Fabrice Allouche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lelouch.
Fabrice Allouche
Fiche d’identité
Surnom Le Guerrier
Nationalité France
Date de naissance (49 ans)
Lieu de naissance Paris
Taille 1.68 m
Catégorie Poids Coq / plumes / légers
- 53,5kg à - 61,5kg
Palmarès
  Professionnel
Combats 59
Victoires 50
Défaites 7
Matchs nuls 2
Titres professionnels Champion du monde de kickboxing unifié WKA/ IMF
Champion du monde de boxe-thalandaiseï WKA/WKC
Champion d'Europe de boxe-thaïlandaise ISKA,IMF et WKA
Champion d'Amérique du nord de muay thaï ISKA

Fabrice Allouche, né le à Paris, est un boxeur français.

Spécialiste des boxes dites poings-pieds, il a remporté de nombreux titres en boxe thaïlandaise (Muay thaï) et en kick boxing. Il s'est reconverti comme consultant en développement personnel et en préparation mentale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

Fabrice Allouche, nait à Paris et passe son enfance du côté de la porte de Saint-Ouen. Son père, Daniel Allouche, est speaker sur les grandes soirées boxe sur Canal Plus. Au départ, il préfère le football et joue dans les équipes jeunes de l'ES parisienne[Quoi ?]. Il pratique alors d'autres sports en compétition scolaire comme l'athlétisme, le hand-ball et l'escrime. Son père est alors ami avec le karatéka Roger Paschy qui dirige un club renommé, le Yamatsuki Gym[1] et lui fait faire ses débuts en boxe-thaï à l'âge de 15 ans. Il s’illustre rapidement dans cette discipline.

Au Japon, les fans le surnomme le « Samourai de fer »[pourquoi ?]. Il effectuera la plupart de sa carrière sous les couleurs du Derek Boxing situé en plein cœur de la cité des 4 000 à La Courneuve sous la direction de son ex partenaire de club au Yamatsuki René Desjardins.

Deux ans après ses débuts, il est sacré champion de France dans cette discipline. Il enchaîne alors les titres. Il fait partie des boxeurs qui ont, dans les années 1990, largement contribué à faire connaître cette discipline, à la rendre populaire. À l'instar de Dida Diafat ou Jaid Seddak, il part en Asie pour s'entraîner sur place mais aussi pour aller défier chez eux les Thaïlandais, jusqu'alors réputés intouchables pour des boxeurs français. En 1989, il affronte le champion de Thaïlande, Pepsi, au Rajadamoern Stadium de Bangkok[2].

Il s'est illustré tout au long de sa carrière grâce à ses capacités notamment sur la dimension psychologique[réf. nécessaire]. Son palmarès compte plusieurs titres européens et mondiaux (il décrochera notamment au cours de sa carrière trois titres de champion du monde de kick boxing et un de boxe thaïlandaise).

Il raccroche une première fois les gants en 1998 après sa défaite aux points au Japon pour le titre de champion du monde unifié WKA/WKC de boxe-thaï. Sur l'insistance des promoteurs japonais , il revient sur sa décision pour un dernier combat. En mars 1999, il remporte cette revanche contre Shinya Sakuma par K.O à la 3e reprise par un coup de coude retourné qui lui donne le sacre final de champion du monde unifié WKA/WKC de boxe thaïlandaise .

Reconversion professionnelle[modifier | modifier le code]

Après avoir mis un terme à sa carrière sportive, Fabrice Allouche rejoint Joeystarr qui vient de créer la marque de vêtement Com8. Il y restera jusqu'en 2005. Entre 2002 et 2006, il participe à la création du magazine urbain gratuit 5 styles.

En 2007, il s'engage réellement dans sa seconde carrière en devenant coach sportif et préparateur mental. Il propose ses services à des entreprises, des particuliers mais aussi des personnalités du sport et du show-biz. Il prépare notamment José Garcia pour son retour au cinéma avec le film Le mac, Saïd Taghmaoui, Samuel Le Bihan, Joeystarr et NTM pour leur retour sur scène en 2008[3] et les accompagne tout au long de leur tournée, le chanteur anglais Tricky ou encore le journaliste Manuel Herrero pour l'émission Les Nouveaux Explorateurs. En 2009, il s'occupe du boxeur Rachid Jkitou et la même année, il intervient auprès de Yohan Fauveau comme conseiller technique pour sa rencontre face à Farid Villaume en boxe-thaï. Il devient également préparateur mental de grands champions comme Jérôme Le Banner au K-1 World Grand Prix, mais aussi de judokas tel que le champion olympique japonais Satoshi Ishii ou de joueurs de football comme Samir Nasri en août 2012 à Las Vegas et Mamadou Samassa gardien de but à l'En Avant de Guingamp fin 2013 à Paris. En 2014, il s'occupe du Champion du monde de moto enduro Marc Bourgeois.

En 2012, Fabrice Allouche devient consultant en communication et confiance en soi au sein d'entreprises comme Philip Morris pour aider les employés à se sentir mieux dans leur environnement de travail. Il est consultant au sein de la chaine de sport beIN sport depuis mai 2013. Il intervient en 2015 comme coach mental et préparateur physique auprès de l'équipe AS Dakar sacré-cœur Ligue 2 Football Sénégalaise avec qui il termine 3e du championnat, demi finaliste de la coupe du Sénégal, finaliste de la coupe de la ligue et vainqueur de la super coupe contre le Champion de Ligue 1 AS Douanes .

Lutte sénégalaise[modifier | modifier le code]

Fabrice Allouche est le premier « blanc » à intégrer une école de lutte sénégalaise, l'école de Ndakaru avec l'entraîneur Katy diop[4]. Surnommé « le sorcier blanc au Sénégal » à la suite des résultats prometteurs des lutteurs qu'il entraîne (16 victoires pour 3 défaites)[réf. nécessaire], il permet à l’écurie Ndakaru de remporter le prestigieux trophée du Claf avec Malick Niang et une 3e place (sur 32 participants) au championnat Arena de la chaine Rdv avec le lutteur Ndofféne. Il est d'ailleurs élu coach de l'année au Sénégal pour la saison 2010/2011 de lutte sénégalaise par les médias locaux[5]. En 2017, il prépare le grand espoir Gris 2 invaincu de l'écurie Fass pour son prochain combat contre Pakala.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Boxe-thaï
  • 43 combats : 36 victoires / 2 nuls / 5 défaites
  • Double champion de France junior 1984/1985
  • Quadruple champion de France 1989/1990/1991/1992
  • Quadruple champion d'Europe 1992/1993/1994 et 1997
  • Champion d'Amérique du Nord ISKA 1998
  • Champion du monde unfié WKA / WKC 1999
Kick boxing
  • 10 combats : 10 victoires
  • Champion de France WKA 1995
  • Double champion d'Europe WKA 1991/1996
  • Triple champion du monde WKA 1996/1997/1998
Boxe américaine
  • 6 combats : 4 victoires / 2 défaites
  • Champion de France ISKA 1988

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Delmas, Jean-Roger Callière, Histoire du Kick-boxing, FKB-DA, 1998
  • Kick boxing anthology (DVD) édité par Sony music video regroupant une sélection de combats diffusés par la chaine Canal Plus.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]