Fabrice Pataut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Fabrice Pataut
Description de cette image, également commentée ci-après
Fabrice Pataut en 2015
Naissance
Saint-Cloud, France
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français, anglais
Genres
Roman, nouvelle, philosophie

Œuvres principales

  • Realism, Decidability and the Past (1996)
  • Aloysius (2001)
  • Trouvé dans une poche (2005)
  • Reconquêtes (2011)

Fabrice Pataut est un philosophe et écrivain français né en 1957 à Saint-Cloud.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fabrice Pataut a fait ses études secondaires à Paris, aux lycées Henri IV, Victor Hugo et Fénelon. Il a d’abord étudié la philosophie à l’université Paris 1 avec Jean-Toussaint Desanti et Jacques Bouveresse, puis à Los Angeles, à l’université de Californie du Sud, avec Hartry Field, Brian Loar et Dallas Willard. Après plusieurs années passées aux États-Unis[1], il est revenu à Paris en 1989 où il est aujourd’hui chargé de recherche au Centre national de la recherche scientifique. Il codirige avec Francesca Poggiolesi le Séminaire de recherche en philosophie des mathématiques et de la logique, commun à l’Institut d’Histoire et de Philosophie des Sciences et des Techniques et au groupe de recherches Sciences, Normes, Décision du CNRS.

Il a été boursier de la Fondation Singer-Polignac, boursier Lavoisier du Ministère des Affaires étrangères et boursier de la von Humboldt Stiftung. Il a effectué des séjours de recherche avec Andreas Kemmerling au Seminar für Philosophie und Wissenschatstheorie de l’université de Munich et au Philosophisches Seminar de l’université de Heidelberg.

Il a organisé le Paul Benacerraf Workshop au Collège de France en 2012, et la Michael Dummett Paris Conference à l’Institut d’Histoire et de Philosophie des Sciences et des Techniques et à l’Institut Henri Poincaré en 2014.

Philosophie[modifier | modifier le code]

Couverture de Roland Sirletti

Fabrice Pataut a proposé une réponse à l’argument antiréaliste développé par Michael Dummett pour le cas du passé (voir Realism, Decidability and the Past[2],[3] et “Anti-realism about the Past”[4] ), ainsi qu’une réponse au même type d’argument appliqué au cas de l’éthique (voir ” Vérité morale et justification morale"[5] et, avec Michael Dummett, “Truth, Meaning, Modalities and Ethics”[6]). Pour chaque cas (les événements passés, les valeurs morales), l’indépendance des vérités (historiques, éthiques) relativement à la possibilité de leur reconnaissance au vu de nos capacités cognitives sous-optimales est défendue. Par ailleurs, il a discuté les rapports entre l’antiréalisme sémantique et la théorie davidsonienne de l’interprétation (voir ”Vérité objective, vérité reconnue, vérité partagée”[7]), et la pertinence des résultats gödéliens d’incomplétude pour le même antiréalisme (voir ”Incompleteness, Constructivism and Truth”[8]). En réponse aux objections de Benacerraf quant à l’utilisation frauduleuse des résultats métamathématiques, il a argumenté en faveur d’une conclusion anti-computationaliste faible dérivée du premier théorème d’incomplétude de Gödel (voir ”In Defence of a Princess Margaret Premise” in Truth, Objects, Infinity: New Perspectives on the Philosophy of Paul Benacerraf). Ses recherches portent en règle générale sur la querelle du réalisme dans les domaines de la philosophie du langage, de la philosophie de la logique, et de la philosophie des mathématiques.

Il a traduit de l’anglais vers le français Simon Blackburn, Michael Dummett, Paul Feyerabend, Paul Grice, Richard Mervyn Hare, John Stuart Mill, Mark Platts, Willard Van Orman Quine et Richard Wollheim ; et du français vers l’anglais les six conférences sur les fondements des mathématiques données par Brouwer à l’université de Genève en 1934, à paraître chez Springer dans les Complete Philosophical Writings of L. E. J. Brouwer sous la direction de Mark van Atten et Dirk van Dalen.

Littérature[modifier | modifier le code]

Couverture de Gilles Ghez pour l'édition originale de 2000

Ses nouvelles ont d’abord été publiées sous la forme de beaux livres illustrés par Gilles Ghez (Cinq portraits de Lol, Les gants aux mains d’I., Le Rhin) ainsi que dans les revues Digraphe, Travioles, L’Arsenal et Ça Presse, avant d’être réunies en traduction portugaise sous le titre As Ostras e Outros Contos en 2000[9],[10]. Son recueil Trouvé dans une poche a reçu le prix de la nouvelle de l’Académie française en 2005 [11], [12],[13],[14]. Un second recueil de nouvelles, Le Cas Perenfeld, est paru aux éditions Pierre-Guillaume de Roux en 2014[15], puis un troisième, Un jeudi parfait, également aux éditions Pierre-Guillaume de Roux, en 2018.

