Fable de Venise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fable de Venise
8e album de la série Corto Maltese
Corto : « C'est l'arsenal et les lions grecs dont Hipazia et Bepi Faliero m'ont parlé... »(planche 17, case 9)
Corto : « C'est l'arsenal et les lions grecs dont Hipazia et Bepi Faliero m'ont parlé... »
(planche 17, case 9)

Auteur Hugo Pratt
Dessin noir et blanc

Personnages principaux Corto Maltese
Gabriele D'Annunzio
Hipazia
Petit Pied d’argentLouise Brookszowyc

Éditeur Casterman
Collection Les romans (À suivre)
Première publication Drapeau de la France France : janvier 1981
ISBN 2-203-33405-3
Nb. de pages 80

Prépublication Drapeau de l'Italie Italie : Favola di Venezia,
hebdomadaire L’Europeo,
du n° 21-22, 3 juin 1977
au n° 51, 23 décembre 1977
Albums de la série Corto Maltese

Fable de Venise est la 25e aventure de Corto Maltese. Écrite et dessinée par Hugo Pratt, elle se déroule du 10 au . La toile de fond en est la montée du fascisme en Italie, après la Première Guerre mondiale.
Sous la surveillance du dieu Abraxas, des loges maçonniques et des milices fascistes, Corto Maltese est sur la piste de la « Clavicule de Salomon ». Tous les ingrédients d’un roman d'aventure sont présents : une énigme, une émeraude légendaire, des femmes mystérieuses, des aristocrates déchus, des « Chemises noires », des loges maçonniques, des sociétés secrètes et les lieux magiques de Venise.
L'auteur apporte ici ses souvenirs de jeunesse. Un monde qui n'existe plus et une aventure qui finit dans un rêve. « C’est le témoignage de mon amour pour Venise. » disait-il[1].

Protagonistes[modifier | modifier le code]

Personnages historiques[modifier | modifier le code]

Personnages de fiction[modifier | modifier le code]

  • Corto Maltese : Une lettre posthume du baron Corvo le met au défi de retrouver une pierre magique.
  • Bepi Faliero : franc-maçon de la loge Hermès Trismégiste.
  • Stevani : appartient à la milice des Chemises noires de la Sérénissime.
  • Hipazia : mathématicienne et philosophe néoplatonicienne, fille du docteur Teone.
  • Teone : astronome, astrologue et mathématicien. Maître secret de la loge Hermès.
  • Melchisedech : savant du « vieux ghetto ».
  • Raspoutine : apparaît en songe sous l’apparence de Saud Khalula.
  • Petit Pied d’argent : vendeuse de graines, elle fait équipe avec Corto pour l’aider dans sa recherche.
  • Böeke : fils de Petit Pied d’argent, secrètement amoureux de Hipazia.
  • Louise Brookszowyc : amie de Petit Pied d’argent, plus connue sous le nom de « Belle de Milan »[2].

Histoire en quatre chapitres[modifier | modifier le code]

La Loge d’Hermès[modifier | modifier le code]

Poursuivi par la milice fasciste, Corto Maltese trouve refuge chez les francs-maçons. La nuit tombée, un de leurs membres, Bepi Faliero l’accompagne dans les rues de Venise. Chemin faisant, le Maltais lui fait savoir qu’il est dans la cité pour chercher une émeraude, appelée « Clavicule de Salomon ». Ils rencontrent alors un groupe de Chemises noires mené par Stevani qui leur cherche noise. Passant par là, le poète Gabriele D'Annunzio intervient pour calmer le jeu.
Reprenant leur chemin, tous trois viennent à parler de la philosophe néoplatonicienne, Hipazia et de l’écrivain Frederick Rolfe dit, le Baron Corvo. Voyant l’intérêt de Corto Maltese pour ces deux personnages, Faliero l'invite à rencontrer la philosophe. D’Annunzio, pour sa part, va tâcher de le mettre en relation avec ce Stevani, car son père avait bien connu le Baron Corvo.

