F Magazine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

F Magazine est une revue mensuelle féministe qui a été lancée par le Groupe-Expansion le et qui a disparu en février 1982.

Historique[modifier | modifier le code]

La directrice de la rédaction de F Magazine était Claude Servan-Schreiber, secondée par Benoîte Groult[1], qui était à la fois directrice adjointe et éditorialiste. La couverture du premier numéro offrait en photo Claire Bretécher, avec un de ses dessins tatoué sur l'épaule. Le titre était : « L'humour change de sexe ».

Revue intellectuelle et engagée, le journal n'est cependant pas arrivé à rallier les féministes pures et dures qui le considéraient comme « bourgeois ». De fait, le style du mensuel va changer au fil des années avec un objectif de rentabilité imposé dès le début des années 1980. On y parlera de mode et de consommation à l'instigation du Groupe Expansion, qui ne souhaite plus financer un journal d'opinion déficitaire.

Mais à la suite de ces choix de stratégie commerciale le magazine perd son public féministe et ne parvient pas à toucher un autre public. Il disparaît en décembre 1981, après son n°44. Il reparait sous un autre nom : Le nouveau F de février 1982 à mai 1983 (15 numéros). Il connait une troisième version sous le nom de F en juillet 1983, jusqu'en septembre 1984 (16 numéros). L'ultime version, sous le nom de Femme, paraît pour son premier numéro en octobre 1984.

Membres de la rédaction[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive

Paula Jacques, Nicole Chaillot, Françoise Salmon, Fabian Gastellier, Nicole Bamberger, Henriette Bichonnier, Myriam Anissimov, Martine Storti[2], etc.

Archives[modifier | modifier le code]

La bibliothèque Marguerite-Durand (13e arrondissement de Paris) en conserve des numéros.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Ainsi fut Benoîte Groult », sur magazine-litteraire.com, (consulté le )
  2. « Une sélection de mes articles dans F Magazine 1979-1981 », sur martine-storti.fr, (consulté le )