Famille Desbiez de Saint-Juan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Desbiez de Saint-Juan
Image illustrative de l’article Famille Desbiez de Saint-Juan
Armes

Blasonnement De gueules à la fasce ondée d'argent accompagné en chef de trois étoiles d'or posées deux et une.
Devise Vires Acquirit Eundo
Lignées Desbiez de Saint-Juan
Période XVIe siècle au XXIe siècle
Pays ou province d’origine Franche-Comté
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Fiefs tenus Baronnie de Saint-Juan
Demeures Château de Salans (Jura)

Hôtel du Bouteiller (Besançon)

Charges Avocats généraux et conseillers au Parlement de Franche-Comté
Fonctions militaires Lieutenant-colonel, commandant d'une compagnie de dragons au régiment de Coigny puis au régiment d'Artois, commandant du fort Saint-André de Salins, garde d'honneur impérial en 1813
Fonctions ecclésiastiques Vicaire général du diocèse de Besançon

Chanoine de la cathédrale de Besançon (1786)

Récompenses civiles Baron de Saint-Juan (1786)
Récompenses militaires Deux chevaliers de Saint Louis

La famille Desbiez de Saint-Juan olim Desbiez est une famille de la noblesse de Franche-Comté dont la filiation suivie et certaine remonte en 1516. Au XVIe siècle elle était fixée à Vuillafans au bailliage d'Ornans où elle vécut sous le régime des ducs de Bourgogne puis de la maison de Habsbourg et des rois d'Espagne, souverains successifs du comté de Bourgogne[1]. Après l'annexion de la Franche-Comté par la France en 1678 elle devint française. Au XVIIIe siècle elle compte parmi ses membres des parlementaires et s'illustre dans l'Église et l'armée[2][réf. non conforme], elle accède à la noblesse en la personne d'Étienne-Ignace Desbiez qui est anobli par la charge d'avocat-général au Parlement de Besançon en 1736. Au XIXe siècle, plusieurs membres de cette famille se distinguèrent dans la vie culturelle et littéraire en Franche-Comté[3].

Histoire et origine[modifier | modifier le code]

Sans rattachement prouvé à la famille Desbiez de Saint-Juan on trouve au XVe siècle des personnes du nom de Desbiez au bailliage d'Ornans[1],[4][réf. non conforme].

XVIe siècle au XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

On établit une filiation suivie et certaine de la famille Desbiez à partir de 1516[1][réf. non conforme],[5] avec :

  • Claude Desbiez, (né en 1516 + vers 1590), marié à Claudine Bauldiquey, de Naisey. Claude Desbiez était sans doute un fils de Claude Desbiez ou de Pierre Desbiez, de Saules (nés vers 1480) cités dans le testament de Catherine Grospain en 1487, mais la filiation certaine n'a pas pu être établie. Il était encore vivant au mariage de son fils Nicolas en 1589[5]. Il fut le père de :
    • Nicolas Desbiez ou des Biefs (1550-1626), notaire et procureur à Vuillafans au bailliage d'Ornans, marié en février 1589 Étiennette Estignard, fille d'Étienne Estignard, notaire et procureur à Vuillafans et de Philiberte Grosperrin[1][réf. non conforme]. Nicolas des Biefs fut nommé le 17 juin 1603 tabellion général au comté de Bourgogne par lettres des archiducs Albert et Isabelle d'Autriche, gouverneurs de la Franche-Comté. Ces lettres furent enregistrées au bailliage d'Ornans le 21 août 1603 et à la chambre des comptes de Dole le 12 janvier 1604[6][réf. à confirmer]. Il possédait en fief à Vuillafans et Mamirolles. Étiennette Estignard mourut en septembre 1617 (elle demande dans son testament à être enterrée auprès de ses parents au cimetière de l‘église de Montgesoye)[5]. Nicolas Desbiez est cité en 1598 comme membre de la confrérie de Saint-Yves de l'église de Vuillafans[7] Il eut pour enfants :
      • Claudine Desbiez (1590-1637), mariée en 1619 à Jean Bart, capitaine-châtelain du château de Vuillafans[5].
      • Claude Desbiez (1593) auteur d'une branche éteinte au XVIIIe siècle[5].
      • Jean Desbiez (1595-1638), marié en 1626 à Catherine Camus, fille d'Antoine Camus et de noble Claudine Thiébaud. Notaire et procureur à Vuillans, il acquit une propriété à Bolandoz que sa famille conserva jusqu'à la Révolution[5]. Dont :
        • Antoine Desbiez (1633-1679), procureur au baillage d'Ornans, marié à Jeanne-Françoise Estignard, fille de Nicolas Estignard, procureur du roi au bailliage d'Ornans et de noble Antoinette Maillot[1][réf. non conforme]. Il fut le père de Pierre Desbiez qui suit.

