Famille Mimerel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Image représentant deux personnes Cette page explique l’histoire ou répertorie les différents membres de la famille Mimerel.

Mimerel
Armes de la famille.
Armes de la famille : Mimerel

Blasonnement écartelé, au 1, de gueules, à une roue d'horloge d'argent ; au franc quartier de Comte-sénateur, qui est, d'azur, au miroir d'or en pal, autour duquel se tortille et se mire un serpent d'argent ; au 2, d'argent à un navire de sable équipé, voguant sur une mère du même ; au 3, d'or, à une tour ouverte de sable ; au 4, de sinople, à un canal d'argent ondé, maçonné sur les bords.
Devise Labore Decus
Période XIXe siècle-XXe siècle
Pays ou province d’origine Amiens
Preuves de noblesse
Autres titre de Comte conféré par décret impérial, le 21 mars 1866

La famille Mimerel est une famille originaire d'Amiens (Somme) dont plusieurs membres se sont illustrés tant dans les arts, qu'en politique ou dans l'industrie.

Quelques membres de la famille Mimerel[modifier | modifier le code]

De Pierre à Antoine Mimerel[modifier | modifier le code]

  • Pierre Mimerel, né vers 1535 et mort avant 1590, épouse Barbe Tarbé vers 1560. De cette union naissent trois[1] enfants, Jacques, Fursy et Jehan.
    • Jacques Mimerel, né à Proyart vers 1563, reçu maître-menuisier le , mort le . À la suite de son second mariage le avec Jehanne Cholette, Jacques donne naissance à une lignée de sculpteurs lyonnais : son fils Jacques Mimerel, né à Amiens le , graveur et sculpteur de la ville de Lyon (titre reçu en 1654) et son petit-fils Louis. On leur doit de nombreuses œuvres, telles « la Vierge de Mimerel »[2] et de nombreuses sculptures classées à l'inventaire des monuments historiques[3],[4].
    • Fursy Mimerel, né à Proyart vers 1567, reçu maître-menuisier le , épouse Marie Lejosne.
      • Jehan Mimerel, né à Amiens le , maître menuisier à Amiens le épouse à Amiens le Charlotte Vignon.
        • Charles Mimerel, né à Amiens le , maître menuisier à Amiens le épouse à Amiens le Marie Legrand.
          • Firmin Mimerel, né à Amiens le , mort à Amiens le , bourgeois d'Amiens, marchand de toiles, premier juge consul d'Amiens en 1706, échevin de 1710 à 1712, épouse à Amiens le Marie-Jeanne de Bécourt.
            • Pierre François Mimerel, né à Amiens le , mort à Saint-Amand-Montrond le , banquier à Paris en 1720, fit faillite sous les agissements de John Law, épouse à Paris le , Marie Catherine Toupiolle.
            • Antoine Mimerel, né à Amiens le , reçu maître mercier joaillier le , mort à Amiens le ), marchand, consul en 1721, marguillier de Saint-Rémy, greffier de la cour des monnayes, épouse à Roye (Somme) le Marie Langlet
              • Vincent Mimerel, né à Amiens le , mort à Soissons en 1800, marchand drapier, juge consul en 1755, ruiné à la Révolution, épouse à Soissons vers 1745 Anne Niqué.
                • Antoine Firmin Nicolas Mimerel, né à Amiens le et mort à Amiens le , marchand drapier, élu juge consul d'Amiens en 1786, changeur du roi, reçu maître des Trois Corps réunis le , marguillier de Saint-Firmin de Castillon, ruiné à la Révolution, refuse les fonctions de juge au tribunal de commerce. Il épouse le à Frévent (Pas-de-Calais) Florence Le Bas, sœur du conventionnel et ami de Robespierre Philippe-François-Joseph Le Bas. De ce mariage naîtront neuf enfants en seize ans.
    • Jehan né en 1575, maître hucher à Proyat, reçu maître menuisier le , et marié en 1604 à Jehanne Lapostolle qui lui donnera dix enfants.

