Famille Burrus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Burrus.

La Famille Burrus est une famille d'industriels, originaire de Dambach-la-Ville (Alsace), naturalisée suisse, de Seleute (1871) et Boncourt (1887)[1]. En 1814, Martin (1775-1830), vigneron, venu d'Alsace, installe une petite fabrique de rouleaux de tabac à Boncourt[1]. Deux fils de François-Joseph, Joseph (1838-1921) et François (1844-1915), succèdent à leur père à Boncourt, tandis que trois autres établissent en 1872, à Sainte-Croix-aux-Mines[1], une seconde manufacture, la plus importante d'Alsace avant 1914[réf. nécessaire], nationalisée après 1918[1]. Six générations ont dirigé l'entreprise, agrandi et modernisé la fabrique de Boncourt et détenu la totalité du capital. La société F.J. Burrus, SA depuis 1979, a été restructurée en holding en 1984 puis vendue en 1996[2] au groupe hollandais Rothmans International appartenant au groupe Richemont.

L'usine de Boncourt occupait une centaine d'ouvriers à la fin du XIXe siècle, 350 en 1950, 600 en 1974, 400 en 1991.[réf. nécessaire]

Mécènes, les Burrus favorisent l'Église catholique, d'où des liens privilégiés avec le Vatican (Gérard, 1910-1997, fut camérier secret de cape et d'épée). À titre d'exemple, le mécénat de Maurice Burrus qui finance les fouilles de Vaison-la-Romaine ou bien celui de Charles Burrus qui crée la fondation Guile destinée à sensibiliser les leaders d'opinion sur le respect des valeurs humaines. Il soutient le collège St Charles/Ju/CH axé sur les valeurs humanistes à Porrentruy/Ju/CH et participe aux développements d'un centre équestre à Chevenez/Ju/CH à destination de la jeunesse.

En octobre 2007, la famille Burrus, menée par Christian Burrus, président du groupe familial, prend le contrôle de Diot (assurances)[3].

Principales personnalités[modifier | modifier le code]

