Faculté de médecine de Tunis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir FMT.
Faculté de médecine de Tunis
Faculté médecine Tunis.jpg
Logo de la faculté de médecine de Tunis
Histoire et statut
Fondation
Type
Université publique
Forme juridique
Université d'État (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom officiel
كلية الطب بتونس
Localisation
Localisation
Pays
Localisation sur la carte de Tunisie
voir sur la carte de Tunisie
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Tunis
voir sur la carte de Tunis
Red pog.svg
Chiffres-clés
Étudiants
3 064 en 2010[1]
Enseignants
1 064 en 2010[1]
Divers
Membre de
Site web

La faculté de médecine de Tunis (arabe : كلية الطب بتونس) ou FMT est un établissement universitaire tunisien relevant depuis 2000 de l'université de Tunis - El Manar. Fondée en octobre 1964, son corps enseignant s'élève en 2010 à 1 064 assistants, maîtres assistants, maîtres de conférences et professeurs[1].

Historique[modifier | modifier le code]

La première promotion d'étudiants en médecine, au nombre de 59, entame ses études au cours de l'année universitaire 1964-1965. Initialement, les cours sont donnés à la faculté des sciences humaines et sociales de Tunis. À partir de janvier 1965, l'enseignement a lieu dans un pavillon de l'hôpital Charles-Nicolle (pavillon Antoine Cassar devenu pavillon I) puis au pavillon II (rebaptisé en 1980 pavillon Naceur Haddad). Le professeur Amor Chadli est le premier doyen de la FMT.

Les étudiants devaient avoir validé une année préparatoire aux études médicales (APEM) à la faculté des sciences de Tunis. Il y a alors sept professeurs chargés de l'enseignement : trois détachés par l'Organisation mondiale de la santé, deux missionnaires français et deux maîtres de conférences tunisiens. Ils sont secondés par six assistants : quatre Tunisiens et deux étrangers. Parmi les 59 étudiants de la première promotion, 24 sont arrivés au terme de leurs études médicales en 1971. En 1968, 1969, 1971 et 1974, quatre autres pavillons s'ajoutent aux deux premiers (pavillons III à VI).

Ces locaux sont abandonnés en 2002, au profit du musée d'histoire de la médecine et du service d'immunologie de l'hôpital Charles-Nicolle (ancien pavillon I), de l'Institut de technologie biomédicale (ancien pavillon II)[2] et du Centre national de pharmacovigilance (ancien pavillon III) ; l'emplacement actuel de la FMT se situe à quelques centaines de mètres des anciens pavillons.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Localisation[modifier | modifier le code]

La faculté est située au numéro 15 de la rue Djebel Lakhdar dans le quartier de La Rabta[3].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Déroulement des études[modifier | modifier le code]

De 1964 à 1974, les études médicales sont précédées d'une année préparatoire aux études médicales puis une première année de sciences naturelles.

Elles durent cinq ans et sont complétées par un stage interné d'un an, jusqu'en 1971, puis de deux ans jusqu'à nos jours. En 1974, l'année préparatoire est supprimée et l'accès à la faculté régi par le système de l'orientation universitaire. En 1988, une réforme des programmes et des examens aboutit à un cursus de cinq ans d'externat suivis de deux ans de stages en médecine générale (internat), le tout couronné par la soutenance d'une thèse de doctorat en médecine. En 2011, une nouvelle réforme est introduite dans le but d'aligner le diplôme tunisien aux standards internationaux en créant un troisième cycle d'études médicales ; cette nouvelle réforme vise aussi à renforcer l'enseignement de la médecine de famille en lui consacrant deux années de stages pour ceux qui n'intègrent pas le cursus de spécialiste (résidanat). Par ailleurs, le concours de résidanat est programmé à la fin des cinq ans d'externat et avant les stages d'internat.

Doyens[modifier | modifier le code]

De 1964 à nos jours, 11 doyens se sont succédé à la tête de la FMT :

De 1971 à 2011, plus de 8 200 thèses de médecine ont été soutenues à la FMT[1].

Structure[modifier | modifier le code]

Laboratoires de recherche[modifier | modifier le code]

Unités de recherche[modifier | modifier le code]

  • Dérèglement de l'équilibre entre prolifération cellulaire et apoptose (fondée en 2001) ;
  • Épidémiologie génétique et moléculaire (2003) ;
  • Motricité et explorations fonctionnelles digestives (2003) ;
  • Étude du gène du récepteur aux mélanocortines chez l'enfant obèse (2004) ;
  • Cerveau en traumatologie et réanimation obstétricale (2004) ;
  • Prise en charge du sida (2004) ;
  • Troubles gastro-intestinaux chez l'enfant autiste (2005).

Hôpitaux associés[modifier | modifier le code]

Hôpital Charles-Nicolle

Afin d'assurer une formation complète pour ses étudiants, ces derniers doivent accomplir des stages hospitaliers quotidiens pendant le deuxième cycle de leur cursus. Ces stages spécialisés se font au sein des centres hospitalo-universitaires suivants qui reçoivent des externes et internes[4] :

De plus, certains hôpitaux régionaux qui sont dirigés par des universitaires sont aussi associés à la faculté et reçoivent des internes et résidents uniquement. Ces hôpitaux sont situés à Nabeul, Bizerte, Menzel Bourguiba et Zaghouan.

Vie estudiantine[modifier | modifier le code]

Saïd Aïdi, ministre de la Santé publique, accompagné des volontaires de la faculté lors d'une conférence internationale sur les soins palliatifs en 2015
Club de débats de la faculté

La faculté est animée par plusieurs clubs et associations locaux qui visent non seulement à assurer le divertissement et le renforcement des capacités académiques des étudiants, mais aussi à appuyer leur rôle social à l'échelle locale et nationale.

Associa-Med, ou Association tunisienne des stagiaires internes et des étudiants en médecine, est fondée en 1989 au sein de la faculté afin de créer une vie associative quasi inexistante jusque-là. En 1999, elle rejoint la Fédération internationale des associations d'étudiants en médecine en tant que membre à part entière[5]. En octobre 2011, dans le cadre d'un projet de régionalisation, l'association établit trois bureaux régionaux pour le reste des facultés de médecine tunisiennes (celles de Sfax, Monastir et Sousse). Elle devient alors l'Association tunisienne des stagiaires internes et des étudiants en médecine[5].

Enactus FMT, le Club 3S et le Club Mad'ness complètent ce paysage associatif.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Lettre d'information n°54 de la faculté de médecine de Tunis »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) [PDF], sur fmt.rnu.tn
  2. « Historique », sur fmt.rnu.tn
  3. Site officiel
  4. « Hôpitaux associés », sur fmt.rnu.tn (consulté le 26 avril 2018)
  5. a et b « Association tunisienne des stagiaires internes et des étudiants en médecine », sur jamaity.org (consulté le 26 avril 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Sadok Mtimet, l'un des pères de la biophysique et de la médecine nucléaire en Tunisie et ancien chef de laboratoire de biophysique à la faculté

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :