Faculté des hautes études commerciales de l'université de Lausanne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir HEC.
HEC Lausanne
Logo HEC Lausanne.png
Histoire et statut
Fondation
Type
Faculté de business & économie
Nom officiel
École des hautes études commerciales
Régime linguistique
Localisation
Campus
Lausanne, Chamberonne
Localisation
Pays
Chiffres-clés
Étudiants
3 000[1] étudiants.
Divers
Site web

Affiliée à l'université de Lausanne (UNIL), la faculté des hautes études commerciales (HEC Lausanne) forme depuis 1911[2] les futurs cadres et dirigeants d’entreprise aux domaines du management et des sciences économiques et conduit une recherche qui vise à comprendre les mécanismes fondamentaux du monde économique[3].

HEC Lausanne propose des baccalauréats universitaires (Bachelors), des maîtrises universitaires (Masters), des doctorats (PhD) ainsi qu'un MBA, des programmes de formation continue ainsi que divers services aux entreprises[4].

Histoire de la faculté[modifier | modifier le code]

Résumé[modifier | modifier le code]

En 1537, l'Académie de Lausanne est fondée en tant qu'école de théologie. En 1890, l’Académie de Lausanne est élevée au rang d’université et c’est au sein de la faculté de droit que sont donnés les enseignements d'économie politique. Cette époque est marquée par Léon Walras (1834-1910), fondateur de l’école de Lausanne et auteur de la théorie de l'équilibre général, ainsi que Vilfredo Pareto (1848-1923), célèbre auteur de la théorie de l’optimum.

Le 15 avril 1911, l’École des hautes études commerciales est fondée par Léon Morf et Georges Paillard, au sein de la Faculté de Droit. Elle ouvre ses portes à 12 élèves à la rentrée de cette même année[5]. Léon Morf, professeur de technique commerciale, de comptabilité publique et de mathématiques financières sera son premier directeur, suivi de Georges Paillard[6].

Au fil des années, des professeurs comme Henri Rieben, père de la première chaire d'intégration européenne au monde, François Schaller, Président du Conseil de banque de la Banque nationale suisse de 1986 à 1989, ont perpétué le renom de la faculté[7].

Chronologie détaillée[modifier | modifier le code]

En 1870, Léon Walras, considéré par Joseph Schumpeter comme «le plus grand des économistes»[8], est engagé par l’Académie de Lausanne pour y enseigner l’économie politique au sein de la faculté de droit. Il deviendra le fondateur de la célèbre «école de Lausanne» composée d’économistes néoclassiques.

En 1892, Vilfredo Pareto, disciple de Léon Walras, lui succède.

En 1911, l’École des hautes études commerciales est fondée dans le cadre de la faculté de droit de l’Académie. Selon le message gouvernemental instituant l’école, l’enseignement doit être conçu «de façon à ouvrir aux futurs commerçants, industriels, directeurs d’établissements financiers, professeurs d’écoles de commerce, administrateurs, fonctionnaires un programme d’études supérieures, combinées à la fois en vue d’une culture générale élevée et d’une forte instruction spéciale»[9].

En 1957 est fondé le Centre de recherches européennes, présidé par Henri Rieben, professeur à HEC Lausanne, qui y crée la première chaire au monde d’intégration européenne[10].

En 1961, l’école fête son cinquantenaire et à cette occasion, de nombreuses entreprises constituent un fonds destiné à favoriser le développement de l’école.

En 1977, l’école des HEC quitte la Cité pour s’installer à Dorigny dans le cadre du transfert progressif de toutes les facultés de l’UNIL sur le campus des bords du lac.

En 1978, la nouvelle Loi sur l’université de Lausanne est adoptée et mise en vigueur. L’école des HEC prend rang de faculté tandis que le titre de directeur disparaît.

En 1989, l’Institut «Créa» de macroéconomie appliquée est créé.

En 2011, la faculté célèbre son centenaire[11] placé sous le signe du management responsable. Sortie du livre du centenaire HEC Lausanne 'Pour un management responsable au XXIe siècle'[12].

En 2013, HEC Lausanne est la faculté qui croît le plus rapidement à l'université de Lausanne (+11%)

En 2016, la faculté compte environ 3 000 étudiants, 80 professeurs ainsi que près de 300 chercheurs[13] et est détentrice de plusieurs accréditations internationales dont Equis et AMBA.

Formations proposées[modifier | modifier le code]

L'Internef, bâtiment principal de HEC Lausanne

La faculté propose différentes formations en management et en économie :

  • Bachelors (Baccalauréats universitaires)
  • Masters (Maîtrises universitaires)
  • Programmes doctoraux (PhD)
  • Executive MBA
  • Formation continue (Executive Education)

Spécificités[modifier | modifier le code]

  • plus d'une quinzaine d’associations actives et de nombreux d’événements tout au long de l'année universitaire;
  • un réseau d'alumni de plus de 10 000 diplômés;
  • des professeurs de renommée mondiale;
  • une formation au niveau Bachelor et Master de qualité qui jouit d’une excellente réputation;
  • un Master en sciences actuarielles unique en Suisse.

Recherche[modifier | modifier le code]

La recherche occupe une place centrale dans toutes les activités de la faculté. Les travaux conduits visent à comprendre les mécanismes et les dynamiques du monde économique et des affaires - qu’ils soient de nature stratégique, opérationnelle, financière, légale, comportementale ou éthique, tout en explorant dans ce contexte et à l’échelle de l’individu, les comportements et la prise de décision.

Les dix différentes unités de recherche (départements) de la Faculté en sont les pôles.

Associations étudiantes[modifier | modifier le code]

Les associations sont omniprésentes[14] à HEC Lausanne et représentent un véritable soutien à la communauté. Elles accompagnent les étudiants tout au long de leurs études en leur proposant diverses activités, en les reliant aux milieux économiques et en leur donnant l’occasion de s’engager durant leurs études :

  • Comité des étudiants HEC
  • Finance Club
  • HEC Espace Entreprise
  • HEConomist
  • Innovation Time
  • Junior Entreprise HEC
  • SDE Semaine de l'entreuprenariat
  • START Lausanne
  • Oikos Lausanne
  • Uthink
  • Wine Society
  • AIESEC
  • PhDnet

Il existe également des associations des étudiants de différents master:

  • AECCF Association des étudiants en MScCCF
  • AESA Association des étudiants en sciences actuarielles
  • ALESI Association lausannoise des étudiants en systèmes d'information

Classements et accréditations[modifier | modifier le code]

HEC Lausanne figure dans les meilleures positions de plusieurs classements[15].

En 2017, le master en management de HEC Lausanne est classé à la 19e place au niveau mondial dans le classement du Financial Times.

En 2017 et pour la cinquième année consécutive, le master en comptabilité, contrôle et finance de HEC Lausanne remporte la 1re place dans le classement Eduniversal.

HEC Lausanne a également reçu les accréditations AMBA et EQUIS pour la qualité de ses programmes, de sa recherche et de son enseignement.

Alumni HEC Lausanne[modifier | modifier le code]

Avec plus de 10'000 Alumni, HEC Lausanne compte parmi ses anciens étudiants des personnalités de renom.

Personnalités ayant fréquenté la faculté[modifier | modifier le code]

Anciens étudiants de HEC Lausanne:

Doyens[modifier | modifier le code]

  • 2015-2018 : Jean-Philippe Bonardi
  • 2012-2015 : Thomas von Ungern-Sternberg
  • 2009-2012 : Daniel Oyon
  • 2006-2009 : Suzanne de Treville
  • 2004-2006 : François Grize
  • 2000-2004 : Alexander Bergmann
  • 1990-2000 : Olivier Blanc
  • 1986-1990 : Francis Léonard
  • 1977-1986 : Charles Iffland
  • 1961-1977 : Robert Grosjean
  • 1936-1961 : Jules Chuard
  • 1928-1936 : Adolphe Blaser
  • 1925-1928 : Georges Paillard
  • 1911-1925 : Léon Morf

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fact and Figures [1] (page consultée le 12 août 2016).
  2. Nicole Meystre-Schaeren, « Université de Lausanne » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  3. « Présentation générale — HEC Lausanne », sur unil.ch/hec (consulté le 10 octobre 2017)
  4. « Mission, vision et valeurs », sur unil.ch/hec (consulté le 10 octobre 2017)
  5. Université de Lausanne, faculté de droit, L'École des hautes études commerciales, à l'occasion de son XXVe anniversaire. Son histoire, son présent, son avenir. Direction de l'école, 1937, p.7.
  6. Tahyri Péju, Avant l'an zéro d'Académie en université, archives site web du centenaire de HEC Lausanne, décembre 2010
  7. François Schaller. Site web de la Banque nationale suisse (page consultée le 10 octobre 2017)
  8. J.A Schumpeter, History of Economic Analysis, New York, Oxford University Press, 1954, p. 827.
  9. Université de Lausanne, faculté de droit, L'École des hautes études commerciales, à l'occasion de son XXVe anniversaire. Son histoire, son présent, son avenir. Direction de l'école, 1937.
  10. Origines de la Fondation Jean Monnet, Site web de la Fondation Jean Monnet (consultée le 10 octobre 2017)
  11. Frédéric Mamaïs, "Le centenaire sous le signe de la croissance" L'Agefi, p. 4, 2010
  12. HEC Lausanne (collectif de professeurs), Pour un management responsable au 21e siècle, Pearson education edition, 2011.
  13. « Highlights 2016 HEC Lausanne - UNIL », (consulté le 23 août 2016)
  14. Associations d'étudiants, site web de HEC Lausanne (page consultée le 10 octobre 2017)
  15. Rankings, site web de HEC Lausanne (page consultée le 10 octobre 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L’École des hautes études commerciales: à l'occasion de son XXVe anniversaire: son histoire, son présent, son avenir, Lausanne, Direction de l'école, 1937.
  • Cinquantenaire de l’École des hautes études commerciales, Lausanne, Payot, 1962.
  • 1537-1987: de l'Académie à l'université de Lausanne, Lausanne, Musée historique de l'Ancien-Evêché, 1987.
  • Dictionnaire des professeurs de l'université de Lausanne dès 1890, Lausanne, université de Lausanne, 2000.
  • Nicole Meystre-Schaeren, « Université de Lausanne » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]