Famille Brunhes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Image représentant deux personnes Cette page explique l’histoire ou répertorie les différents membres de la famille Brunhes).

La famille Brunhes est une famille originaire du Cantal, qui a donné plusieurs universitaires remarquables.

Principaux membres[modifier | modifier le code]

  • Abbé Brunhes, professeur de philosophie en 1824 au collège d'Aurillac. A laissé un journal.
  • Julien Brunhes (1833 - 1895), fils de Bernard[1],[2], maître sabotier à Aurillac et de Marie Conort, de Jussac, professeur de physique au lycée de Toulouse, nommé à la fin de sa carrière doyen à la Faculté des Sciences de Dijon. Il se marie en 1866 à Saint-Flour avec Nathalie Durand, dont il a au moins trois enfants :
  • Edmond Jean Antoine Brunhes (1834-1916), mathématicien, en religion frère Gabriel-Marie, 14e supérieur général de l'Institut des Frères des Écoles Chrétiennes (de 1897 à 1913)
  • La femme de Jean Brunhes, Henriette Brunhes (1872-1914), est la fille d’Émile Hoskier (1830-1915), banquier et consul du Danemark en France. Le couple, formé en 1896, a été parmi les fondateurs en France de la Ligue sociale d’acheteurs, créée à Paris en 1902, association influencée par la doctrine sociale du pape Léon XIII qui visait, de manière très originale, à responsabiliser les femmes dans leur statut de consommatrices – listes de commerçants respectant certaines règles sociales et d'hygiène, etc. –, tout en se penchant sur les conditions de travail des ouvriers et des employés de la France de l'époque. À la suite de ces engagements, le couple publiera en 1901 Ruskin et la Bible : pour servir à l’histoire d’une pensée chez Perrin.
  • La fille de Jean Brunhes et d'Henriette Hoskier, Mariel Jean-Brunhes Delamarre (1905-2001), est une géographe qui a parcouru pendant de très longues années les campagnes françaises et de nombreuses régions rurales, de la Chine au Canada en passant par les pays d'Europe. Chercheur au CNRS, elle a publié chez Gallimard de nombreux travaux sur la vie rurale. Dans la Bibliothèque de la Pléiade, elle a codirigé les collections de géographie générale et régionale, et participé à celle consacrée à l'ethnographie, approfondissant alors les liens entretenus dans les recherches de Jean Brunhes, par cette dernière discipline, avec la géographie. Elle a été chargée des départements des techniques agricoles et pastorales au Musée national des arts et traditions populaires. Elle a surtout été l'auteur - avec Pierre Deffontaines - de la Géographie universelle publiée en trois volumes par Larousse en 1958.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fils de Raymond et de Marianne Moynac, qui était lui-même fils de Géraud et de Jeanne Rigal
  2. « Acte de mariage Raymond Brunhes, fils de Géraud et Jeanne Picard, et Marianne Moinac, fille de Bernard et Jeanne Danrigal - Registre de Sansac-de-Marmiesse 5 Mi 647/5 p 196 », sur archives.cantal.fr (consulté le 15 septembre 2018)