Fabrice d'Almeida

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Almeida.
Fabrice d'Almeida
Fabrice Almeida 20100330 Salon du livre de Paris 1.jpg
Fabrice d'Almeida en 2010.
Fonction
Directeur
Institut d'histoire du temps présent
-
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (54 ans)
Nationalité
Formation
Activités
Mère
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Directeur de thèse
Distinction

Fabrice d'Almeida, né le , est un historien français, professeur d'histoire contemporaine à l'Institut français de presse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils d'Hélène d'Almeida-Topor, spécialiste des études africaines et particulièrement du Dahomey (ancien nom du Bénin) et longtemps l'une des figures centrales du Centre de recherches africaines de l'université Paris I, le neveu de Roland Topor et le petit-fils de l'artiste Abram Topor[1].

Agrégé d'histoire, titulaire d'une habilitation universitaire et ancien membre de l'École française de Rome, il est professeur à l'Institut français de presse, de l'université Panthéon-Assas[2], où il est notamment directeur du master 2 « Médias et mondialisation »[2]. Cofondateur du Groupe d'études sur les images fixes (GEIF), il a dirigé l'Institut d'histoire du temps présent (IHTP) de 2006 à 2008[3].

Ses travaux portent sur la culture et l'iconographie politiques en France et en Italie[1]. Son ouvrage Brève histoire du XXIe siècle (2007) est particulièrement représentatif de la démarche de l'histoire du temps présent dont Henry Rousso a été l'un des principaux instigateurs. Dans un essai avec Anthony Rowley, il discute l'histoire contrefactuelle, à travers le concept d'histoire potentielle et propose pour la première fois en France une série de courts essais dans cette optique. En matière de recherche sur le nazisme, il participe à l'historiographie des bourreaux, une approche qui met l'accent sur les motivations des criminels nazis.

Activités médiatiques[modifier | modifier le code]

En novembre 2010, janvier 2011 et juin 2011, il présente avec Marie Drucker sur France 5 l'émission C'est notre histoire, consacrée successivement à Charles de Gaulle, à François Mitterrand et à Coluche.

Il participe, entre autres, à l'émission de télévision Semaine critique ! (France 2), saison 2010-2011, ainsi qu'à la table ronde mensuelle de l'émission La Fabrique de l'histoire (France Culture).

Il présente La Case du siècle sur France 5.

Depuis 2015, il est l'un des chroniqueurs récurrents de Le Folin Hebdô (France Ô), présenté par Sébastien Folin.

Depuis octobre 2016, Fabrice d'Almeida présente L'info dans le rétro sur Public Sénat, chaque vendredi soir à 23h et Histoire d’Outre-mer un dimanche par mois à 20h50 sur France O [4].

En 2018, il est l'un des signataires du manifeste contre le nouvel antisémitisme[5].

Fabrice d'Almeida succède à Franck Ferrand en devenant le consultant histoire d'Europe 1 en juillet 2018[6].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Images et propagande, Casterman, coll. « XXe siècle » (no 18), Paris, et Giunti, Florence, 1995, 191 p. (ISBN 2-203-61019-0)
  • Histoire et politique, en France et en Italie : L'exemple des socialistes, 1945-1983, préf. Gaetano Arfé, École française de Rome, coll. « Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome » (no 302), Rome, 1998, 629 p. (ISBN 2-7283-0528-5)
  • La Manipulation, Puf, coll. « Que sais-je ? » (no 3665), Paris, 2003, 128 p. (ISBN 2-13-053332-9)
  • Histoire des médias en France : De la Grande Guerre à nos jours, avec Christian Delporte, Flammarion, coll. « Champs », 2003 (no 3029) / « Université / Histoire », 434 p., Paris (ISBN 2-08-083029-5)
  • La vie mondaine sous le nazisme, éd. Perrin, 2006, 418 p. (ISBN 2-262-02162-7)
  • Brève histoire du XXIe siècle, éd. Perrin, 2007, 174 p. (ISBN 978-2-262-02707-0)
  • La politique au naturel : Comportement des hommes politiques et représentations publiques en France et en Italie du XIXe au XXIe siècle, École française de Rome, coll. « Collection de l'École française de Rome » (no 388), Rome, 2007, 525 p. (ISBN 978-2-7283-0606-0)
  • Et si on refaisait l'histoire ?, avec Anthony Rowley, Odile Jacob, 2009, 222 p. (ISBN 978-2-7381-2166-0)
  • (codir.) Pleasure and Power in Nazi Germany, avec Pamela E. Swett et Corey Ross, Palgrave-Macmillan, New York, 2011, 308 p. (ISBN 978-0-230-27168-5)
  • Ressources inhumaines. Les gardiens de camps de concentration et leurs loisirs, Fayard, 2011 (ISBN 2213661782)
  • Une histoire mondiale de la propagande : De 1900 à nos jours, Éditions de la Martinière, , 200 p. (ISBN 978-2732452944)
  • Sur la trace des serial killers. À chaque époque son tueur, avec Marjorie Philibert, Éditions de la Martinière, 2015, 212 p. (ISBN 978-2732465432)

Traduction[modifier | modifier le code]

  • Mario Isnenghi, La Première Guerre mondiale, Casterman, coll. « XXe siècle » (no 8), Paris, et Giunti, Florence, 1993, 159 p. (ISBN 2-203-61008-5)

Éditeur scientifique ou directeur de publication[modifier | modifier le code]

  • La question médiatique : Les enjeux historiques et sociaux de la critique des médias, Séli Arslan, coll. « Histoire, cultures et sociétés », 1997, 224 p. (ISBN 2-84276-010-7)
  • L'éloquence politique : En France et en Italie de 1870 à nos jours, coll. « Collection de l'École française de Rome » (no 292), Paris, 2001, 330 p. (ISBN 2-7283-0429-7)
  • La circulation des élites européennes : Entre histoire des idées et histoire sociale, avec Henri Bresc et Jean-Michel Sallmann, Séli Arslan, coll. « Histoire, cultures et sociétés », 2002, 254 p. (ISBN 2-84276-073-5)
  • Des gestes en histoire : Formes et significations des gestualités médicale, guerrière et politique, avec Anne-Claude Ambroise-Rendu et Nicole Edelman, Séli Arslan, coll. « Histoire, cultures et sociétés », 2006, 222 p. (ISBN 2-84276-123-5)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]