Faculté de droit et de science politique d'Aix-Marseille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Faculté de droit et de science politique d'Aix-Marseille
Image illustrative de l’article Faculté de droit et de science politique d'Aix-Marseille
Bâtiment principal de la faculté à Aix-en-Provence
Faculté de droit et de science politique d'Aix-Marseille
Généralités
Pays Drapeau de la France France
Université Université d'Aix-Marseille
Coordonnées 43° 31′ 09″ nord, 5° 26′ 53″ est
Adresse 3, avenue Robert Schuman
13100 Aix-en-Provence
Site internet http://facdedroit.univ-amu.fr
Cadre éducatif

La Faculté de droit et de science politique d'Aix-Marseille est une unité de formation et de recherche (UFR) de l'université d'Aix-Marseille, implantée sur trois sites, Aix-en-Provence, Marseille et Arles.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1409 le comte Louis II d’Anjou obtient du Pape Alexandre V la confirmation de la création d’une université, à l'origine consacrée à l'étude de la théologie et du droit, dotée de privilèges identiques que ceux que possèdent celles de Paris et Toulouse[1]. Le droit y occupe d’emblée et jusqu’à la Révolution une place prépondérante.

L'enseignement à l'Université d'Aix-en-Provence connaît des débuts difficiles au XVe siècle. En effet, les étudiants lui préfèrent la faculté d'Avignon, plus ancienne (créée en 1308) et mieux réputée. Pour remédier à cela, les comtes de Provence prennent la décision de forcer leurs étudiants à aller étudier dans l'Université d'Aix-en-Provence plutôt que dans l'Université d'Avignon, n'étant à l'époque pas française, située dans le Comtat Venaissin.

Au XVIe siècle, la faculté à l'époque située dans le quartier du Bourg Saint-Sauveur (actuellement rue Gaston de Saporta) est en partie incendiée, suite aux guerres d'Italie[2].

C'est à cette époque que grâce à la création du Parlement de Provence le nombre d'étudiants en droit de la ville augmente.

Sous l'Ancien Régime, la faculté de droit d'Aix-en-Provence n'est pas la première à s'ouvrir à l'esprit des Lumières et garde un certain esprit conservateur, continuant de dispenser des cours en latin.

Interrompu lors de la période révolutionnaire l’enseignement juridique reprend en 1806[3].

Le bâtiment[modifier | modifier le code]

Le bâtiment Pouillon[modifier | modifier le code]

Bâtiment Pouillon, édifice central de la faculté de droit d'Aix

L'actuel bâtiment Pouillon (bâtiment principal de la faculté), situé au 3 avenue Robert Schuman, a été conçu pour être un saisissant mariage entre l'architecture de la renaissance italienne et celle des années 30[4]. Toutefois, Fernand Pouillon, l'architecte de l'édifice, considéra après-coup celui-ci comme une "imitation monstrueuse de la villa Médicis à Rome"[5].

Ce bâtiment abritait auparavant tout autant la faculté de droit que celle de lettres, comme le démontrent les frontons sculptés des deux portes d'entrée du bâtiment, où il est inscrit pour l'un "faculté lettres" et pour l'autre "faculté droit".

D'autres vestiges de l'époque de la cohabitation des deux facultés subsistent, comme l’œuvre "La Source" (1953), mosaïque de Ram Rischmann, présente dans le patio du bâtiment, représentant les poètes venus chercher l'inspiration auprès de la source Hippocrène, aux pieds du Mont Hélicon, fendu de son sabot par Pégase[4].

La bibliothèque universitaire[modifier | modifier le code]

La rencontre des lettres et du droit précédemment évoquée se fait également ressentir plus discrètement dans l'architecture, notamment dans celle de la bibliothèque universitaire du campus Schuman. S'agissant de celle-ci, l’idée au moment de sa conception était de mêler architecture antique et méridionale, pour assurer une transition entre la faculté de droit (1953) et de lettres (1969)[4].

Actualité[modifier | modifier le code]

En 2021, le doyen de la faculté est Jean-Philippe Agresti[6]

Disciplines enseignées[modifier | modifier le code]

Plusieurs disciplines en lien avec le droit sont enseignées[7]

  • La Théorie du Droit
  • Le droit de l'Union Européenne
  • Le droit de la culture et communication
  • Le droit de la santé
  • Le droit des affaires
  • Le droit international
  • Le droit patrimonial, immobilier et notarial
  • Le droit privé, sciences criminelles
  • Le droit public
  • Le droit fiscal
  • L’histoire du droit

Recherche[modifier | modifier le code]

