Façonnable

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Façonnable
logo de Façonnable

Création 1950 à Nice
Dates clés 2000 : rachat par Nordstrom
2007 : rachat par M1 Group
Fondateurs Jean Goldberg
Forme juridique SAS
Slogan The elegance made in French Riviera
Siège social Barcelone Espagne
Drapeau d'Espagne Espagne
Actionnaires M1 GroupVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Industrie textile
Produits Vêtements
Site web http://www.faconnable.com/

Façonnable est une marque française de prêt à porter homme et femme, détenue par une société espagnole depuis 2016[1],[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Façonnable, depuis 1950[modifier | modifier le code]

L’histoire de la maison Façonnable débute grâce à Jean Goldberg, un maître-tailleur dans la région, qui ouvre en 1950 une boutique-atelier rue Paradis à Nice. Son succès est tel que les plus grandes stars internationales de l’époque comme Cary Grant ou Tony Curtis deviennent les ambassadeurs de la marque[réf. nécessaire], à l’occasion de leur passage au Festival de Cannes. À l’ouverture de la boutique en 1950, le nom « Façonnable » n’existe pas encore. Il faudra attendre onze années.

Expansion en France[modifier | modifier le code]

C'est en 1961 que le fils de Jean Goldberg, Albert Goldberg, reprend la boutique de son père et la rebaptise Façonnable, allusion au terme « façonner ». Il s'associe avec Jean Pierre Benaym, le président de la société en 1971. Sous sa direction la marque s'étend et ouvre ses premières boutiques en 1973 à Monte-Carlo, Cannes, Saint-Tropez, Marseille, Lyon et Paris ou Avignon.

Façonnable s'étend[modifier | modifier le code]

C’est l’expansion internationale dès 1988, d’abord aux États-Unis, grâce au réseau de magasins Nordstrom qui distribuent Façonnable en exclusivité.

La 1re boutique en propre Façonnable est ouverte à New York sur la 5e avenue en 1993. Albert Goldberg et Jean Pierre Benaym développent également Façonnable dans les plus grandes villes d’Europe, notamment en Belgique et en Espagne, au Portugal, qui vont contribuer à l’expansion de la marque ; celle-ci s’étend ensuite sur la côté ouest à Beverly Hills et Costa Mesa en 1997.

L’expansion internationale de la marque s’accélère ensuite à l’automne 2000 au rachat de Façonnable par Nordstrom, qui étend le réseau de boutique sur le territoire américain.

Propriétaires étrangers[modifier | modifier le code]

En 2000, Nordstrom débourse 270 ou 370 millions de dollars (selon les sources)[3] pour racheter la marque Façonnable[4]. Albert Golberg et Jean Pierre Benaym vendent la Société à la compagnie américaine mais les bureaux de style restent cependant à Nice. Sous la direction de Nordstrom, l'entreprise française comptabilise 36 boutiques Façonnable sur le continent européen.

En 2007, le groupe Libanais M1 rachète la marque. Il souhaite renforcer la position de Façonnable dans les marchés clés, notamment aux USA, à Londres et à Milan. La direction est confiée à Moustapha El Solh.

Difficultés financières[modifier | modifier le code]

En 2013 l'entreprise affichait une perte abyssale de 30,5 millions d'euros pour 47 millions de chiffre d'affaires. Le plan de réorganisation prévoit la suppression de 96 postes sur 448[3]

Directeurs artistiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Clap de fin pour Façonnable à Nice, plus d'un demi-siècle après sa création », Nice-Matin,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. coordonnées : La compagnie Façonnable Spain SL, est domiciliée au 403-405 carretera Laurea Miro, 08980, Sant Feliu de Llobregat – Barcelona, SPAIN et munie du numéro d’inscription au Registre du Commerce B85318137 et du nº de TVA B85318137.
  3. a et b « Façonnable : l'incroyable décadence de la marque niçoise, pionnière du sportswear chic », Capital.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. Berthelot 2015, p. 61.
  5. « Façonnable : Eric Wright quitte la direction artistique  » Fashion Dailynews.com, 20 janvier 2010
  6. Florent Gilles « Façonnable nomme son directeur artistique » Fashion Dailynews.com, 14 décembre 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • [Berthelot 2015] Benoît Berthelot, « Façonnable mais pas rentable », Capital, no 285,‎ , p. 60-61. Document utilisé pour la rédaction de l’article