Famille Rivaud de la Raffinière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rivaud de La Raffinière
Image illustrative de l’article Famille Rivaud de la Raffinière
Armes de la famille.

Blasonnement Coupé, au I parti d'azur à l'épée d'or en pal et d'argent aux deux jumelles de sable en bande, au II d'azur au lion ailé d'or, la tête sommée de trois étoiles du même, 2 et 1[1].
Nuvola apps important square.svg

Différences entre dessin et blasonnement.

Période XVIIIe-XXe siècle
Pays ou province d’origine Drapeau du Saintonge Saintonge
Allégeance Drapeau de l'Empire français Empire français

Drapeau du Royaume de France Royaume de France

Demeures Château de La Raffinière (Brux)
Charges Banquiers, Industriels
Fonctions militaires Général de Division
Récompenses civiles Comte de La Raffinière (1818)
Récompenses militaires Ordre de Saint Louis

Ordre national de la Légion d'Honneur

La famille Rivaud de La Raffinière est une famille française de Saintonge et du Poitou à l'origine du Groupe Rivaud (banque). Elle tire son nom de la terre de la Raffinière à Brux (Vienne).

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Olivier Macoux Rivaud de la Raffinière général de division, (né le à Civray - mort le à Angoulême), commandeur de Saint-Louis () et grand-officier de la Légion d'honneur (août) et créé comte de la Raffinière (1818). Olivier Rivaud à l'âge de 27 ans, est choisi en 1793 par le jeune général Florent Duquesnoy (32 ans) pour devenir son chef d'état major et réaliser ses victoires de 1793 avec l'armée du Nord, en particulier la victoire surprenante de Wattignies, le , face aux alliés Anglo-Autrichiens. Rivaud secondera efficacement son général au moment des colonnes infernales de Vendée, en , quand ce dernier refusait d'obéir aux ordres sanguinaires de Turreau (sources archives du ministère de la guerre). Duquesnoy utilisa une série de subterfuges pour préserver les populations civiles, ceci avec la complicité de son chef d'état major. Conformément aux ordres de Duquesnoy transmis par Rivaud, l'Armée de Duquesnoy mettait l'arme au pied face aux civils qui pouvaient ainsi fuir les lieux de combats. Inspecteur général d'infanterie en 1819, commandant de la 15e division militaire (Rouen) (1820-1830), il refusa, en 1824, le commandement en chef de l'armée d'occupation d'Espagne, demanda sa retraite en 1830, et l'obtint le . Grand-croix de la Légion d'honneur (1825).
  • René Rivaud de la Raffinière, né au château de la Raffinière en 1887, un des 4 frères fondateurs du groupe Rivaud et grand amateur de courses hippiques; père de Micheline et Guilemette de Rivaud
  • Olivier Rivaud de la Raffinière, né au château de la Raffinière le , mort le à Paris. Il présida notamment, la Société financière des caoutchoucs (fondée par Rivaud frères), l'Union tropicale des plantations, la Compagnie des caoutchoucs de Padang (fondée en 1911 par Siegfried, Mellier et Raverat adossés à la banque Rivaud), et la Société des plantations des Terres rouges. Il est nommé en , par la quasi-unanimité de ses collègues, président du Syndicat de la Coulisse, syndicat des banquiers en valeur à terme. Il est nommé en 1931 président du Syndicat des banquiers en valeur au comptant.
  • Paule Rivaud de la Raffinière épouse de Jean Bonnin de La Bonninière de Beaumont.

Généalogie[modifier | modifier le code]

Jean-François Rivaud
x Catherine Léon
|
|→ Jean-François Charles Rivaud - alias Charles-Jean Rivaud[2] (-, à Civray), sieur de la Raffinière
    X 1750 ou 1751 à Niort : Elisabeth Rondeau (née 1727 à Verrines-?)
    |
    |→ Jean Charles Marie Rivaud - alias Charles-Jean Rivaud[2] (1757-1809 à Civray)
    |   X N.. Lelong de La Croizardière, S.p. - D'après Jougla, serait auteur d'un rameau subsistant demeuré non noble.
    |
    |→ Olivier Macoux Rivaud de la Raffinière ( à Civray- à Angoulême), général de division, créé baron de la Raffinière et de l'Empire (1808), puis comte de la Raffinière (1818). Grand-croix de la Légion d'Honneur.
        X 1802 : Marie-Charlotte de Fricon (1776-?)
        |
        |→ Jean-Baptiste Jules Rivaud de La Raffinière, 2e comte de la Raffinière. Officier de la Légion d'Honneur.
        X Marie-Hectorine Mérigaud
        |
        |→ Charles-Olivier-Jules Rivaud de La Raffinière, 3e comte de la Raffinière.
        |    X 1871 Félicie de Vuillefroy (fille d'Amédée de Vuillefroy de Silly)
        |    |
        |    |→Marie Louise Charlotte de Rivaud la Raffinière (1879[3]-1959), épouse le  à Poitiers[4] Raymond Marc Hippolyte de Montgolfier (fils de Marc Auguste de Montgolfier et de Jeanne Marie Alice Desprez.
        |
        |
        |→ Roger-Olivier Rivaud de La Raffinière
        |    X 1887 Madeleine Dupuy d'Angeac

Armes et titre[modifier | modifier le code]

  • Blason : D'azur, au lion d'or ailé; quartier des barons militaires (Règlement de 1808, Jougla de Morénas, no 29 228), puis règlement d'armoiries des lettres patentes de 1818 accordant le titre de comte héréditaire à la famille : Coupé, au I parti d'azur à l'épée d'or en pal et d'argent aux deux jumelles de sable en bande, au II d'azur au lion ailé d'or, la tête sommée de trois étoiles du même, 2 et 1. (Jougla, ibidem).
  • Titre de baron de La Raffinière et de l'Empire, accordé par décret du , à Olivier-Macoux Rivaud.
  • Titre héréditaire de comte de La Raffinière, accordé par lettres patentes de 1818, au même Olivier-Macoux Rivaud, baron de la Raffinière.

Sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Règlement de 1818, Jougla de Morénas, Grand Armorial de France, n° 29 228, p.xx (?).
  2. a et b Jougla de Morénas, Grand armorial de France, t. 6, p. 13.
  3. Acte de naissance - Archives départementales de la Vienne - 9 E 49/17 - p. 86
  4. Acte de mariage - Archives départementales de la Vienne - 9 E 229/464 - pp. 38-39

Articles connexes[modifier | modifier le code]