L'UFR organise sa recherche en douze unités reconnues par le Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Ces unités, structurées en équipes de recherche sont regroupés en grands pôles de formation (droit public, droit privé, …) touchent à l’ensemble des domaines traditionnels de la réflexion juridique : droit privé des personnes et de la famille, droit privé et public des biens, droit de l'urbanisme et droit immobilier, droit international public et privé, droit communautaire et européen, droit public (constitutionnel et administratif) français et comparé, droit pénal et sciences criminelles, droit social (travail et protection sociale), droit de la santé, droit des affaires, droit fiscal et financier, droit des transports, histoire du droit et des idées politiques, théorie du droit, recherches sur la justice et le procès, éthique économique et des affaires, droit de l'information et de la communication, droit du sport, droit de l'environnement et droit de l’énergie, droit des activités agroalimentaires et des indications géographiques, droit des cultes et des religions, droit et déontologie des médias, droit des outre-mer…

Chacun des cent cinquante-et-un enseignant-chercheur est rattaché à une unité de recherche, elle-même rattachée à l’école doctorale « sciences juridiques et politiques »[8].

Corps enseignant[modifier | modifier le code]

Parmi les personnalités officiant ou ayant officié à la faculté, on peut citer : Charles Debbasch, Louis Favoreu, Alfred Jauffret, Jacques Garello, Paul de Geouffre de La Pradelle, Jean-Claude Ricci, Pierre Jaubert, Christian Atias, Paul Reuter, Prosper Weil, Jacques Mestre, Jean-Louis Bergel, Richard Ghevontian, Raphaël Draï, Loïc Philip, Gilbert Orsoni, Pierre Beltrame, Roger Bout, David Bosco, Gérard Cas, Florian Linditch, François Lichère, Joseph Pini, Emmanuel Putman, Marie-Ève Pancrazi, Rostane Mehdi, Olivier Négrin, Alain Sériaux, Sylvie Cimamonti, Philippe Bonfils, Frédéric Lombard, Denis Mouralis, Romain Le Boeuf ou encore Jean Chelini.

Personnalités liées à la faculté de droit[modifier | modifier le code]

Enseignants[modifier | modifier le code]

Étudiants[modifier | modifier le code]

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Plusieurs films et séries ont été tournés au sein de la faculté de droit. Parmi eux :

  • 2014 : Fiston, film de Pascal Bourdiaux[11]
  • 2019 : Olivia, série de Thierry Binisti et Octave Raphael[12]
  • 2019 : Ils étaient dix, série de Bruno Dega et Jeanne Le Guillou[13]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.facdedroit.univ-cezanne.fr/presentation/histoire.html
  2. SIX SIÈCLES DE DROIT À AIX 1409-2009, MÉMORIAL DE LA FACULTÉ DE DROIT ET DE SCIENCE POLITIQUE D’AIX-MARSEILLE À L’OCCASION DU SIXIÈME CENTENAIRE DE SA FONDATION
  3. J. Broch, « "Et nous vîmes apparaître le Code". Le droit naturel dans les cours de droit civil dans les cours du Professeur aixois F.-Ph. Mottet », Cahiers Portalis, no 2,‎ , p. 49-59
  4. a b et c Aix-Marseille Université, « Le patrimoine architectural et artistique d'AMU », La lettre d'AMU,‎
  5. « Les nouvelles Facultés à Aix-en-Provence et Marseille », sur Sudorama, mémoires du Sud de 1940 à nos jours (consulté le 27 février 2021)
  6. « Organisation », sur facdedroit.univ-amu.fr (consulté le 15 mai 2020).
  7. « Instituts facultaires », sur facdedroit.univ-amu.fr (consulté le 15 mai 2020).
  8. « Faculté de droit et de science politique Aix Marseille Université » (consulté le 3 avril 2015)
  9. Biographie universelle et portative des contemporains; ou, Dictionnaire historique des hommes vivants et des hommes morts depuis 1788 jusqu'à nos jours: qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs actions, leurs talents, leurs vertus ou leurs crimes, Chez l'Éditeur, (lire en ligne)
  10. a et b Christiane Derobert-Ratel, « La faculté de Droit d'Aix-en-Provence, creuset d'une élite juive nord-africaine sous la Troisième République », Archives Juives, vol. 45,‎ , p. 87-100 (DOI 10.3917/aj.451.0087, lire en ligne)
  11. http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19542205&cfilm=218634.html
  12. M.A., « Aix : la série télé de TF1 "Olivia" en tournage à la faculté de droit », La Provence,‎ (lire en ligne, consulté le 16 septembre 2020).
  13. S.T., « Aix fait partie du décor de l’adaptation "Ils étaient dix" », La Provence,‎ (lire en ligne, consulté le 16 septembre 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]