Famille Galouzeau de Villepin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Galouzeau de Villepin
Image illustrative de l’article Famille Galouzeau de Villepin
Armes

Blasonnement D'azur, à une fasce d'or, accompagnée de trois écussons d'argent
Branches 4 branches
Période XVIIe siècle - XXIe siècle
Pays ou province d’origine Bourgogne
Charges Premier ministre
Sénateur
Diplomate
Avocat
Fonctions militaires Général de brigade
Officiers
Récompenses civiles Commandeur de l'ordre de Saint-Sylvestre
Grand-croix de l'Ordre national du Mérite
Grand-officier de l'ordre de Saint-Charles du Monaco
Récompenses militaires chevaliers et officiers de l'ordre national de la Légion d'honneur
Croix de guerre 1939-1945

La famille Galouzeau de Villepin est une famille subsistante d'ancienne bourgeoisie française, originaire de Bourgogne, puis établie en Lorraine.

Cette famille compte parmi ses membres deux hommes politiques français, dont l'un fut Premier ministre sous la Ve République, des hauts fonctionnaires, de nombreux officiers supérieurs dans toutes les armes, des dirigeants de sociétés, et un sculpteur.

Dix-huit porteurs du nom ont été décorés de l'ordre national de la Légion d'honneur[1], dont seize à titre militaire[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Gustave Chaix d'Est-Ange écrit que cette famille appartient à la haute bourgeoisie[3]. Dans une autre source, il est écrit que la famille Galouzeau de Villepin était une famille de traitants[4] bourguignons avant d'accéder à la haute bourgeoisie[5].

Généalogie[modifier | modifier le code]

Le premier auteur connu de cette famille, Didier Galouzeau, demeurant à Laignes (Côte-d'Or), marié en 1695 avec Suzanne Rouot, eut pour fils[6]:

  • Jean-Baptiste Galouzeau (1701-1780), greffier civil et criminel de la justice du bailliage de Cruzy-le-Châtel (Yonne), marié en 1721 avec Michelette Michelot, dont :
    • Jean-Baptiste Galouzeau de Villepin (1725-20 d'octobre de 1778), capitaine général des fermes du roi à Gérardmer (Vosges)[7], marié en 1746 avec Anne Justine Girardin (1719-28 d'avril de 1785), dont :
      • Louis Jean-Baptiste Galouzeau de Villepin (29 de mars de 1750-8 de mai de 1815), capitaine général des fermes du roi à Saint-Avold (Moselle), puis juge à Buzy (Meuse), marié en 1783 avec Marie Thérèse Brouchon (18 de juin de 1766-15 de novembre de 1835), dont :
        • Joseph Thérèse Galouzeau de Villepin (11 de mai de 1786-19 de février de 1872), négociant à Metz et commissionnaire, marié le à Metz, avec Apolline Guertsmayer (29 d'octobre de 1793-?), dont :
          • François-Xavier Galouzeau de Villepin, né le à Metz et décédé le à Paris. Avocat à la Cour royale de Paris, membre de l'Académie de Metz, commandeur de l’ordre de Saint-Sylvestre des États Pontificaux[2], marié à Marie-Eugénie de Blair (1815-1896)[8],[9],[10], fille de Charles Armand de Blair[11] et de Louise Catherine Alberte de Crolbois de Seewald, baronne de Seewald et baronne du Saint-Empire, dernière de sa famille[12]. Sa descendance forma trois branches subsistantes.

Branches[modifier | modifier le code]

Branche de Georges Galouzeau de Villepin (1849-1931)[modifier | modifier le code]

Branche d'Alphonse Galouzeau de Villepin (1850-1933)[modifier | modifier le code]

Branche de Robert Galouzeau de Villepin (1851-1901)[modifier | modifier le code]

Branche puinée (éteinte)[modifier | modifier le code]

Portraits[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mon grand-père était un poilu : dix politiques livrent leurs secrets de famille - Par Caroline Fontaine et Laurent Valdiguié (lire en ligne)
  2. a b et c Site de l'association des honneurs héréditaires - notice Galouzeau de Villepin (lire en ligne)
  3. Galouzeau de Villepin.
  4. Les traitants étaient ceux qui collectaient les impôts, par exemple les receveurs des tailles.
  5. Dictionnaire de la fausse noblesse, 2008, éditions Tallandier, page 176.
  6. Patrick Galouzeau de Villepin, Maintenir : Histoire de la Famille Galouzeau de Villepin, Paris, 1987
  7. Michel Stelly, Les fermes du Roy au XVIIIe siècle : l'exemple de quelques employés des fermes de Lorraine, site de l'ARCEA - Saclay - Exposé du 18 mars 2014
  8. Pierre Marie Dioudonnat, Encylopédie de la fausse noblesse et de la noblesse d'apparence, Sedopols, 1994, page 307.
  9. Abbé F. J. Porier, Metz, documents généalogiques : armée, noblesse, magistrature, haute bourgeoisie : d'après le registre des paroisses, 1561-1792, 1899, page 74.
  10. Base Leonore : acte de naissance d'Armand Georges Galouzeau de Villepin, fils de François Xavier Galouzeau de Villepin et de Marie Eugénie de Blair.
  11. Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, tome IV, 1905, page 326.
  12. Alain Petiot, Les Lorrains et l'Empire, Éditions Mémoire & Documents, 2005, page 131.
  13. Mon grand-père était un poilu: Dix politiques livrent leurs secrets de famille - Par Caroline Fontaine et Laurent Valdiguié (lire en ligne)
  14. Villepin, le cauchemar de Sarkozy par Thierry Desjardins (lire en ligne)
  15. Biographie d'Arthur de Villepin.
  16. Linkedin.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, tome 20, page 101 Galouzeau de Villepin
  • Patrick Galouzeau de Villepin, Encore et toujours : François Galouzeau de Villepin (1814-1885), un lorrain émigré à Paris au XIXe siècle
  • Patrick Galouzeau de Villepin, Maintenir : Histoire de la famille Galouzeau de Villepin 1397-1987, Paris, 1987

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]