Gustave Chaix d'Est-Ange écrit qu'au XVIIe siècle la famille Desbiez occupait un rang distingué dans la bourgeoisie des environs d'Ornans[8].

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Étienne-Ignace Desbiez, Avocat-général et conseiller au Parlement de Besançon (1709-1780).
Claude-Alexandre Desbiez baron de saint-Juan, Avocat-général et conseiller au Parlement de Besançon (1747-1820).

Au XVIIIe siècle, après la conquête française, la famille Desbiez de Saint-Juan s'illustra au Parlement de Besançon ainsi que dans l'église et l'armée.

  • Pierre Desbiez (1669-1737) fut le premier à vivre sous le régime français. Il fut nommé en 1694 conseiller et avocat du roi au bailliage d'Ornans[9]. Il était marié à Jeanne Brigitte Perrinot de Cernay (fille de Étienne Perrinot de Cernay, conseiller au Parlement de Besançon)[2]. Il possédait un manoir à Durnes que la famille conserva jusqu'au XIXe siècle[réf. nécessaire].
    • Étienne-Ignace Desbiez, seigneur de Saint-Juan (1709-1780), son fils, épousa Geneviève Caron de Sancey[10] (fille de Pierre Caron, sgr de Sancey, receveur des finances du bailliage de Baume les Dames). Il fut nommé en 1736[11],[12] premier avocat-général du Parlement de Besançon. Il fut ensuite conseiller honoraire au même parlement en 1771[réf. à confirmer].
      • Claude Alexandre Desbiez, baron de Saint-Juan (1747-1820), son fils, épousa Marie Théodore Le Bas de Bouclans (fille du marquis de Bouclans, président au Parlement de Besançon et de Marie-Thérèse Chevignard de Chavigny)[13]. Il succéda à son père dans les charges de premier avocat général (1771), puis de conseiller (1774) au Parlement de Besançon. En 1786, il reçut le titre de baron de Saint-Juan par Louis XVI[2]. En 1800, il acquit le château de Salans (Jura) qui resta dans la famille Desbiez de Saint-Juan jusqu'en 1918[14],[15][réf. non conforme]. Il fut le père de Charles qui suit.

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Charles Desbiez, baron de Saint-Juan (1785-1862)
Alexandre Desbiez baron de Saint-Juan (1820-1863)
  • Charles Desbiez, baron de Saint-Juan (1785-1862), marié à Zoé Gravier de La Gellière (fille de Jean-Séverin Gravier baron de La Gellière (même famille que la famille Gravier de Vergennes[16]), maire de Beaune, et de Anne-Luce de Ganay de Lusigny). Enrégimenté en juin 1813 parmi les cinquante gardes d'honneurs impériaux levés dans le département du Doubs[17], il fut conseiller municipal de Besançon de 1824 à 1862 puis conseiller général du département du Doubs de 1836 à 1848[18],[19]. Catholique libéral il adhéra au mouvement orléaniste. Membre de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Besançon et de Franche-Comté, il se fit remarquer par son goût pour les arts et les lettres[20]. Il recevait volontiers les artistes et les hommes de lettres (dont Charles Nodier et Charles Weiss) en son hôtel de Besançon et en son château de Salans (Jura) où il résidait[14]. Il fut l'un des fondateurs du journal "Le Franc-Comtois"[21].
    • Alexandre Desbiez, baron de Saint-Juan (1820-1863), marié à Élisabeth de Jouffroy d'Abbans (fille de Louis comte de Jouffroy d'Abbans et de Catherine de Scey-Montbéliard)[22]. Poète et écrivain franc-comtois[23],[3] et membre de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Besançon et de Franche-Comté, il fut l'auteur d'ouvrages de fables et de poésies souvent liées à l'histoire et aux légendes de Franche-Comté dont "Poésies, ébauches et fragments", Imprimerie P. Jacquin, 1901, ainsi que d'un journal des évènements de 1848 à Paris intitulé "Le Bataillon mobile de Besançon à Paris, impressions et souvenirs", Imprimerie J. Martin, 1848[21].
      • Armand Desbiez, baron de Saint-Juan (1855-1935), comte italien de Saint-Juan (1917)[24][source insuffisante], saint-cyrien (promotion de l'archiduc Albert 1873-1875), il eut comme camarade de promotion le futur maréchal Lyautey. Lieutenant d'infanterie, il démissionne en 1880 puis devint sous-ingénieur des ponts et chaussées[25].
    • Marie de Saint-Juan (1822-1890), amie et correspondante régulière de Charles de Montalembert, elle fut surnommé la Madame de Sévigné franc-comtoise[14]. Elle créa au château de Salans (Jura) un salon littéraire et musical. Elle fut l'auteur d'ouvrages de piété, d'éducation, de littérature (« La lumière des jeunes âmes » (1864), « Conversations littéraires avec les jeunes personnes, ouvrage composé selon les principes chrétiens » (1859), « La Source des seuls biens véritables, recueil de prières et d'instructions pieuses à l'usage du chrétien » (1861)), et d'un livre de cuisine "Les secrets de la cuisine d'amateur" publié en 1890 aux éditions Hetzel qui connut un certain succès. Elle participa à la création de la Maison de Béthanie, où des religieuses dominicaines accueillent des femmes sorties de prison. Elle fut la donatrice des Vierges de Salans et de Durnes[21].

