Famille Miorcec de Kerdanet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Miorcec de Kerdanet est le nom d'une famille de notables de la ville de Lesneven (Finistère) dont les plus connus furent Daniel Nicolas Miorcec de Kerdanet (1752-1836), avocat, maire de Lesneven et un temps député du Finistère et son fils Daniel Louis Olivier Miorcec de Kerdanet, né le à Lesneven, décédé en 1874, fut avocat, maire de Lesneven, archéologue et historien de la Bretagne.

Le blason de la famille Miorcec de Kerdanet

Daniel Nicolas Miorcec de Kerdanet[modifier | modifier le code]

Daniel Nicolas Miorcec de Kerdanet[1] est né le à Lesneven et décédé dans la même ville le . Reçu avocat au Parlement de Rennes le et sensible aux idées des philosophes du XVIIIe siècle, il fut élu député aux États généraux de 1789, mais refusa de prendre part aux travaux de l'Assemblée constituante, mais fut nommé maire de Lesneven. Il fut entre 1791 et 1793 inquiété à plusieurs reprises en raison de ses sympathies royalistes et de son attitude favorable aux prêtres réfractaires.

Le 18 nivôse an II (), il est arrêté pour la troisième fois et conduit au château de Brest, traduit devant le tribunal révolutionnaire, comme coupable d'avoir envoyé des fonds aux émigrés et de chercher à discréditer les assignats, il fut encore acquitté et remis en liberté le 15 floréal suivant.

Après le renversement de Robespierre le 9 thermidor an II, il devient administrateur du district de Lesneven, puis administrateur du Finistère et juré de la haute cour nationale, mais est jugé trop favorable aux émigrés dans le cadre des procédures de restitution des biens nationaux et remplacé en l'an VI. Il favorise aussi le rétablissement du culte catholique, par exemple Daniel Nicolas Miorcec de Kerdanet et son épouse Marie Jeanne Le Guell des Places rachètent le la Chapelle Jésus à Trégarantec afin de la rendre au culte[2].

Il resta alors à l'écart de la vie politique jusqu'en 1806, date à laquelle il devient président du Conseil général du Finistère. Louis XVIII l'anoblit lors de la Première Restauration en 1814 et il est élu député du Finistère lors de la Seconde Restauration le , siégeant parmi les ultra-royalistes. Son mandat de député prit fin le et il cessa alors toute activité politique[3].

Daniel Louis Olivier Miorcec de Kerdanet[modifier | modifier le code]

Sa vie[modifier | modifier le code]

Daniel Louis Olivier Miorcec de Kerdanet[4] est le fis de Daniel Nicolas Miorcec de Kerdanet, maire de Lesneven, et de Marie Jeanne Le Guell des Places. Sa sœur Aimée Marie Miorcec de Kerdanet, née le épousa le à Lesneven Louis-Marie-Joseph de Kerouartz de Lézérazien, né à Lannilis et fils de François de Kerouartz et de Marie Jeanne Toussaint, veuf de Mathurine de La Porte-Vesins.

Il s'intéressa notamment à l'histoire du château de Kerjean.

Son œuvre[modifier | modifier le code]

  • Notices chronologiques sur les théologiens, jurisconsultes, philosophes, artistes, littérateurs, poètes, bardes, troubadours et historiens de la Bretagne, depuis le commencement de Père chrétienne jusqu'à nos jours, avec deux tables : la première présentant, dans l'ordre alphabétique, tous les personnages dont il est fait mention dans ces notices; la seconde les rapportant aux villes et lieux auxquels ils appartiennent, Brest, de l'imprimerie de Michel, mars 1818, in-8 de IV et 504 pag. , y compris un errata d'une page.
  • Histoire de la langue des Gaulois, et par suite de celle des Bretons, pour servir à l'Histoire générale de France, de Velly, Villaret, Garnier et Dufau. Rennes, Duchesne , 1821, in-8 de 88 pages
  • Notice sur les domaines congéables, Rennes, 1822, in-8.
  • Notice sur le château de la Roche-Morice, près Landernau, Nantes, 1824, in-8.
  • Notice sur l'ancienne ville d'Ocismor, Brest, de l'imprimerie de Rozais, 1829, in-12 de 18 pages
  • Notice sur la ville de Lesneven, Rennes, 1825, in-18.
  • Abbatià (de) sancti Mathoei Penterbert in Britannià, 1826, in-18.
  • Notice sur le royaume d'Ylly, 1826, in-18.
  • Pèlerinage de Notre Dame de Folgoët, 1826,

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]