L’Énigme du Baron Corvo[modifier | modifier le code]

Bepi l’emmène donc rencontrer Hipazia. Venant à parler de l’émeraude magique, Corto révèle que peu avant sa mort, le Baron lui a envoyé une devinette : Le lion grec perd sa peau de serpent septentrional entre les brumes de Venise…
Plus tard, Corto entre dans l’église de San Pietro di Castello examiner la chaire de l’apôtre Simon Pierre dont le dossier est orné d’une stèle funéraire. Ce sont les inscriptions arabes de cette pierre que le Baron Corvo voulait déchiffrer.
Il se rend ensuite jusqu’à l’arsenal pour examiner et relever les signes gravés à l’épaule du lion grec qui en garde l’entrée. Puis s’en va dans le « vieux ghetto », les soumettre à son ami, le savant Melchisedech.
Le lendemain, pensant à ce que lui a dit le poète d’Annunzio au sujet du père de Stevani, il décide de tenter de le voir malgré le temps pluvieux.
Bepi Faliero l’a devancé. Il est déjà chez Stevani pour lui rendre compte des recherches que fait Maltese. En lisant le journal du baron adressé à son père, Stevani raconte le périple de l’émeraude dont la trace se perd finalement dans Venise.
En arrivant devant la maison, Corto entend deux détonations. Il accourt à l’intérieur et découvre Stevani gisant blessé. Les « Chemises noires » font irruption. Croyant le marin coupable, ils le poursuivent.
Dans la rue, deux carabiniers aperçoivent Corto qui s’enfuit sur les toits. Ils entrent dans la maison. Stevani innocente Corto Maltese. Alors qu’un des carabiniers s’élance vers le grenier, il est abattu d’une balle dans les escaliers.

L’Escalier des rencontres[modifier | modifier le code]

Venice - St. Marc's Basilica 08.jpg

Corto poursuit sa course sur les toits de la ville. Glissant sur des tuiles mouillées, il perd l’équilibre et tombe sur une terrasse…
Recueilli par Petit Pied d’argent et confié aux bons soins de Louise Brookszowyc, la « Belle de Milan », il se réveille au bout de trois jours. Elle lui révèle que Stevani est hors de danger, qu’il l’a innocenté mais refuse de révéler le nom du coupable et que le journal du baron a été volé. Pour couronner le tout, un des carabiniers a été abattu.
La nuit venue, Petit Pied d’argent, accompagnée de son fils Böeke, vient s’enquérir de la santé…
Maintenant sur pied, Corto se rend chez les francs-maçons pour s’entretenir de l’affaire Stevani avec le maître secret, qui n’est autre que Teone, le père d’Hipazia. Corto Maltese lui montre l’insigne maçonnique qu’il a trouvé près du corps du milicien et qui le porte à croire à la culpabilité d’un des membres de leur institution.
Un maçon ne trahit pas ses frères. Teone lui conseille de la détruire. De leur côté, ils se chargeront d’éliminer tous les soupçons qui pèsent sur lui. »
Mais Corto ne veut pas s’en tenir là…

Les Révélations de Saint-Marc[modifier | modifier le code]

Dans ce dernier chapitre, notre héros découvre la cachette où aurait été dissimulée l'émeraude, mais il n'y trouve qu'une lettre de Corvo, datée du 1er avril, qui, comme lui, fut déçu de la trouver vide. Hipazia, qui se croyait dans sa folie, la réincarnation de la philosophe Hipatia, est coupable de tous les crimes et de toutes les trahisons et mourra, assassinée par Stevani.
Quant à Louise Brookszowyc, elle partira à Buenos Aires, travailler pour l’association de la Warsavia[3].

Finalement, Corto Maltese, après une présentation onirique et théâtrale des différents personnages de cette fable, se dirige vers « la porte de l’aventure » — chemin déjà emprunté pour entamer son périple sibérien —, en se rendant dans un des lieux magiques et secrets de la ville où il « demande à entrer dans une autre histoire, dans un autre endroit », non sans avoir auparavant trouvé, mystérieusement apparue au fond de sa poche, l'émeraude. Celle-ci, appelée aussi clavicule de Salomon (du latin clavis, la clé), se présente taillée sous la forme d'une figure à tête de serpent encadrée par deux autres serpents, symbole de la connaissance hermétique.

