Famille Jacquin de Margerie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Famille Jacquin de Margerie
Image illustrative de l’article Famille Jacquin de Margerie
Armes

Blasonnement D'argent au chevron de gueules, accompagné en chef de 2 trèfles de sinople, et en pointe d'une tête de loup de sable percée d'un dard du même.
Pays ou province d’origine Champagne, Picardie
Charges Ambassadeur de France
Récompenses civiles Ordre de la Légion d'honneur

La famille Jacquin de Margerie est une famille subsistante d'ancienne bourgeoisie française, originaire de Champagne, puis établie en Picardie[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La famille Jacquin est une famille d'ancienne bourgeoisie originaire de Champagne (Avenay)[2], qui entra dans l'administration royale au niveau local sous le règne du roi Louis XIV[1]. Elle se fixa en Picardie avec Gérard Jacquin (né en 1679), dont l'épouse était originaire d'Amiens, et qui y fut appelé par un oncle de sa femme pour entrer dans l’administration des domaines. Il devint directeur des domaines du roi pour la généralité d'Amiens[3]. Son petit-fils, Jean-Baptiste Jacquin, directeur des domaines à Melun, aurait pris le nom de la terre de Margerie (Marne) que ses descendants conservèrent[2] et auraient officiellement ajouté en complément de leur patronyme au XVIIIe siècle[4].

Cette famille compte parmi ses membres des diplomates[5] mais aussi des hauts fonctionnaires et des dirigeants dans des groupes privés.

La famille Jacquin de Margerie est membre de l'association des honneurs héréditaire (AHH)[6].

Généalogie simplifiée[modifier | modifier le code]

Cette généalogie est issue des travaux d'André Delavenne dans Recueil généalogique de la bourgeoisie ancienne[7] :

Armes[modifier | modifier le code]

  • D'argent au chevron de gueules, accompagné en chef de 2 trèfles de sinople, et en pointe d'une tête de loup de sable percée d'un dard du même[8]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Marie Christine Kessler, Les ambassadeurs, SciencesPo. Les Presses (lire en ligne)
  2. a et b Pierre Marie Dioudonnat Encyclopédie de la fausse noblesse et de la noblesse d'apparence, Sedopols, 1994, page 373
  3. Bernard Auffray Pierre de Margerie (1861-1942) et la vie diplomatique de son temps, 1976, page 20.
  4. Les parlementaires de la Seine sous la Troisième République, Volume 2, Publications de la Sorbonne, 2001 page 33
  5. Raoul Delcorde, La diplomatie au cœur des turbulences internationales, Presses universitaires de Louvain (lire en ligne), p. 42
  6. [ligne http://www.honneurshereditaires.net/index.php/ahh/familles]
  7. a b c d e f g h i j k l m n o p q et r André Delavenne, Recueil généalogique de la bourgeoisie ancienne, Paris, éditions SGAF, 1954, tome I, p. 236-238
  8. Antoine Bachelin-Deflorenne État présent de la noblesse française, 1873, page 961..

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Delavenne, Recueil généalogique de la bourgeoisie ancienne, Paris, éditions SGAF, 1954, tome I, p. 236-238
  • B. Auffray, Pierre de Margerie (1861-1942) et la vie diplomatique de son temps, Paris, C. Klincksieck, 1976.
  • Roland de Margerie, Tous mes adieux sont faits, Mémoires inédits de Roland de Margerie, édition en 5 volumes préparée par Laure de Margerie-Meslay, New York, 2012.
  • Muriel Boselli, L'Énigme Margerie, Paris, Robert Laffont, 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]