Faisceaux d'action internationaliste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Faisceaux d'action internationaliste est le nom d'un manifeste politique, émis en Italie le 5 octobre 1914, dans lequel est présenté l'utilité de la Première Guerre mondiale comme un moment historique indispensable au développement des sociétés les plus avancées dans le sens politico-social.

Les signataires[modifier | modifier le code]

Le comité se compose de

Origine et idéologie[modifier | modifier le code]

Le 7 octobre 1914, Libero Tancredi (pseudonyme de Massimo Rocca) et d'autres représentants du syndicalisme révolutionnaire comme Filippo Corridoni et Cesare Rossi signent l’appel du Faisceau révolutionnaire d'action internationaliste ; ce manifeste vise à constituer un mouvement informel rassembler les éléments de la gauche radicale favorable à l'entrée en guerre de l'Italie contre les Empires centraux. Le mot faisceau appartient au vocabulaire politique de la gauche italienne qui trouve son origine dans les faisceaux de travailleurs siciliens[1]. Les signataires du manifeste souhaitent l'entrée en guerre par hostilité aux Empires centraux réactionnaires et cléricaux[2] et volonté, notamment chez les syndicalistes et socialistes révolutionnaires, de préparer techniquement le prolétariat au combat et de forger ainsi en son sein une élite révolutionnaire et combattante[3].

Benito Mussolini ne signe pas le manifeste mais sa parution l'incite à faire connaître sa propre opposition à la neutralité car cette initiative était de nature à faire pièce à son influence au sein de l'ultragauche interventionniste[4].

La signature de ce manifeste sera suivie de la création le 11 décembre 1914 du Faisceau d'action révolutionnaire interventionniste qui en sera le prolongement organisationnel.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Milza, Mussolini, éd. Fayard, 2007, p. 237.
  2. Pierre Milza, Mussolini, éd. Fayard, 2007, p. 168.
  3. Pierre Milza, Mussolini, éd. Fayard, 2007, p. 169-170.
  4. Pierre Milza, Mussolini, éd. Fayard, 2007, p. 174.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]