Famille Mareschal (Franche-Comté)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Famille Mareschal.

Famille Mareschal
Image illustrative de l’article Famille Mareschal (Franche-Comté)
Armes

Pays ou province d’origine Franche-Comté
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Fiefs tenus Audeux, Vezet, Pleure, Grencourt, Velloreille, Vaux, Les Baties, Charentenay, Bougey, Purgerot, Augicourt, Sauvagney, Gésiers, Bouclans, Sorans, Pugey, Aigremont, Glamondas, ...
Charges Co-gouverneur de Besançon
Maire de Besançon
Président à mortier au parlement de Franche-Comté
Président de la chambre des comptes de Franche-Comté

La famille Mareschal est une famille de la noblesse franc-comtoise, originaire de Vuillafans où elle est citée dès 1394[réf. nécessaire].

Histoire[modifier | modifier le code]

Maison Mareschal en 2002 - Construction 1520

Guillaume Mareschal fils d’Aymonin Mareschal et de Sybille Gérard vint s’établir à Besançon à la fin du XVe siècle où il fait construire l'Hôtel Mareschal près de la porte Rivotte.

Pendant près de trois siècles, les Mareschal participèrent activement au gouvernement de la cité de Besançon et de la Franche-Comté en donnant une quinzaine de co-gouverneurs, trois maires, de nombreux conseillers au parlement, un premier maître de la chambre des comptes de Dole et plusieurs présidents à mortier.

Cette famille divisée en 6 branches tenait fief dans l’ensemble de la région.

  1. Mareschal d’Audeux (seigneur d’Audeux), cette branche s’est éteinte en 1804
  2. Mareschal de Vezet (comte de Mareschal-Vezet, seigneur de Vezet, Pleure, Grencourt, Velloreille, Vaux, Les Baties et autres lieux), cette branche s’est éteinte en 1926
  3. Mareschal de Charentenay (seigneur de Charentenay, Thise et autres lieux), anobli (lettres de relief pour cause de dérogeance) en 1642[1], seule branche encore subsistante de nos jours
  4. Mareschal de Bougey (seigneur de Bougey, Purgerot et Augicourt), cette branche s’est éteinte au milieu du XVIIIe siècle.
  5. Mareschal de Sauvagney (seigneur de Sauvagney, Gésiers et autres lieux), cette branche s’est éteinte en 1851.
  6. Mareschal de Sorans et de Bouclans (baron de Bouclans, seigneur de Bouclans, Sorans, Pugey, Aigremont, Glamondas, et autres lieux), cette branche s’est éteinte en 1694.

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste Mareschal, personnalité de la ville de Besançon, maire de cette ville en 1680
  • Ferdinand Mareschal, élu vicomte mayeur de Besançon en 1700.
  • Luc Mareschal, président de la chambre des comptes de Franche Comté. Il fait passer à Philippe II, empereur du Saint Empire romain germanique, d'importants subsides pour poursuivre la guerre. « Ayant dérogé à la noblesse de ses aïeux », il recevra en 1621 des lettres de dérogeance de Philippe II. Grand voyageur, il décède à Bruxelles en 1662 quelques jours avant la naissance de son dernier fils dont il ne sera pas averti. Son cœur sera ramené à Besançon puis inhumé, en présence des gouverneurs de la ville, en l'église des Capucins dans la chapelle dédiée à la famille. Pour son éloge funèbre, le poète Clément Marot fera un poème qui est inscrit sur une plaque de cuivre dans cette chapelle.
  • Pierre Mareschal
  • Joseph Luc Hippolyte Mareschal, comte de Vezet, président à mortier au parlement de Besançon (1771), président de l'Académie de Besançon, député de la noblesse aux États généraux. En 1791, il partit en émigration à Coblentz où il se mit au service de Louis XVIII par lequel il fut chargé de plusieurs missions. Il dirigea entre autres l'agence royaliste dit « de Souabe ». Il ne revint en France qu'en 1814, où il mourut quelques années plus tard. Grand amateur d'art, il possédait une galerie de tableaux (Vélasquez, Wirsch), une bibliothèque de 18000 volumes rares ainsi qu'un cabinet d'antiquités parmi les plus réputés de la région.

Blason et devise[modifier | modifier le code]

Jeton de la famille Mareschal en 1667

Son blason est : « D’argent à la bande d’azur chargée de 3 étoiles d’or et accompagnées de 2 grappes de raisin de pourpre, feuillées et tigées de sinople, celle de la pointe ayant la queue en bas. », la devise de la famille est « Coeli solique munere » (ce qui signifie par le don du ciel et de la terre en latin).

Blason famille de Charentenay.svg

Références[modifier | modifier le code]

  1. Régis Valette, Catalogue de la noblesse française au XXIe siècle, page 132, 2002.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Woelmont de Brumagne, Notices Généalogiques, vol. 7ème séries, , p. 614 et suivantes
  • Jouglas de Morenas, Grand Armorial de France, vol. Tome 4, , p. 526 et suivantes
  • Abbé Pidoux de la Maduère, Parlement de Dôle, vol. Tome 2, p. 202 et suivantes
  • Marquis Dugon, Au service du Roi en exil
  • Auguste Castan, Histoire Municipale de Besançon

Articles connexes[modifier | modifier le code]