Prépublications[modifier | modifier le code]

  • Italie : Favola di Venezia (Sirat Al-Bunduqiyyah), paraît en couleurs[4] dans le supplément hebdomadaire de L'Europeo, du no 21-22 du au no 51 du .
  • France : Fable de Venise (Sirat Al-Bunduqiyyah), paraît en noir et blanc dans les no 12 à 15, du mensuel (À suivre) en 1979.

Albums édités en France[modifier | modifier le code]

Scénario et dessins de Hugo Pratt avec la collaboration de Guido Fuga pour les dessins concernant l’architecture de la cité vénitienne.

Première édition[modifier | modifier le code]

Album broché – noir et blanc[modifier | modifier le code]

  • Fable de Venise (Sirat Al-Bunduqiyyah)[5]A∴ L∴ G∴ D∴ G∴ A∴ D∴ L∴ U∴[6] (préface de Hugo Pratt : Une grand-mère vénitienne), éd. Casterman, coll. « Les romans (À SUIVRE) », 1981 (ISBN 2-203-33405-3)

Rééditions[modifier | modifier le code]

Album broché – noir et blanc[modifier | modifier le code]

  • Fable de Venise (nouvelle couverture), éd. Casterman, 2001 (ISBN 2-203-33490-8)
  • Fable de Venise, Casterman 2011, coll. "Corto Maltese en noir et blanc", couverture souple à rabats, format 23,5/29,5 (ISBN 978-2-203-03365-8).

Albums reliés – couleurs[modifier | modifier le code]

  • Fable de Venise (Sirat Al-Bunduqiyyah) A∴ L∴ G∴ D∴ G∴ A∴ D∴ L∴ U∴ (format 27x31, introductions illustrées de documents et aquarelles de Hugo Pratt : Une grand-mère vénitienne, La Franc-Maçonnerie, Manifeste maçonnique), éd. Casterman, 1984 (ISBN 2-203-33604-8)
  • Fable de Venise (format 23.5x30.5 avec jaquette, documents et aquarelles de Hugo Pratt), éd. Casterman, 1998 (ISBN 2-203-34414-8)
  • Autour de Corto - Fable de Venise, Une lecture guidée à travers l'œuvre de Pratt (format 29,5x30), éd. Casterman, 2007 (ISBN 978-2-203-38301-2)
  • Fable de Venise (format 21.5x29, préface de Marco Steiner, photos de Marco d'Anna : Rosée, rosace, chevaliers et secrets), éd. Casterman, série Corto Maltese, tome 10, 2009 (ISBN 978-2-203-02448-9)

Petits formats brochés - couleurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hugo Pratt, entretiens avec Dominique Petitfaux, De l’autre côté de Corto, p. 102, éd. Casterman, 1996.
  2. Pour le personnage de Louise Brookszowyc, Hugo Pratt lui a donné les traits de Louise Brooks, star du cinéma muet des années 1920. Il la rencontra plus tard, à Rochester, dans l’État de New-York, lors d'un voyage aux États-Unis en 1983.
  3. Fondée en 1906, la Warsavia organisait la prostitution en Argentine (Hugo Pratt, entretiens avec Dominique Petitfaux, De l’autre côté de Corto, éd. Casterman, 1996.)
  4. Par Mariolina Pasqualini.
  5. Sirat : Sourate, en arabe. Al-Bunduqiyyah : nom égyptien, de Venise = la sourate de Venise.
  6. Abréviation maçonnique de À La Gloire Du Grand Architecte De LUnivers.
  7. Collection, avec notes et documents pédagogiques d’accompagnement, destinée aux enseignants (collège, lycée professionnel et lycée général).

Documentation[modifier | modifier le code]