Au festival Ciné-Ville 'Paris-Los Angeles' pour une projection de Mullholland Drive de David Lynch à l'occasion de la publication de Reconquêtes

Son premier roman, Aloysius, a été unanimement salué par la critique[16],[17],[18],[19],[20]. Tennis, socquettes et abandon, publié deux ans plus tard, proposait un récit "raffiné, complexe, ironique et lumineux"[21]; ses deux premiers chapitres ont été traduits en arabe à l’initiative de Gamal Ghitany[22]. En haut des marches, plus intimiste, a été remarqué pour son mélange de nostalgie et de perversité [23],[24],[25]. Pour son quatrième roman, Reconquêtes, la critique a fait état de parallèles avec Nabokov, De Lillo et le premier Pynchon[26],[27],[28]. Gérard Courant a filmé sa lecture des premières pages de Valet de trèfle, son cinquième roman, pour la série Lire (Lire n° 108)[29], ainsi que son portrait pour l'anthologie cinématographique Cinématon (Cinématon n° 2938)[30]. Vidéos (2003), Reconquêtes (2011) et Valet de trèfle (2015) forment une trilogie californienne.

Dessin de Gilles Ghez pour Valet de trèfle, 2015

Fabrice Pataut a également collaboré avec des peintres. Outre les ouvrages illustrés par Gilles Ghez, peintre proche du mouvement surréaliste, il a collaboré avec Roland Sirletti sous la forme d’une plaquette, Sirletti, publiée à l’occasion d’une exposition du peintre à la galerie Alessandro Vivas à Paris en 1996. La nouvelle "I presume" a été écrite pour le volume Les théâtres immobiles, édité par René de Ceccaty et publié en 2008 en hommage au travail plastique de Marie-Claude de Brunhoff. "Messac exaucé" a été écrit pour le peintre et sculpteur Ivan Messac, lié au mouvement de la figuration narrative ; le texte fait partie du catalogue de l’exposition Pessoa é um Outro qui s’est tenue à la galerie Antonio Prates à Lisbonne du 9 mai au 9 juin 2008. Par ailleurs, deux ouvrages bilingues avec des illustrations de son fils Louis ont été publiés en tirage limité : Le Diptyque Paris-New York/Paris- New York Dyptich, à Vernon en 2008 (français/anglais), et The Tiger from Malamocco/La Tigre di Malamocco, à Venise en 2012 (anglais/italien).

Il a par ailleurs traduit la poésie de Paul Bowles, D. H. Lawrence et Jeremy Reed.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Aloysius, Buchet/Chastel, Paris, 2001 ; Collection ”Motifs” no 327, avec une préface d’Alberto Manguel et une postface de l’auteur, Le Rocher, 2009
  • Tennis, socquettes et abandon, Buchet/Chastel, Paris, 2003
  • En haut des marches, Seuil, Collection ”Fiction et Cie”, Paris, 2007
  • Reconquêtes, Pierre-Guillaume de Roux, Paris, 2011
  • Valet de trèfle, Pierre-Guillaume de Roux, Paris, 2015

Nouvelles[modifier | modifier le code]

  • As Ostras e Outros Contos, traduction portugaise de Clarisse Tavares, Livros do Brasil, Lisbonne, 2000
  • Vidéos, Le Rocher, Paris, 2003
  • Trouvé dans une poche, Buchet/Chastel, Paris, 2005, Prix de la nouvelle de l'Académie Française
  • Le Cas Perenfeld, Pierre-Guillaume de Roux, Paris, 2014
  • Un jeudi parfait, Pierre-Guillaume de Roux, Paris, 2018

Beaux livres illustrés à tirage limité[modifier | modifier le code]

  • Cinq portraits de Lol, avec cinq lithographies originales et un rhodacote original de Gilles Ghez, URDLA, Villeurbanne, 1991
  • Les gants aux mains d’I., avec une eau-forte de Gilles Ghez, Manière noire éditeur, Reviers, 1996
  • Le Rhin, avec deux linogravures et vingt-deux dessins originaux de Gilles Ghez en fac-similé, Manière noire éditeur, Vernon, 2002
  • Le Diptyque Paris-New York/Paris-New York Dyptich, avec deux dessins de Louis Pataut, ouvrage typographié au plomb mobile par Monique Roncerel, Vernon, 2008
  • The Tiger from Malamocco/La Tigre di Malamocco, texte de Fabrice Pataut, dessins et aquarelles de Louis Pataut, traduction italienne de Norma Colombero, Graphiche Veneziane, Venise, 2012
  • Narcisse, avec des illustrations originales de Gilles Ghez, Manière noire éditeur, Vernon, 2016

