Famille Panon Desbassayns de Richemont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Famille Panon Desbassayns de Richemont
Blasonnement D’or à la fasce d’azur chargée de deux paille-en-queues au naturel allant de dextre à senestre, accompagnée en chef d’une main dextre de carnation
Période XVIIe siècle au XXe siècle
Pays ou province d’origine Toulon
Charges Député
Sénateur
Récompenses civiles Croix de la Légion d'honneur

La famille Panon Desbassayns de Richemont (olim Panon) est une famille subsistante de la noblesse française originaire de Toulon, fixée à la fin du XVIIe siècle à l'île Bourbon, anoblie en 1815 par un titre de baron.

Cette famille compte parmi ses membres plusieurs personnalités politiques.

La famille Panon Desbassayns de Richemont a été admise à l'Association d'entraide de la noblesse française en 1938.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette famille, l'une des plus considérables de l'île Bourbon, où elle s'était fixée dès la fin du XVIIe siècle, a pour auteur Augustin Panon (1670-1749), issu d'une famille originaire de Toulon, qui épousa en 1692 Françoise Chastelain de Gressy, et en eut deux fils[1] :

L'aîné, Joseph, allié en 1715 à Marguerite Mussard, est l'auteur de la branche Panon du Portail, demeurée bourgeoise[1].

Le cadet, Augustin Panon (1695-1772), marié en 1719 à Marie-Anne Duhal, fut père de 3 fils[1] :

  • Philippe-Augustin (1722-1772), qui épousa Marie-Anne Mérignon de la Beaume, d'où postérité[1].
  • François-Joseph Panon du Hazier (1728-1777), allié en 1750 à Charlotte Mérignon de la Beaume, leur petit-fils, André Panon du Hazier(1792-1851) fut créé baron en 1825 et mourut sans postérité mâle de Mlle Klose[1].
  • Henri-Paulin Panon des Bassyns (Desbassayns), né en 1732, marié en 1770 à Marie-Anne Gonneau (de) Montbrun, dont il eut 5 fils dont:
    • Philippe-Charles Panon Desbassayns de Richemont (1774-1840), conseiller d’État, député, commandeur de la Légion d'Honneur, créé baron en 1815, vicomte en 1824 et comte héréditaire en 1827, qui épousa en I798 Jeanne Mourgue, dont postérité[1].

Principales personnalités[modifier | modifier le code]

Armes, blasons, devises, titres[modifier | modifier le code]

  • Panon Desbassayns de Richemont : D’or à la fasce d’azur chargée de deux paille-en-queues au naturel allant de dextre à senestre, accompagnée en chef d’une main dextre de carnation
  • Devise : Esse quam videri (Être plutôt que paraître)
  • Titres : baron (1815), vicomte (1824), comte héréditaire (1827)

Alliances[modifier | modifier le code]

Cette famille s'est alliée aux familles Dalon, de Dampierre, Dodun de Keroman, de Keating, Pierre Dupont de l'Étang, de Saint-Didier, de Villèle, etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Henri Jougla de Morenas, Grand Armorial de France, tome V, page 207.
  2. http://www.poitou-charentes.fr/fr/region/conseil/membres/trombinoscope/charente_11.dml

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri-Paulin Panon Desbassayns, Petit journal des époques pour servir à ma mémoire, 1784-1786, Édité par Musée historique, paru en 1991.
  • Henri-Paulin Panon Desbassayns, Voyage à Paris pendant la Révolution, 1790-1792. Journal inédit d'un habitant de l'île Bourbon, publié par J.C. Guillermin des Sagettes. Édité par Perrin, paru en 1985.
  • Michel CHABIN, Les Panon-Desbassayns ou les relations franco-indiennes vécues par une famille créole de Bourbon aux XVIIIe et XIXe
  • A. Lafforgue, Henry-Paulin Panon-Desbassayns, un Créole de l'île Bourbon face à la France pré-révolutionnaire
  • Claude Wanquet et B. Jullien, Révolution Française et océan Indien, (textes réunis par) , Paris, l'Harmattan, 1996, p. 61-70.
  • H. Perret, Les premiers députés de l'île Bourbon pendant la Révolution française, mémoire de Maîtrise, Université Paris 8 : 200 f. dactyl., 1996.
  • Agnès Place (de), Dictionnaire généalogique et armorial de l'Inde Française, 1560-1962, à compte d'auteur, 1997.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]