  • En 1814, Martin Burrus (1775-1830), un Français alsacien de Dambach-la-Ville, s'exile à Boncourt (Jura) et se lance dans la culture du tabac
    • François-Joseph Burrus (1805-1879) lui succède en 1828 et fonde véritablement la fabrique Burrus
      • Joseph Burrus (1838-1921)
        • Henry Burrus (1882-1957)
          • Gérard Burrus (1910-1997)
            • Xavier Burrus (1953)
            • Dominique Burrus[4] (1956-1998), décède dans un accident d'avion en compagnie de son fils Thierry
              • Thierry Burrus (1983-1998)
      • François-Xavier Burrus (1844-1915), député au Grand Conseil de Berne, maire de Boncourt 
        • Albert Burrus (1877-1960)
          • Léon Burrus (1904-1990)
            • Charles Burrus (1929-2011)
            • Hubert Burrus (1932-1999), décède par noyade au large de Cannes
          • Robert Burrus (1907-1996)
            • Guy Burrus, décédé à Athènes le 9 octobre 1979, dans un accident d'avion
      • Pierre-Jules Burrus (1852-1935)
        • Maurice Burrus (1882-1959), industriel, député, grand collectionneur philatélique, mécène de Vaison-la-Romaine
        • Fernand Burrus (1884-1955). À partir de 1912, les Burrus lient leur destin à l’industrie chocolatière. Fernand Burrus a été un pionnier, infatigable bâtisseur et hardi entrepreneur (tabacs, chocolat, textile). En 1914, il crée la chocolaterie de Blâmont en Meurthe-et-Moselle, qu'il déplace à Dijon en 1916 (elle sera rachetée par les frères Lanvin), puis à Saint-Dié dans les Vosges en 1920, la chocolaterie Omnia. Laissant la direction de la chocolaterie à son fils Paul en 1943, il se retire ensuite à Genève.
          • Paul Burrus (1920), chevalier de la Légion d’honneur (10 octobre 2008), chevalier du Mérite agricole (12 juin 2009). Paul Burrus est un des derniers pionniers encore en vie (sinon le dernier avec Raphaëlle Schaal) de l’industrie chocolatière des périodes de guerre et d’après-guerre. Il a été le témoin de la fin de l’époque des chocolateries régionales, pour devenir un acteur important dans ce domaine. Cinquante ans de pratique lui auront permis de franchir toutes les étapes de la profession et de passer tous les caps. Il a été dans le secteur de l’industrie chocolatière un ingénieux technicien, entrepreneur en bâtiments, concepteur d’usine, repreneur d’entreprises, administrateur et président-directeur général d’importantes sociétés. Il reprend notamment dans les années 1960 les célèbres marques de chocolat Marquise de Sévigné, Salavin Paris et Schaal à Strasbourg.
            • Jean-Paul Burrus (1954), président de holding SALPA (Chocolats Marquise de Sévigné, Schaal, Comptoir Français du Thé, Cofféa, Herbapac, Salavin, Côte de France, les chocolats Yves Touries), fondateur du musée du chocolat à Strasbourg en 2003. Repères Jean-Paul Burrus :
              • 1980-1986 Directeur commercial de Schaal chocolatier
              • 1986-1994 Directeur général de Schaal chocolatier
              • 1994 Président de Schaal chocolatier
              • 1995 Fondateur avec Jean-Paul Proponnet de l’ Association régionale des industries alimentaires d'Alsace (ARIA)
              • 1996 Président des magasins de café Coffea le Havre
              • 2003 Fondateur de l’Association des amis du chocolat Créateur du musée “les secrets du chocolat” Marquise de Sévigné à Geispolsheim
              • 2004 Président de la Chambre syndicale nationale des chocolatiers à Paris
              • 2008 Président directeur général de la Holding Salpa Nomination au poste de conseiller du commerce extérieur
              • Autres responsabilités : administrateur du Syndicat du thé, de la Confédération nationale des détaillants en chocolat et du Syndicat du chocolat

Sources[modifier | modifier le code]

  • Philippe Turrel, De Boncourt à Sainte-Croix-aux-Mines, Le coup de tabac des Burrus d'Alsace, Editions du Musée, 2014.
  • Philippe Turrel, Un siècle de chocolat (1912-2012), de Burrus à Schaal, un destin alsacien, Éditions du Musée, 2012.
  • Philippe Turrel, De l'Esca-Prévoyance au groupe Burrus-1923-2012- L'assurance d'une compagnie alsacienne, Éditions du Musée, 2012.
  • Vaison antique, découvertes archéologiques récentes, coordination éditoriale Xavier Delestre et David Lavergne. Article de Philippe Turrel, page 25-28, aux origines de la protection archéologique : l'exemple du théâtre, Éditions Errance, 2012.
  • Mécènes, les bâtisseurs du patrimoine", ouvrage collectif coordination éditoriale Philippe Turrel, Éditions Chaman et Fondation Gianadda, 2011.
  • Philippe Turmel, La Saga des Burrus, Du précepteur de Néron au mécène de Vaison la Romaine, Dolfing Édition, 2003.
  • Maurice Zermatten, Manufacture de tabacs et cigarettes, F.-J. Burrus & Cie, Boncourt, photos de Benedikt Rast, Boncourt, 1954. - 58 p. 1956

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (fr)[PDF]« Des origines alsaciennes », sur www.valdargent.com (consulté le 13 décembre 2010)
  2. (fr)[PDF]« Rapport social 2005/2006 », sur www.bat.ch (consulté le 13 décembre 2010)
  3. (fr) « La famille Burrus prend le contrôle de Diot », sur www.argusdelassurance.com (consulté le 13 décembre 2010)
  4. https://www.findagrave.com/cgi-bin/fg.cgi?page=gr&GRid=117001137