1942), président de sociétés industrielles. marié à Marie Jeuffrain.

Portraits[modifier | modifier le code]

Armes[modifier | modifier le code]

Coupé : au 1 d'azur au globe terrestre d'argent ; au 2 de gueules au vaisseau d'argent voguant à senestre sur une mer de sinople[11].

Alliances[modifier | modifier le code]

Familles: Artur, Brac de La Perrière, Besseyre des Horts, Chabert, de Dalmassy, Davout d'Auerstaedt, Desportes, Gailly de Taurines, de Gelis, Jeuffrain, Labrosse-Luuyt, de La Londe, de La Villéon, Le Caruyer de Lainsecq, Le Cour Grandmaison, Lot, Marcille, Marcotte, de Maublanc de Boisboucher, Miche de Mailleray Pellé, Pellerin, Pougin de La Maisonneuve, Pons, de Saint-Exupéry, Regnault de Savigny de Moncorps, de Seroux, de Tinguy du Pouët, etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Anne Pajot de Villeperrot fille de Pierre-Maximilien Pajot, seigneur de Villeperrot, maréchal de camp, chevalier de Saint-Louis, était séparée, par un arrêt du Parlement en date du 23 février 1763, de Claude-Étienne Bidal, marquis d'Asfeld (1719-1793)[6],[7]
  2. La famille Walckenaer était originaire de la ville de Leeuwarden, aux Pays-Bas. Louis-Gaspard Walckenaer l'un des plus illustres philologues modernes, né en 1715 à Leeuwarden (Frise), mort en 1785 professa la langue et les antiquités grecques; Jean Walckenaer (1759-1820), fils du précédent, homme d'état, se réfugia en France[8].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Albert Révérend, Les familles titrées et anoblies au XIXe siècle : titres, anoblissements et pairies de la Restauration, 1814-1830, vol. VI, Champion, (lire en ligne), p. 464-465.
  2. Dictionnaire de la vraie noblesse, Tallandier, , p. 287
  3. Régis Valette, Catalogue de la noblesse française, Paris, Robert Laffont, , p. 192
  4. Annuaire de l'ANF, Aurillac, Albédia, , p. 70
  5. Biographie universelle classique: ou, Dictionnaire historique portatif, vol. 2, Gosselin, (lire en ligne), p. 905.
  6. François-Alexandre Aubert de La Chenaye des Bois, Dictionnaire de la Noblesse, t. 11, Paris, Boudet, , p. 154
  7. Nicolas Viton de Saint-Allais, Nobiliaire Universel de France, Paris, , p. 218-229
  8. Grand Dictionnaire Universel du XIXe Siècle, t. 15, Éditions Larousse, p. 15. 4; V à Z, page 115
  9. Trente ans de culture : Mémoire sur la culture de la ferme du Paraclet et sur l'amélioration de tout le domaine Dufour, Troyes, Bouquot,
  10. Henri Doisy, Paroisse Saint-Vincent-de-Paul,éd. Wolf, Rouen, 1942. p.119-177
  11. Armorial de l'ANF, éditions du GUI, Lathuile, 2004- page 829, N°2168

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Albert Révérend, Les familles titrées et anoblies au XIXe siècle : titres, anoblissements et pairies de la Restauration, 1814-1830, vol. VI, Champion, (lire en ligne), p. 464-465.
  • Louis-Gabriel Michaud, Biographie Universelle en 45 volumes, vol. 34, Paris, Desplaces, .
  • Armorial de l'ANF, GUI-Lathuile, .
  • Régis Valette, Catalogue de la noblesse française, Paris, Robert Laffont, .

Articles connexes[modifier | modifier le code]