Noblesse et titre[modifier | modifier le code]

La famille Desbiez de Saint-Juan fut anoblie en 1736[N. 1] par une charge d'avocat-général au Parlement de Besançon dont fut pourvu par lettres de provision du 7 septembre 1736, enregistrées le 29 décembre 1736[30], Étienne-Ignace Desbiez (Gustave Chaix d'Est-Ange et Henri Jougla de Morenas indiquent par erreur 1729[8],[31]).

En 1773, Claude Alexandre Desbiez, avocat général au Parlement de Besançon, fut dispensé comme noble du paiement du marc d'or[32],[N. 2] lorsqu'il succéda à son père Étienne-Ignace Desbiez dans la charge de conseiller au même parlement.[réf. non conforme]

En 1786, les terres de Saint-Juan, Autechaux et Adam furent érigées en baronnie de Saint-Juan pour Claude Alexandre Desbiez seigneur de Saint-Juan, conseiller au Parlement de Besançon et ses descendants[34],[2].

Possessions[modifier | modifier le code]

Armes et devise[modifier | modifier le code]

Armes de la famille Desbiez de Saint-Juan

Les armes de la famille Desbiez de Saint-Juan sont :

De gueules à la fasce ondée d'argent, accompagné en chef de trois étoiles d'or posées deux et une.

(D'après la Galerie héraldo-nobiliaire de la Franche-Comté de Suchaux)[8]

Timbre : une étoile d'or au milieu de demi-vols d'argent[8]

La devise de la famille est : « Vires Acquirit Eundo ».( Elle acquiert des forces dans sa course.)

Alliances[modifier | modifier le code]

