Famille Ioussoupov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Armoiries de la famille Ioussoupov

La famille Youssoupov (en russe : Юсупов, aussi orthographié Youssoupoff) est une famille princière de la noblesse russe.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

La famille princière Youssoupov est issue des khans de la Horde Nogaï. Les Youssoupov étaient réputés être les descendants d’un neveu du prophète Mahomet, leurs ancêtres auraient gouverné l’Égypte, Damas et Antioche[1]. Au XVIIe siècle, la famille embrassa le christianisme orthodoxe et se mit au service de la Russie où elle fut intégrée à la haute noblesse et s’illustra brillamment comme l’une des plus grandes familles russes.

Fortune[modifier | modifier le code]

Le palais d'Arkhangelskoïe

La fortune de cette famille, réputée « plus riche que le tsar » provenait des terres des Khans Nogaï, et consistait, à la veille de la révolution russe, en plusieurs millions d’hectares de terres : ils possédaient des domaines totalisant plus de 2 000 km2, avec des usines sucrières, des moulins, des briquèteries, des mines de charbon, des distilleries, des usines textiles, etc. ainsi que des participations dans plus de 3 000 sociétés, des quartiers entiers de Moscou et de Saint-Pétersbourg et une fantastique collection d’art et de bijoux accumulée par leurs ancêtres, surtout le prince Nicolas Borissovitch Ioussoupov (1751-1831) et le prince Nicolas Borissovitch Ioussoupov (1827-1891). La famille résidait le plus souvent dans son palais pétersbourgeois, au 94 quai de la Moïka, tandis que la princesse Zénaïde, née Narychkine (1810-1893) fit construire après son veuvage l'hôtel particulier Youssoupov de la perspective Liteïny. La famille disposait également de son domaine moscovite d’Arkhangelskoïe, de la villa Youssoupoff de Miskhor à Koreïz, en Crimée, ainsi que de l’immense domaine de Rakinoïé : en tout la famille possédait plus de seize palais et châteaux à travers toute la Russie, ainsi que plusieurs domaines à l’étranger (notamment en France le château de Kériolet).

L’intégralité des biens des Ioussoupov furent confisqués après de la révolution bolchevique, néanmoins le prince Félix put sauver plusieurs œuvres d’art de leur collection, dont certains Rembrandt, par la vente desquels il parvint à conserver un train de vie convenable (bien qu’incomparablement réduit) pendant son exil.

Personnalités notables[modifier | modifier le code]

Le prince Nikolaï Borissovitch Ioussoupov, œuvre du peintre Jean-Baptiste Lampi, palais d'Arkhangelskoïe.

Portaits[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Source : Raspoutine l’ultime vérité par Edvard Radzinsky
  2. www.museum-of-money.org

Sources[modifier | modifier le code]