Famille Reinach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La famille Reinach, originaire d'Allemagne, est une famille juive française qui a donné plusieurs personnalités éminentes dans les domaines culturel, politique et financier. À ne pas confondre avec la famille noble alsacienne de Reinach, de confession catholique.

Principaux membres[modifier | modifier le code]

Cette famille est issue de Jekel Reinach, notable juif de Mayence au XVIIIe siècle, dont les descendants s'installent à Francfort avant d'émigrer en France[1]. Il a deux petits-fils :

  • Adolf Reinach (1814-1879), consul de Belgique en Allemagne, anobli et créé baron en Italie en 1866, père de :
    • Jacob Adolphe Reinach, alias Jacques, 2e baron de Reinach (1840-1892), banquier impliqué dans le scandale de Panama ;
    • Albert de Reinach (1842-1905), banquier ;
    • Oscar, 4e baron de Reinach (1845-1922), banquier, créé comte (romain) de Reinach [de] Cessac par le pape Léon XIII en 1885, propriétaire du château du Val[2] à Saint-Germain-en-Laye, épouse à Paris le Jeanne Cécile Lacuée de Cessac (1846-1920), dont la mère est née Montesquiou-Fezensac. Leurs deux portraits en pendants par Emil Fuchs (1904) et un portrait de groupe de leurs fils Pierre (1883-1969), Gérard (1884-1915) et Gaston (1887-1971), par Camille Melnick (1890), figurent à une vente aux enchères à Paris le [3]. Cette branche s'est convertie au catholicisme[4].
      • Pierre Adolphe Paul Marie (1883-1969) épouse Antoinette Costa de Beauregard (1899-1991) dont postérité
      • Gérard Jacques Paul Marie meurt au champ d'honneur en 1915, sans postérité
      • Gaston Arthur Antoine (1887-1971), sans postérité
Chapelle funéraire au cimetière de Passy d'Oscar et Jeanne Cécile de Reinach-Cessac et de leurs descendants.
Plaque commémorative rue Salomon-Reinach, à Saint-Germain-en-Laye
Ancienne maison de Salomon Reinach, au bord de la terrasse de Saint-Germain-en-Laye
  • Hermann-Joseph Reinach, jumeau d'Adolf, établi à Paris, épouse Julie Büding, fille d'un banquier juif de Francfort, d'où trois fils[5] :
    • Joseph Reinach (1856-1921), avocat, journaliste et homme politique, témoin de l'affaire Dreyfus ;
      • Julie Reinach (1885-1971), épouse Pierre Goujon (1875-1914) ;
      • Adolphe Reinach (1887-1914), archéologue, helléniste[6], égyptologue, mobilisé pendant la Première Guerre mondiale, tué dans les Ardennes en 1914, épouse Marguerite, dite Magui Dreyfus (1890-1980), fille de Mathieu Dreyfus ;
        • Jean-Pierre Reinach (1915-1942), sous-lieutenant de la France libre, mort au combat, épouse en 1941 la baronne Naomi Luisa Nina de Rothschild (1920-2007) ;
    • Salomon Reinach (1858-1932), archéologue, membre de l'Institut ;
    • Théodore Reinach (1860-1928), archéologue, mathématicien, juriste, historien et homme politique, a deux fils :
      • Julien Reinach (1892-1962), conseiller d'État, déporté à Drancy puis à Bergen-Belsen, d'où il revint très affaibli ;
      • Léon Reinach (1893-1944), musicien, compositeur, assassiné à Auschwitz avec sa femme Béatrice de Camondo (1894-1945) et leurs deux enfants Fanny (1920-1943) et Bertrand (1923-1944)[7].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Adolf Reinach: An Intellectual Biography, Nijhoff, 1987.
  2. Vendu en 1926 et devenu en 1927 maison de retraite de la Légion d'honneur.
  3. Reprod. coul. dans La Gazette Drouot
  4. L'Écho saumurois, article du 23 novembre 1892
  5. Colloque sur « Les Reinach », Calenda, publié le dimanche 20 mai 2007.
  6. Adolphe Reinach (éd.), Recueil Milliet. Textes grecs et latins relatifs à l'histoire de la peinture ancienne, 1, Paris, 1921 (en ligne); nouv. éd. complète par Agnès Rouveret, Paris, 1985 (repr. 1991) (ISBN 2-8658-9013-9).
  7. François Boulet, Leçon d'histoire de France : Saint-Germain-en-Laye, des antiquités nationales à une ville internationale, Presses Franciliennes, 2006.

Bibliographie[modifier | modifier le code]