Famille Reinach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La famille Reinach, originaire d'Allemagne, est une famille juive française qui a donné plusieurs personnalités éminentes dans les domaines culturel, politique et financier. À ne pas confondre avec la famille noble alsacienne de Reinach.

Principaux membres[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative, rue Salomon Reinach à Saint-Germain-en-Laye
Ancienne maison de Salomon Reinach, au bord de la terrasse de Saint-Germain-en-Laye

Cette famille est issue de Jekel Reinach, notable juif de Mayence au XVIIIe siècle, dont les descendants s'installent à Francfort avant d'émigrer en France[1]. Il a deux petits-fils :

  • Adolf Reinach (1814-1879), consul de Belgique en Allemagne, anobli et créé baron en Italie en 1866, père de :
    • Jacob Adolphe Reinach, alias Jacques, 2e baron de Reinach (1840-1892), banquier impliqué dans le scandale de Panama
    • Albert de Reinach (1842-1905), banquier
    • Oscar, 4e baron de Reinach (1845-1922), banquier, créé comte (romain) de Reinach [de] Cessac par le pape Léon XIII en 1885, propriétaire du château du Val[2] à Saint-Germain-en-Laye, épouse à Paris le 2 juillet 1879 Jeanne Cécile Lacuée de Cessac (1846-1920). Leurs deux portraits en pendants par Emil Fuchs (1904) et un portrait de groupe de leurs fils Pierre (1883-1969), Gérard (1884-1915) et Gaston (1887-1971), par Camille Melnick (1890), figurent à une vente aux enchères à Paris le 11 février 2009 (reprod. coul. dans La Gazette Drouot)
  • Hermann-Joseph Reinach, jumeau d'Adolf, établi à Paris, épouse Julie Büding, fille d'un banquier juif de Francfort, d'où trois fils[3] :
    • Joseph Reinach, (1856-1921), avocat, journaliste et homme politique, témoin de l'affaire Dreyfus
      • Julie Reinach (1885-1971), épouse Pierre Goujon (1875-1914)
      • Adolphe Reinach (1887-1914), archéologue, helléniste[4], égyptologue, mobilisé pendant la Première Guerre mondiale, tué dans les Ardennes en 1914, épouse Marguerite, dite Magui Dreyfus (1890-1980), fille de Mathieu Dreyfus
        • Jean-Pierre Reinach (1915-1942), sous-lieutenant de la France libre, mort au combat, épouse en 1941 la baronne Naomi Luisa Nina de Rothschild (1920-2007)
    • Salomon Reinach, (1858-1932), archéologue, membre de l'Institut
    • Théodore Reinach (1860 -1928), archéologue, mathématicien, juriste, historien et homme politique, a deux fils :
      • Julien Reinach (1892 -1962), conseiller d'État, déporté à Drancy puis à Bergen-Belsen, d'où il revint très affaibli
      • Léon Reinach (1893-1944), musicien, compositeur, assassiné à Auschwitz avec sa femme Béatrice de Camondo (1894-1945) et leurs deux enfants Fanny (1920-1943) et Bertrand (1923-1944)[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Adolf Reinach: An Intellectual Biography, Nijhoff, 1987.
  2. Vendu en 1926 et devenu en 1927 maison de retraite de la Légion d'honneur.
  3. Colloque sur « Les Reinach », Calenda, publié le dimanche 20 mai 2007.
  4. Adolphe Reinach (éd.), Recueil Milliet. Textes grecs et latins relatifs à l'histoire de la peinture ancienne, 1, Paris, 1921 (en ligne); nouv. éd. complète par Agnès Rouveret, Paris, 1985 (repr. 1991) (ISBN 2-8658-9013-9).
  5. François Boulet, Leçon d'histoire de France: Saint-Germain-en-Laye, des antiquités nationales à une ville internationale, Presses Franciliennes, 2006.

Bibliographie[modifier | modifier le code]