Plaquette[modifier | modifier le code]

  • Sirletti, Alessandro Vivas Editore, Rome, 1996

Édition (Littérature)[modifier | modifier le code]

  • Poésie et Dandysme, préface et choix de poèmes d’Alexandre Pouchkine à Jeremy Reed, Poésie 1, no 25, Le Cherche Midi, Paris, 2001.
  • La nouvelle bibliothèque d’Alexandrie, textes de Luciano Canfora, Gamal al-Ghitany, Gérald Grunberg, Christoph Kapeller, Alberto Manguel, Fabrice Pataut et Ismael Serageldin, photographies du Centre d’Études Alexandrines et de Gerald Zugman, Buchet/Chastel, Paris, 2003

Thèses de doctorat[modifier | modifier le code]

  • Réalisme, antiréalisme et manifestabilité de la compétence sémantique, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (ISSN 0294-1767), no 0150.16502/94, Lille-Thèses, 1994
  • Realism, Decidability and the Past, University of Southern California, UMI [UMI number: 9636365], Ann Arbor, Michigan, 1996

Édition (Philosophie)[modifier | modifier le code]

  • Synthese, Vol. 193, Issue 2, February 2016, Special Issue Indispensability and Explanation, D. Molinini, F. Pataut and A. Sereni, Guest Editors; articles by A. Baker, S. Baron, J. Busch and J. Morrison, S. De Bianchi, H. Galinon, J. Hunt, D. Liggins, D. Molinini, M. Panza and A. Sereni, F. Pataut, M. Plebani, A. Sereni[31]
  • Truth, Objects, Infinity: New Perspectives on the Philosophy of Paul Benacerraf ; contributions by J. Azzouni, P. Benacerraf, J. Clarke-Doane, S. Gandon, B. Halimi, J. P. Laraudogoitia, A. Leon-Sanchez and A. Leon-Mejia, M. Leng, M. Panza, F. Pataut, Ph. de Rouilhan and S. Shapiro, Springer, “Logic, Epistemology and the Unity of Science” series, Berlin, 2016

Traductions[modifier | modifier le code]

