Faget-Abbatial

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Faget-Abbatial
Faget-Abbatial
Première enceinte du logis abbatial.
Blason de Faget-Abbatial
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gers
Arrondissement Mirande
Intercommunalité Communauté de communes Val de Gers
Maire
Mandat
Daniel Dumont
2020-2026
Code postal 32450
Code commune 32130
Démographie
Population
municipale
217 hab. (2018 en diminution de 3,56 % par rapport à 2013)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 30′ 25″ nord, 0° 41′ 41″ est
Altitude 215 m
Min. 182 m
Max. 303 m
Superficie 17,46 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Auch
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Astarac-Gimone
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Faget-Abbatial
Géolocalisation sur la carte : Gers
Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Faget-Abbatial
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Faget-Abbatial
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Faget-Abbatial

Faget-Abbatial (Faget Abadiau en gascon) est une commune française située dans le département du Gers, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue générale de la commune depuis la Titarde.

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Faget-Abbatial se situe dans le sud-ouest du canton de Saramon et dans l'arrondissement d'Auch, entre les vallées de l'Arrats et de la Lauze. Elle est à une distance de 8 km de Saramon[1].

Carte de Faget-Abbatial.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le paysage de la commune est accidenté, avec un point culminant à 300 mètres et de nombreux affleurements calcaires sur les hauteurs[1].

Faget-Abbatial se situe en zone de sismicité 2 (sismicité faible)[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le carrefour d'Héréchou.
  • La D 40 traverse la commune du sud, en provenance de Lamaguère, vers le nord en direction de Lartigue.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Faget-Abbatial est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Auch, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 112 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (81,5 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (64,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (58,8 %), terres arables (16,1 %), forêts (13,7 %), prairies (6,6 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (4,8 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le latin fagus pour « hêtre » a donné le gascon hag et le languedocien fag, que l'on retrouve dans faget, indiquant la présence de ces arbres dans la région[10]. Abbatial rappelle la présence de l'ancienne abbaye[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur au chevron d'or accompagné en pointe d'un mont à six coupeaux d'argent chargé d'une épée haute accostée de deux dagues versées, le tout de sable ; au chef d'or chargé d'un croissant accosté de deux étoiles, le tout de gueules[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1937 1959 Armand Caufepé    
1959 1995 Albert Ferrand PS  
1995 2014 Henri Chavarot[12] EELV Exploitant agricole
2014 En cours Daniel Dumont DVG Agriculteur retraité

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[14].

En 2018, la commune comptait 217 habitants[Note 3], en diminution de 3,56 % par rapport à 2013 (Gers : +0,53 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
344354342354546547575567585
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
563541504526515518536516512
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
503510504503501504320266278
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2018
226201217201211224229223217
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Sauveur de Faget-Abbatial. L'église abbatiale Saint-Sauveur est un édifice pré-roman du IXe siècle[réf. nécessaire] ou du XIIe – XIIIe siècle[17], qui fut remanié au XVIIIe siècle. Elle est le vestige particulièrement ancien d'une abbaye comprenant un logis abbatial[18]. L'église est inscrite à l'inventaire des monuments historiques depuis 1947[17]. Plusieurs objets (retable, autel, stalles) sont référencer dans la base Palissy (voir les notices liées)[17].
  • Palais des abbés de Faget. Le nouveau logis abbatial est construit entre 1698 et 1738 pour les abbés de la famille de Mont, sur le promontoire au-dessus de l'abbaye : « Une vaste avant-cour précède le jardin en terrasse de l’abbé, et son très petit palais, qui se présente de profil, au loin, au-dessus de la vallée. Cette cour commence à un premier grand mur, percé d'une arche d'accès, et se termine un à deuxième, percé d’une autre. C'est toute une initiation baroque, cheminement triomphal vers l’amabilité. Murs et porches, en effet, sont couronnés de vagues, d'entablements à ressauts, d’acrotères, de pots à feu, de pignons, d’on ne sait plus quoi quand on ne l'a pas sous les yeux, mais qui laisse l'impression d'une fête au Portugal, voire au Mexique. »[19] Classé Monument historique par arrêté du 11 juillet 1973[20]. Propriété privée.
  • Enceinte de Faget. Rempart de pierre partiellement conservé côté sud : porte ogivale qui s'appuie sur le mur de soutènement du jardin abbatial.
  • Maison noble de Moncaut. La carte de Cassini figure une gentilhommière nommée Lasparets. La cour aujourd'hui ouverte au sud, était fermée sur les quatre côtés d'après le plan cadastral de 1825[21]. Propriété privée, ne se visite pas.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 14 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Georges Courtès (dir.), Communes du département du Gers, vol. I : Arrondissement d'Auch, Auch, Société Archéologique et Historique du Gers, , 460 p. (ISBN 2-9505900-7-1, notice BnF no FRBNF39151085).
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. Plan séisme
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 27 mars 2021).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 14 avril 2021)
  10. Bénédicte et Jean-Jacques Fénié, Toponymie gasconne, Éditions Sud Ouest, coll. « Sud Ouest Université », , 128 p. (ISBN 978-2-87901-093-9)..
  11. Armorial de France
  12. Site de la préfecture - Fiche de Faget-Abbatial
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  17. a b et c « Eglise Saint-Sauveur », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le 10 juillet 2020).
  18. Hélène Couzy, Faget-abbatial, p. 320-324, dans Congrès archéologique de France. 128e session. Gascogne. 1970, Société française d'archéologie, Paris, 1970
  19. Renaud Camus, Le Département du Gers, Paris, P.O.L., , p. 424..
  20. « Ancienne abbaye [Faget-Abbatial] ».
  21. Archives départementales du Gers, 3P_FAGET-ABBATIAL_5, section B2, n°115.