Fabrice Farre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fabrice Farre
Naissance
Saint-Étienne
Activité principale
Auteur
Genres

Fabrice Farre, né le à Saint-Étienne[1], est un poète français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fabrice Farre est issu d'une famille d'immigrés Italiens originaires de Sardaigne (Province : Sassari). Il obtient la nationalité française à l'âge de 14 ans. Après un baccalauréat de Lettres et Langues, il quitte le Lycée Claude Fauriel pour poursuivre ses études jusqu'au doctorat à l'Université Jean Monnet, mais il ne soutient pas sa thèse. Il est, aujourd'hui, fonctionnaire d'Etat.

Il imagine une chanson vers l'âge de huit ans, puis très vite se consacre au poème. Plus tard, la revue Aires retient ses textes (n° 10 et 12). L'auteur publie, depuis fin 2009, de la poésie et de la prose. De 2006 à 2007, il traduit quelques poèmes de Federico García Lorca et "Os de seiche" du Génois Eugenio Montale[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Recueils[modifier | modifier le code]

  • Les Chants sans voix[3], éd. Encres Vives[4], coll. « Encres blanches », no  501, 2012
  • Ru asséché, éd. Clapàs[5], coll. « Franche Lippée », no 373, 2012
  • Sur Parole, éd. Clapàs[5], coll. « Franche Lippée », no 381, 2013
  • America boMbon, -36°édition[6], coll. « 8pA6 », no 75, 2013
  • La Mélodie rugueuse - ou autre dissonance[7], éd. Le Chat qui louche, coll. « Le Chat de Poe », Québec, 2013
  • Le Chasseur immobile[8], éd. Le Citron Gare, 2014 (avec les illustrations de Sophie Brassart)
  • La Figure des choses [9], éd. Henry, coll. « La main aux poètes », 2014
  • Toucher terre, pré carré éditeur, 2015
  • Ligne, La Porte, 2016
  • N'ai-je, éd. Encres Vives, coll. « Encres blanches », n° 665, mai 2016
  • Loin le seuil, éditions de La Crypte, 2017 (accompagnement d'Anael Chadli)
  • Poupée russe, Encres Vives, coll. « Encres blanches », n°691, mai 2017

Revues[modifier | modifier le code]

Ses textes ont paru, en France et à l'étranger, dans plus de cent revues poétiques, collectifs ou sites littéraires, comme : Traction-brabant n°44,46 et 55, Décharge n°152, Friches n°109, Poésie/première n°55[10], Place de la Sorbonne n°3, Résonance générale n°6[11],[12], A verse n°11, Écrits du Nord n°23-24[13], Phoenix n°13[14],[15], Mange Monde n°7, Verso n°161, A l'index n°27, Conférence n°40 [2] , La Passe n°22, Souffles n°250-251, Europe n° 1039-1040, N 47, Arpa n° 118, Incertain Regard n° 0, 3, 7 et 10, Terre à ciel, Recours au poème, Levure littéraire n°8[16], The French Literary Review n°22, Traversées n°67[17], Osiris n°80, 82 et 83, Le Journal des poètes, Point barre n° 13, etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Anthologies[modifier | modifier le code]

  • Jacques Basse, « Fabrice Farre », Visages de poésie, anthologie, n° 6, éd. Rafael de Surtis, 2012
  • Charlibre, le poème du jour d'après, n°10, éd. Corps Puce, Coll. "Po&vie", 2015
  • L'insurrection poétique, Corps Puce, mars 2015
  • Rivages, Ed. l'Aigrette (Illustration : Karine Veyres), Maison de la Poésie de la Drôme
  • Le monde, les réfugiés et la mer (Illustration : Brigitte Dusserre Bresson), Corps Puce, Coll. "Cent papiers", 2016

Notes critiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]