Les principales alliances de la famille Desbiez de Saint-Juan sont : Bauldiquey, (de) Grospain, Bart (1619), Camus (1626), Estignard, Perrinot de Cernay, Caron de Sancey, Le Bas de Bouclans, Gravier de La Gellière, de Jouffroy d'Abbans (vers 1865), Gillet de Chalonge, Mareschal de Longeville, etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La noblesse au premier degré transmissible a été attribuée aux officiers du parlement de Besançon par lettres patentes et édits des archiducs, souverains du comté de Bourgogne des 24 octobre 1607 et 9 décembre 1620 ainsi que par une possession immémoriale d’entrer dans les collèges de la noblesse et aux assemblées des états sans autre titre que celui d’être officiers dudit parlement ou fils d’un officier de cette compagnie. Confirmé par édits royaux du 11 mars 1694 et de mars 1706 »[26],[27]. (François Bluche et Pierre Durye indiquent à tort qu'il fallait 20 ans d'exercice ou la mort en charge pour transmettre cette noblesse[28]. L'édit du 11 mars 1694, qui confirme les « anciens privilèges » des officiers du Parlement de Besançon, ne mentionne pas une telle condition de 20 ans ou mort en charge)[29].
  2. Le droit de marc d'or ou droit de serment devait être acquitté par les non-nobles acquéreurs d'office avant de prendre leur provision[33].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e J. T. de Mesmay, Dictionnaire historique, biographique et généalogique des anciennes familles de Franche-Comté (1957).
  2. a b c et d Roger de Lurion, "Nobiliaire de Franche-Comté" 1890.
  3. a et b Max Roche - Michel Vernus « Dictionnaire biographique du Département du Doubs » Edit. Arts Et Littérature, 1997.
  4. Ulysse Robert, Testaments de l'Officialité de Besançon, 1891.
  5. a b c d e et f Jean-Marie Thiébaud, Les comtes, vicomtes, barons et chevaliers de Franche-Comté, 2009, pages 153-154.
  6. Arch. du Doubs B 2014 folios 478-480.
  7. Paul Delsalle, La Franche-Comté au temps des archiducs Albert et Isabelle: 1598-1633, Presses Univ. Franche-Comté, 2002, page 106.
  8. a b c et d Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, t. XIII, (lire en ligne), p. 322
  9. Nicolas François Louis Besson « Annales Franc-Comtoises » , volume 15, page 40, Imprimerie P. Jacquin, 1903.
  10. Jean-François Solnon « 215 bourgeois gentilshommes au XVIIIe siècle : les secrétaires du roi à Besançon », Besançon 1980.
  11. L'État de la France 1749, tome V, page 233.
  12. Almanach Royal pour l'année 1752 page 216
  13. Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France, Volume 9, partie 1,page 687, Éditions du Palais royal, 1968.
  14. a b et c Annie Gay, Châteaux et demeures du Jura, Page 133, 1998.
  15. Abbé Gabriel Pelletier, Evans et Salans au cours des âges, 1987.
  16. Geneviève Tassin de Montaigu « Les Gravier De Vergennes, leurs alliances et descendances en Bourgogne et Bourbonnais. Une famille de robe » Paris, 1995.
  17. Claude-Isabelle Brelot « Grands notables du Premier Empire: Jura, Haute-Saône, Doubs », Paris 1979.
  18. André Jean Tudesq, "Les Conseillers généraux en France au temps de Guizot", page 170, Fondation nationale des sciences politiques, 1967
  19. Almanach de la noblesse du royaume de France 1846, page 171.
  20. Max Roche - Michel Vernus « Dictionnaire biographique du Département du Doubs » Edit. Arts Et Littérature, 1997.
  21. a b et c Émile Fourquet, Les Hommes célèbres de Franche-Comté, éd. Lafitte Reprints, 1993.
  22. Henri de Woelmont de Brumagne "Notices généalogiques", deuxième série page 418, Éditions Champion, Paris, 1923.
  23. Alexandre Estignard "Portraits franc-comtois", page 67, Éditions Champion 1885.
  24. Elenco storico della nobiltà italiana (compilato in conformità dei decreti e delle lettere patenti originali e sugli atti ufficiali di archivio della Consulta araldica dello Stato italiano), Sovrano militare ordine di Malta, Tipografia Poliglotta Vaticana, Roma 1960.
  25. Historique de la 58e promotion de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr (1873-75), promotion de l’Archiduc Albert.
  26. Nicolas Viton de Saint-Allais, Dictionnaire encyclopédique de la noblesse de France, t. I, (lire en ligne), p. 42
  27. Charles de Grandmaison, Louis Nicolas Henri Chérin et Jacques-Paul Chérin, Dictionnaire héraldique, (lire en ligne), p. 965 et 989
  28. François Bluche et Pierre Durye, L'anoblissement par charges avant 1789, , p. 69
  29. Édit royal du 11 mars 1694
  30. Parlement de Besançon : Actes importants (table onomastique suivie d’un index de lieux), Archives départementales du Doubs, (lire en ligne), p. 67
  31. Henri Jougla de Morenas, Grand armorial de France, t. III, , p. 176
  32. Les arrêts du Grand Conseil portant dispense du marc d'or de noblesse, inédits recueillis et présentés par Robert de Roton, 1951.
  33. Jean Nagle, Le droit de marc d'or des offices, (lire en ligne), p. 5
  34. Archives départementales du Doubs, B/2180 : Enregistrement auprès du Parlement de Besançon le 5 juillet 1787 des lettres de baron de Saint-Juan accordées en août 1786 à Claude Alexandres Desbiez, seigneur de Saint-Juan.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, t. XIII, , page 322 Desbiez de Saint-Juan
  • Roger de Lurion, Nobiliaire de Franche-Comté,
  • Max Roche et Michel Vernus, Dictionnaire biographique du Département du Doubs, Arts et Littérature,
  • Emile Fourquet, Les Hommes célèbres de Franche-Comté, Lafitte Reprints,
  • Claude-Isabelle Brelot, Grands notables du Premier Empire : Jura, Haute-Saône, Doubs, Paris,
  • Nicolas François Louis Besson, Annales Franc-Comtoises, vol. 15, Imprimerie P. Jacquin, , p. 40
  • Alexandre Estignard, Portraits franc-comtois, Éditions Champion, , page 67, portrait d'Alexandre de Saint Juan
  • Annie Gay, Châteaux et demeures du Jura,