  • John Stuart Mill : De la liberté, Presses Pocket, Collection « AGORA - Les classiques », Paris, 1990
  • Michael Dummett : Philosophie de la logique, Collection « Propositions », Les éditions de minuit, Paris, 1991
  • Michael Dummett, Pensieri - Interviste a cura di Fabrice Pataut, traduction italienne de Norma Colombero, De Ferrari Editore, Genova, 2004[32]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Ombres et lumières », Pierre-Robert Leclerc, Le Monde des livres, vendredi 24 août 2001.
  • « Aloysius de Fabrice Pataut », Claude Mourthé, Le magazine littéraire, no 402, octobre 2001.
  • « Une alchimique réconciliation », Pascal Jourdana, L’Humanité, jeudi 25 octobre 2001, p. 18.
  • « Un symbole audacieux de paix et de culture », Michel Monory, Les Cahiers Durrelliens, no 1/2004, p. 136–141.
  • « Deux bibliothèques, un esprit », Gisèle Boulad, Al-Ahram, no 453, 14-20 mai 2003.
  • « Ambition et mauvaise fortune », Jean-Rémi Barland, Lire, no 320, novembre 2003.
  • « Michael Dummett - Interviste a cura di Fabrice Pataut », Massimiliano Vignolo, Epistemologia, Rivista italiana di Filosofia della Scienza, vol. XXIX (2006), p. 515–518.
  • « Enquête : La nouvelle, mode d’emploi (questions d’Alexandre Fillon) », suivi de la nouvelle « Petits bouquets de manières noires », Lire, no 44, été 2005, p. 44–45.
  • « Les deux vies d’Antoine », Alexandre Fillon, Lire, no 354, avril 2007.
  • « Entretien avec Franck Senaud », Préfigurations, no 38, mai/juin 2008,
  • « Fabrice Pataut: Reconquêtes », Jean-Paul Maréchal, Esprit, no 11, novembre 2011, p. 179.
  • « À la recherche du continent perdu », Francine de Martinoir, La Croix, jeudi 17 novembre 2011, p. 13.
  • « Le brio de Pataut », Pierre-Robert Leclerc, Service littéraire, no 74, juin 2014, p. 6.
  • « Le démon de l’écriture », Dominique Rabourdin, La nouvelle quinzaine littéraire, no 1110, août 2014, p. 7.
  • « Santa Monica revisité », Sean James Rose, Livres Hebdo, no 1045, vendredi 5 juin 2015.
  • « Fabrice Pataut le braqueur d’images », Anne-Sophie Yoo, Rebelle(s), no 1, novembre-décembre 2015.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « L'Amérique irréelle de Fabrice Pataut », sur www.lexpress.fr, (consulté le 25 septembre 2014)
  2. (ro) Fabrice Pataut ; traduction roumaine de Ionel Narita, Realism, decidabilitate si trecut, Bucarest, Trei, , 150 p. (ISBN 973-9419-48-8)
  3. (zh) Fabrice Pataut ; traduction chinoise de Zhang Qing Yu, Shizai Lun, Kepandingxing, he Guoqu, Pékin, Hua Xia Publishing Company, , 184 p. (ISBN 7-5080-2329-3)
  4. (en) Fabrice Pataut, « Anti-realism about the Past », A Companion to the Philosophy of History and Historiography, Blackwell Companions to Philosophy,‎ 2008, pp. 190-198 (ISBN 978-1405149082)
  5. Fabrice Pataut, « Vérité morale et justification morale », Le réalisme moral,‎ paris, pp. 457-5 (ISBN 2130496008)
  6. (en) Michael Dummett and Fabrice Pataut, « Truth, Meaning, Modalities and Ethics (A Second Interview with Michael Dummett », Philosophical Investigations, no 3 (Vol.,‎ 2002, pp. 225-271 (ISSN 1467-9205)
  7. Fabrice Pataut, « Vérité objective, vérité reconnue, vérité partagée », Davidson analysé, Cahiers de Philosophie de l’université de Caen,‎ 1996, pp. 21-44 (ISSN 1623-6742)
  8. (en) Fabrice Pataut, « Incompleteness, Constructivism and Truth », Logic and Logical Philosophy, no 6,‎ 1998, pp., 63-76 (ISSN 1425-3305)
  9. (pt) F.S., « Fabrice Pataut: “As Ostras e Outros Contos" », Diario Economico,‎
  10. (pt) Fernando Boteiho, « As Ostras e Outros Contos », Leitur@ Gulbelkian,‎ (lire en ligne)
  11. Prix de la nouvelle de l'Académie française
  12. Jean-Maurice de Montremy, « Treize manières noires », Livres Hebdo, no 586,‎ 2005, p. 54
  13. Patrick Williams, « Fantastique! », Elle, no 3090,‎
  14. Christine Ferniot, Philippe Delaroche, Alexandre Fillon et Baptiste Liger, « La nouvelle - mode d’emploi (suivi de "Petit bouquet de manières noires", extrait de Trouvé dans une poche », Lire,‎ 2005, p. 34, p. 44
  15. Dominique Rabourdin, « Le démon de l’écriture », La Nouvelle Quinzaine Littéraire, no 1110,‎ 2014, p. 7 (ISSN 2270-2024)
  16. Jean-Maurice de Montremy, « Le diable en rit encore », Livres Hebdo, no 430,‎ , p. 23 (ISSN 0294-0000)
  17. Pierre-Robert Leclerc, « Ombres et lumières », Le Monde des livres,‎ (ISSN 0395-2037)
  18. Claude Mourthé, « “Aloysius” de Fabrice Pataut », Le magazine littéraire, no 402,‎ (ISSN 0024-9807)
  19. Pascal Jourdana, « Une alchimique réconciliation », L’Humanité,‎ 2001, p. 18 (ISSN 0242-6870)
  20. Libération, 23 août 2001
  21. Jean-Maurice de Montremy, « Pauvres petits fils riches », Livres Hebdo, no 518,‎ 2003, p. 27
  22. (ar) Fabrice Pataut, « Akhbâr al-Adab », "De si beaux pieds", "La fuite à Babington", no 29,‎ 2004, pp. 12-13
  23. Les deux vies d'Antoine - L'Express - 1er avril 2007
  24. La littérature sous caféine - Aymeric Patricot - 30 octobre 2007
  25. Eric Neuhoff, « Les vagues du souvenir (John Banville et Fabrice Pataut) », Madame Figaro, no 1182,‎ 2007, p. 86
  26. Francine de Martinoir, « A la recherche du continent perdu », La Croix,‎ , p. 13 (ISSN 0242-6056)
  27. Jean-Paul Maréchal, « Fabrice Pataut: “Reconquêtes” », Esprit, no 11,‎ 2011, p. 179 (ISSN 0014-0759)
  28. Reconquêtes sur RCJ
  29. Fabrice Pataut lit "Valet de trèfle" (2016) de Gérard Courant - Lire #108
  30. Fabrice Pataut (2016) by Gérard Courant - Cinématon #2938
  31. Revue Synthèse - Vol.193 - Février 2016
  32. (it) Massimiliano Vignolo, « Michael Dummett - Interviste a cura di Fabrice Pataut », Epistemologia, Rivista italiana di Filosofia della Scienza, no vol. XXIX,‎ 2006, pp. 515-518 (ISSN 0392-9760)