Descendance d'Antoine Firmin Nicolas Mimerel[modifier | modifier le code]

  • Antoine Firmin Nicolas Mimerel épouse Florence Le Bas.
    • Charles Antoine Bernard Mimerel, né à Amiens le et mort à Paris le , avocat près de la cour royale de Rouen, juge de paix à Roubaix de 1829 à 1838, puis avocat à la cour d'appel de Paris, épouse à Roubaix le Adèle Delaoutre, dont :
      • Floris Mimerel, né à Rouen le et mort à Paris le , avocat au Conseil d'État et à la Cour de cassation.
        • Antoine Floris Eugène Mimerel, né à Paris le et mort à Paris le . Avocat à la Cour de cassation, président de l'ordre de l'Ordre des avocats au Conseil d'État et à la Cour de cassation. Il fut président du conseil d'administration de la société anonyme immobilière du Moulin Vert, cité-jardin de Vitry-sur-Seine. Il eut quatre fils dont trois moururent durant la Première Guerre mondiale.
    • Pierre Auguste Rémy Mimerel, industriel et homme politique français, né à Amiens le et mort le dans son château de Roubaix. Il est le pionnier de l'organisation syndicale du patronat français en ayant fondé en 1842 le « Comité de l'industrie », dont le journaliste Roger Priouret, historien du patronat français, écrit qu'il était « aussi représentatif de l’industrie de l’époque que le sera le CNPF un siècle plus tard »[5]. Il reçut le titre de Comte héréditaire par décret impérial du .
      • Antoine Auguste Édouard, Comte Mimerel, né à Paris le , chevalier de la Légion d'honneur[6], mort à Roubaix le , fils du précédent. Contrairement à la tradition du patronat roubaisisien, il n'épousa pas une Roubaisienne, mais la Lilloise Laure Henriette Marie Anne Scrive, scellant ainsi une alliance avec l'une des plus importantes familles industrielles de Lille, la ville « ennemie »[7].
        • Antoine Auguste Armand, Comte Mimerel, né à Roubaix le , chevalier de la Légion d'honneur[8], mort à Roubaix le , fils du précédent. Il épouse à Lille le Julie Émilie Tripier, dont il aura deux enfants Laure et Armand Florimond Joseph Auguste. Ce dernier, né à Roubaix le , chevalier de la Légion d'honneur[9], mort à Paris le fut le commissaire général et organisateur du pavillon de Corée à l'Exposition universelle de 1900. Il épousa à Paris le Marie Agnès de Gosselin, qui périt le dans l'incendie du Bazar de la Charité, rue Jean Goujon à Paris. Il épouse en secondes noces à Paris le son infirmière d'origine canadienne, Winifred-Cécile Cochois Mac Cabe. Il meurt à Paris le . Après une première vente de miniatures et émaux en janvier et à l'Hôtel Drouot[10],[11],[12],[13], sa veuve - sans postérité - met en vente les 15 et 16 février 1939 à l'Hôtel Drouot tous les biens de la famille dans de célèbres ventes aux catalogues impressionnants[14],[15],[16],[17].
    • Antoine Henri Mimerel, né à Amiens le et mort à Lagny-sur-Marne le . De son mariage à Amiens le avec Françoise Élisabeth Stéphanie Durand, naîtront quatre enfants dont le dernier Henry Antoine Mimerel, né à Amiens le et mort à Toulouse le épousera à Merles (Tarn-et-Garonne) le Gabrielle Antoinette Marie Rose de Beauquesne, parents de Antoinette Élisabeth Germaine Mimerel qui épousera Léon Grégoire.
    • Armand Florimond Mimerel, né à Amiens le et mort à Roubaix le . Commandeur de la Légion d'honneur[18], médaillé de Sainte-Hélène, ancien élève de l'École polytechnique promotion 1809, ingénieur de la Marine à Paris en 1837, directeur des constructions navales de Brest en 1844[19], il fit les plans d'abattage de l'obélisque de Louxor.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Hommages[modifier | modifier le code]

Vitry-sur-Seine (rue Antoine Mimerel 4).JPG
Vitry-sur-Seine (rue des trois frères Mimerel 5).JPG

Une « rue Antoine Mimerel » et une « rue des trois frères Mimerel » existent à Vitry-sur-Seine, au sein de la cité-jardin du « Moulin vert » : en hommage à Antoine Mimerel (1854-1939) et à ses trois fils morts pour la France (Jacques Antoine Floris Édouard, avocat à la Cour, mort pour la France le  ; Jean Baptiste Eugène, saint-cyrien, mort au champ d'honneur le  ; Marc Édouard Firmin, mort au champ d'honneur à Verdun le ). Ce sont des rues, à l'origine privées qui sont passées dans le domaine public en 1946 sans changer de nom[Note 1].

