Fadel Benyaich

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mohamed Fadel Benyaich
Fadel Benyaich 2014 (cropped).jpg
Fonction
Ambassadeur du Maroc en Espagne (d)
-
Ahmed Ould Souilem (d)
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (57 ans)
TazaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Fratrie
Karima Benyaich (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Fadel Benyaich ou Benaich (en arabe : فاضل بن يعيش ; né en 1963 à Rabat au Maroc) est un membre éminent du cabinet royal de Sa Majesté le roi Mohammed VI, officiellement chargé des relations avec l'Espagne[1],[2],[3]. Il a étudié au Collège Royal avec Mohammed VI[3].

Activités diplomatiques[modifier | modifier le code]

Benyaich est devenu ambassadeur du Maroc en Espagne en février 2014[4], après avoir remplacé Ahmed Ould Souilem[5]. En février 2015, il reçoit un ressortissant marocain demandant sa régularisation en Espagne, Mustapha El Yakoubi, qui avait refusé les conditions proposées et s'est ensuite immolé par le feu devant l'ambassade espagnole, en décembre 2016[6].

Fin 2017, le ministre marocain des affaires étrangères aurait ordonné de cesser de lui verser son salaire[4]. Toujours en 2017, il est remplacé à ce poste par sa sœur Karima Benyaich[4],[7],[8]. Pressenti pour être nommé ambassadeur du Maroc en Roumanie, ce qui aurait constitué une dégradation[9],[10], il n'est finalement pas confirmé à ce poste[8].

Relations d'affaires[modifier | modifier le code]

Benayaich détient la franchise du traiteur et pâtissier français Patrick Lenôtre, et dirige des boutiques à Rabat et à Casablanca[11].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Fadel Benyaich est le fils d'un chirurgien et médecin personnel du roi Hassan II, qui a été abattu lors de la tentative de coup d'État manquée en 1971[3], en plus d'être le neveu du colonel Ben Aïch, proche collaborateur du général Moulay Hafid Alaoui, qui détenait ce grade militaire sans aucune formation militaire[12],[13].

Sa mère est espagnole, de la région de Grenade. Sa sœur, Karima Benyaich, est ambassadrice du Maroc au Portugal[3],[14]. Une autre de ses sœurs, Inane Benayaich, est directrice du Centre régional d’investissement de Rabat[11].

Benyaich s'est mariée deux fois, la première fois avec Aïcha Messaoudi, une notaire condamnée à 8 mois de prison en 2013 après avoir déclaré à la presse qu'un certain nombre de hauts fonctionnaires avaient consommé de la cocaïne et participaient à des réseaux de trafic de drogue[11].

Benyaich est hispanophone[11], et possède également la citoyenneté espagnole[5].

Voir également[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le membre du cabinet royal Fadel Benyaich donne conférence à New York », Slate Afrique, (consulté le 26 novembre 2013).
  2. Omar Dahbi, « Qui veut saboter l'opération Canaries ? », Aujourd'hui le Maroc, (consulté le 26 novembre 2013).
  3. a b c et d « Les dessous du retour de Fadel Benyaich », Maghreb Intelligence,‎ (lire en ligne).
  4. a b et c Caterina Lalovnovka, « Comment Nasser Bourita a choisi Fadel Benyaïch et Taieb Fassi-Fihri pour « montrer ses biceps » », sur Maghreb Intelligence, (consulté le 11 mai 2019)
  5. a et b (es) Ignacio Cembrero, « El rey Mohamed VI nombra a un gran amigo suyo embajador en España », El País,‎ (lire en ligne).
  6. « L’ambassade du Maroc en Espagne suit de près l’état de santé d’un ressortissant marocain qui a tenté de s’immoler par le feu à Madrid », sur Maroc Diplomatique, (consulté le 11 mai 2019).
  7. « Karima Benyaich remplace son frère Fadel Benyaich à l’ambassade du Maroc en Espagne », sur Bladi.net, (consulté le 11 mai 2019).
  8. a et b « Fadel Benyaïch n’ira pas en Roumanie », sur www.le1.ma, Le 1, .
  9. « Diplomatie: Fadel Benyaich passe de Madrid à Bucarest, un déclassement? », sur Telquel.ma (consulté le 11 mai 2019).
  10. Ali Amar, « Fadel Benyaich condamné au purgatoire roumain », sur Le Desk, (consulté le 11 mai 2019)
  11. a b c et d Boukhima 2014.
  12. Mahjoub Tobji, Les officiers de sa majesté,
  13. Stephan Smith, Oufkir, un destin marocain,
  14. Ignacio Cembrero, « Révélations. Îlot Leila. Ce qui s'est vraiment passé », Telquel, no 218,‎ (lire en ligne).

Annexes[modifier | modifier le code]

  • [Boukhima 2014] Adil Boukhima, « Fadel Benyaich. Le mystérieux ami du roi », Telquel,‎ (lire en ligne)