Faciès de rupture

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

En science des matériaux, le faciès de rupture désigne l'allure de la surface créée par la rupture d'une pièce. L'analyse de cette surface est essentielle pour comprendre comment et pourquoi le matériau s'est rompu. Le faciès de rupture est toujours interprété par une combinaison des caractéristiques du matériau et de ses sollicitations.

Faciès de rupture et matériau[modifier | modifier le code]

L'analyse, généralement visuelle (à l'œil nu et au microscope), permet d'identifier les propriétés du matériau (ductilité, fragilité), ses plans de clivage, son homogénéitéetc. Dans certains cas, comme dans les fontes, la distinction entre matériaux se fonde sur l'aspect du faciès de rupture (fonte grise, blanche ou truitée).

Faciès de rupture et sollicitations[modifier | modifier le code]

Le faciès de rupture est également lié au mode de sollicitation. L'analyse peut mettre en évidence le rôle de la corrosion, de la fatigue, des chocs mécaniques ou thermiques, la concentration en éléments chimiques (hydrogène), l'irradiation, la températureetc. Il est courant de constater qu'une combinaison de sollicitations faibles peut être particulièrement nocive (cas de la corrosion sous contrainte).

Méthodes d'analyse[modifier | modifier le code]

L'interprétation d'un faciès de rupture demande une connaissance approfondie de la résistance des matériaux, ainsi que du matériau étudié. Cette activité est fondamentale pour comprendre les causes d'une défaillance, mais aussi pour classer et comparer des matériaux (notamment en géologie et en métallurgie).

Si de bonnes connaissances théoriques sont nécessaires, les moyens d'analyse restent classiques. L'œil nu, la macrophotographie, voire le microscope optique, sont généralement suffisants. Le microscope électronique à balayage peut s'avérer utile si on cherche un défaut dans la matière (inclusion, entaille, vide, etc.), à partir duquel pourrait s'initier la rupture[1]. Capable de réaliser une analyse chimique localisée, cet outil est apprécié lorsqu'on cherche à connaître les causes d'un accident avec un maximum de certitudes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dominique Ernst, « La caractérisation des faciès de rupture par MEB », sur MetalBlog, (consulté le 28 février 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]