Fabrice Farre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Fabrice Farre
Fabrice Farre 7111966.jpg
Fabrice Farre en novembre 2015.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité

Fabrice Farre, né le à Saint-Étienne[1], est un poète français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fabrice Farre est issu d'une famille d'immigrés italiens originaires de Sardaigne (province de Sassari). Il obtient la nationalité française à l'âge de 14 ans. Après un baccalauréat de lettres et langues, il quitte le lycée Claude Fauriel pour poursuivre ses études jusqu'au doctorat à l'université Jean-Monnet-Saint-Étienne, mais il ne soutient pas sa thèse. Il est, aujourd'hui, fonctionnaire d'État.

Il imagine une chanson vers l'âge de huit ans, puis très vite se consacre à la poésie. Plus tard, la revue stéphanoise Aires publie deux de ses textes dans les numéros 10 et 12. L'auteur publie, depuis fin 2009, de la poésie et de la prose. De 2006 à 2007, il traduit quelques poèmes de Federico García Lorca ainsi que Os de seiche du Génois Eugenio Montale[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Recueils[modifier | modifier le code]

  • Les Chants sans voix[3], éd. Encres vives[4], coll. « Encres blanches », no  501, mai 2012
  • Ru asséché, éd. Clapàs[5], coll. « Franche Lippée », no 373, 2012
  • Sur Parole, éd. Clapàs[5], coll. « Franche Lippée », no 381, 2013
  • America boMbon, -36°édition[6], coll. « 8pA6 », no 75, 2013
  • La Mélodie rugueuse - ou autre dissonance[7], éd. Le Chat qui louche, coll. « Le Chat de Poe », Québec, 2013
  • Le Chasseur immobile[8], éd. Le Citron Gare (peintures de Sophie Brassart), 2014. Réimpression : .
  • La Figure des choses [9], éd. Henry, coll. « La main aux poètes »,
  • Toucher terre, pré#carré éditeur, [10]
  • Ligne, La Porte, 2016
  • N'ai-je, éd. Encres vives, coll. « Encres blanches », n° 665,
  • Loin le seuil, éditions de La Crypte (Poeysages d'Anael Chadli),
  • Poupée russe, Encres Vives, coll. « Encres blanches », n°691,
  • 36 choses à faire avant de mourir, pré#carré éditeur, [11]
  • Mémoires, Ce qui reste - revue de poésie contemporaine (avec les peintures d'Anne Slacik),
  • Inflexion, Rafael de Surtis éditions, (Peintures de Muriel Carrupt)
  • Partout ailleurs, p.i.sage intérieur,
  • Avant d'apparaître, Coll. Le Vrai Lieu, Unicité, 2020
  • Implore, Bruno Guattari éditeur, 2020
  • Sauf, Editions du Cygne, Coll. Le chant du cygne, 2021
  • Des équilibres, Bruno Guattari éditeur (Photographies de Philippe Agostini), 2022

Revues[modifier | modifier le code]

Ses textes paraissent, en France et à l'étranger, dans plus de cent revues poétiques, collectifs ou sites littéraires : Traction-brabant (44,46 et 55), Décharge (152), Friches (109), Poésie/première (55)[12], Place de la Sorbonne (3), Résonance générale (6)[13],[14], A verse (11 et 12), Écrits du Nord (23-24)[15], Phoenix (13 et 25)[16],[17], Mange Monde (7), Verso (161; 167), À l'index (27), Conférence (40), La Passe (22), Souffles (250-251; 256-257), Europe (1039-1040), N 47 revue de poésie (29), Concerto pour marées et silence (8 et 10), Arpa (118), Alkemie (21, 22 et 24), margelles (1,2) Catastrophes, Incertain Regard (0, 3, 7 et 10), Terre à ciel, Recours au poème, Levure littéraire (8 et 13)[18], Lichen, The French Literary Review (22), Traversées (67)[19], Osiris (80, 82, 83, 85, 87, 88 et 90), Le Journal des poètes, Point barre (13).

Anthologies et ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

  • Jacques Basse (préf. Jean-Claude Albert Coiffard, Jean-Jacques Dorio, Richard Taillefer), Visages de poésie : Portraits, crayons et poèmes dédicacés, t. 6, Cordes-sur-Ciel, Rafael de Surtis, (ISBN 978-2-84672-316-9, OCLC 816599491, BNF 42755588).
  • Stéphane Bernard, Stéphane Bernard et compagnie, Createspace Independent Publishing Platform, coll. « X & Friends » (no 1), (ISBN 978-1-5025-9149-4 et 1-5025-9149-9).
  • Jean Foucault, Charlibre, le poème du jour d'après ou Ne nous laissons pas abattre, Amiens, Corps Puce, coll. « Poévie » (no 10), (ISBN 978-2-35281-089-6, présentation en ligne).
  • L'insurrection poétique (préf. Jean Foucault), Amiens, Corps Puce, coll. « Poévie » (no 11), , 200 p. (ISBN 978-2-35281-090-2 et 2-35281-090-6).
  • Maison de la poésie de la Drôme, Rivages, Montélimar, Éditions de l'Aigrette, (ISBN 978-2-9552041-1-5).
  • Le monde, les réfugiés et la mer, Amiens, Corps Puce, coll. « Cent papiers » (no 8), , 160 p. (ISBN 978-2-35281-100-8 et 2-35281-100-7).
  • Maison de la poésie de la Drôme, Ailleurs : anthologie poétique, Montélimar, Éditions de l'Aigrette, , 71 p. (ISBN 978-2-490132-03-4).
  • Poèmes de soutien aux réfugiants et réfugiés, Corps Puce, (ISBN 978-2-35281-116-9).[réf. incomplète]
  • " Lessives étendues ", anthologie de Roselyne Sibille, Terre à ciel, 2017
  • L'instant fugace, vol. 2, La Neuville-aux-Joûtes, Jacques Flament, , 82 p. (ISBN 978-2-36336-339-8).
  • Tisserands du monde, AMEditions, , 184 p. (ISBN 978-1-9839-9714-3).
  • Carrés poétiques, vol.2, La Neuville-aux-Joûtes, Jacques Flament Editions, 2018, 84 p. (ISBN 978-2-36336-359-6).
  • La mélancolie du lièvre, La Neuville-aux-Joûtes, Jacques Flament, Coll. L'Encyclopédie Improbable, 2018, 62 p. (ISBN 978-2-36336-360-2).
  • Le vertige de l'amour, ibid., 2018, 62 p. (ISBN 978-2-36336-361-9).
  • L'ivresse des profondeurs, ibid., 2018, 62 p. (ISBN 978-2-36336-362-6).
  • Le baiser de la mort, ibid., 2018, 62 p. (ISBN 978-2-36336-363-3).
  • Apparaître , anthologie de Florence Saint-Roch, Terre à ciel, 2018
  • Dire oui , anthologie de Florence Saint-Roch, Terre à ciel, 2020

Livres pauvres / livres d'artiste[modifier | modifier le code]

  • Limites , Prod. Pentamino, en compagnie de Lou Raoul, 2012
  • Abyme , dans le cadre des " riches enveloppes " de Ghislaine Lejard, 2014
  • Cheval , avec l'illustration de Monique Marta, 2016
  • Ecrire la Loire , en compagnie de Sophie Brassart, 2019
  • Tapis de chiffons , par Cécile Holdban, avec 172 auteurs de tous pays
  • Leporello, avec Philippe Agostini, Coll. " Les beaux jours ", 2020
  • Livret, avec Philippe Agostini, Coll. " Si près, si loin ", 2020

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]