Depuis le , une rue de Roubaix porte le nom d'« Auguste Mimerel ». Cette rue a été ouverte au sein du parc de sa propriété[20].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Piat, Quand Mimerel gouvernait la France, Maison du livre, 1992

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Informations aimablement communiquées par l'archiviste de la mairie de Vitry-sur-Seine le  : « C'est la Société Anonyme Immobilière du Moulin Vert (fondée et dirigée à l'époque par l'abbé Jean Violet) qui a créé la cité jardin du Moulin Vert dans les années 1920 et qui a nommé les rues. Antoine Mimerel, président de l'ordre des avocats au Conseil d'État et à la Cour de cassation a été également le président du conseil d'administration de la dite société. Ses trois fils sont décédés pendant la Première Guerre mondiale. Jean Violet était le frère d'Henri Violet architecte (qui a construit une partie de la cité) et de Roger Violet le photographe. La Société Anonyme Immobilière du Moulin Vert existe toujours. Son siège social est à Paris. Elle est toujours propriétaire d'une partie des maisons de la cité jardin. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. Contrat de mariage de Fursy, citant l'héritage du père, soit un sixième, la mère vivante ayant eu la moitié
  2. « La vierge de Mimerel », sur solko.hautetfort.com, (consulté le 16 mars 2010).
  3. « Jacques Mimerel », sur Base de données Palissy du ministère de la culture (consulté le 16 mars 2010).
  4. « Jacques Mimerel », sur Base des collections du ministère de la culture (consulté le 16 mars 2010).
  5. Roger Priouret, Origines du Patronat français, Paris, Grasset, 1963, p. 83.
  6. « Fiche d'Antoine Auguste Edouard Mimerel de la base Léonore (388 450 dossiers des titulaires de l'Ordre de la Légion d'honneur) », sur site du Ministère de la culture (consulté le 16 mars 201).
  7. Jean Piat, p. 307.
  8. « Fiche d'Auguste Antoine Armand Mimerel de la base Léonore (388 450 dossiers des titulaires de l'Ordre de la Légion d'honneur) », sur site du Ministère de la culture (consulté le 16 mars 2010).
  9. « Fiche d'Armand Florimond Joseph Mimerel de la base Léonore (388 450 dossiers des titulaires de l'Ordre de la Légion d'honneur) », sur site du Ministère de la culture (consulté le 16 mars 2010).
  10. « Catalogue de la vente de janvier 1910 », sur priceminister.com (consulté le 16 mars 2010).
  11. Le Figaro, édition du 15 avril 1910, [lire en ligne]
  12. Le Figaro, édition du 18 avril 1910, [lire en ligne]
  13. Le Figaro, édition du 22 avril 1910, [lire en ligne]
  14. « Catalogue des porcelaines françaises et étrangères du XVIIIe siècle..., faïences anciennes ..., objets variés ... composant la collection de Madame la Comtesse Mimerel et dont la vente aux enchères publiques aura lieu Hôtel Drouot, salle no 6, les mercredi 15 et jeudi 16 février 1939, à 2 heures », sur openlibrary.org (consulté le 16 mars 2010)
  15. « Catalogue de la vente de 1939 », sur priceminister.com (consulté le 16 mars 2010).
  16. « Catalogue de la vente de 1939 », sur priceminister.com (consulté le 16 mars 2010).
  17. Le Figaro, édition du 7 février 1939, [lire en ligne]
  18. « Base Léonore (388 450 dossiers des titulaires de l'Ordre de la Légion d'honneur) », sur site du Ministère de la culture (consulté le 16 mars 2010).
  19. Bernard Lutun, 1814-1817, ou, L'épuration dans la Marine, éditions L'Harmattan, 2005, [lire en ligne]
  20. Jean Piat, p. 314