Fonds régional d'art contemporain Grand-Large-Hauts-de-France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis FRAC Nord-Pas-de-Calais)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Fonds régional d’art contemporain Grand-Large-Hauts-de-France
Logotype du fonds régional d’art contemporain Grand-Large-Hauts-de-France.png
FRAC (9).JPG
Une vue de l’intérieur du site en .
Informations générales
Type
Ouverture
Surface
9 000 m2
Site web
Collections
Collections
Nombre d'objets
1 500 œuvres
Localisation
Pays
Région
Département
Adresse
503, avenue des Bancs-de-Flandres
59140 Dunkerque
Coordonnées
Localisation sur la carte des Hauts-de-France
voir sur la carte des Hauts-de-France
Red pog.svg

Le fonds régional d’art contemporain Grand-Large-Hauts-de-France, surnommé « la Cathédrale », est une collection publique régionale d’art contemporain située au Grand-Large à Dunkerque, dans le département du Nord et la région des Hauts-de-France.

Créé en 1983 sous le nom de fonds régional d’art contemporain du Nord-Pas-de-Calais, il prend sa dénomination actuelle en 2017 à la suite de la fusion de la Picardie et du Nord-Pas-de-Calais survenue le .

Histoire[modifier | modifier le code]

Le fonds régional tire son origine dans une circulaire du de Jack Lang qui vise à créer des « fonds régionaux d’acquisition d’œuvres d’art contemporain » (FRAC) dans chaque région française alimentés à parité entre le conseil régional et l’État afin de diffuser l'art contemporain[1]. Après avoir été doté d’un comité technique, le fonds régional d’acquisition d’œuvres d’art contemporain du Nord-Pas-de-Calais est l’un des premiers à voir le jour en 1983[2].

Initialement implanté au square Morisson à Lille (Nord), le fonds régional s’installe dans l’ancien hôpital de l’avenue Rosendaël à Dunkerque (Nord) en [3],[2],[4]. En , le FRAC a déménagé dans le quartier du Grand-Large (Dunkerque-Centre), dans un nouveau bâtiment construit par les architectes Lacaton et Vassal qui double d’une jumelle la halle AP2, l’atelier de préfabrication no 2 des anciens chantiers navals sur le port[5],[6]. Ce nouveau siège plus grand permet l'accueil du public.

Après la création de la région du Nord-Pas-de-Calais-Picardie le — devenue les Hauts-de-France en , le FRAC du Nord-Pas-de-Calais est renommé en FRAC Grand-Large-Hauts-de-France en [7],[8].

Collection[modifier | modifier le code]

Le FRAC possède des œuvres d’art et de design des années 1960 à nos jours. Les artistes sont issus principalement de l’Eurométropole Lille-Kortrijk-Tournai

Diffusion[modifier | modifier le code]

Les œuvres du FRAC sont présentées au public dans des expositions (régionales ou mondiales), ainsi que dans les écoles locales.

Statuts[modifier | modifier le code]

Le fonds régional d’art contemporain Grand-Large-Hauts-de-France est une association loi de 1901, créée le sous le nom de « Fonds Région Art contemporain Nord PDC »[9]. Il relève du ministère de la Culture, du conseil régional des Hauts-de-France, de la communauté urbaine de Dunkerque, de la commune de Dunkerque, des conseils départementaux du Nord et du Pas-de-Calais, ainsi que du rectorat de l’académie de Lille.

L’Association des Amis du fonds régional d’art contemporain Grand-Large-Hauts-de-France, créée en 2000 (en tant qu’Association des Amis du fonds régional d’art contemporain du Nord-Pas-de-Calais), soutient le fonds régional[10],[11].

Quatre personnes se sont succédé à la présidence du conseil d’administration du fonds régional d’art contemporain :

Cinq directrices ont été nommées à la tête du fonds régional d’art contemporain[16] :

  • Caroline David (d’ à )[17] ;
  • Katia Baudin (de 1997 à )[18],[19] ;
  • Dominique Boudou (de à )[20] ;
  • Hilde Teerlinck (de à )[21] ;
  • Keren Detton (depuis )[22].

Polémiques[modifier | modifier le code]

Selon La Voix du Nord, Hilde Teerlinck, directrice du FRAC du Nord-Pas-de-Calais de à , devait prendre un poste équivalent à l’École nationale supérieure d’art de Bourges. Cette nomination donnait suite à une transaction (non signée) publiée dans l’article en ligne de La Voix du Nord statuant sur une indemnité de 55 352 . La transaction mettait fin à une procédure de licenciement pour fautes graves de 2013, la directrice réclamant pour sa part des heures supplémentaires et rejetant les faits reprochés. Un turn-over important et trois procédures au prud'homme pour un total d'indemnités demandées de 108 500  sont à la source du conflit[23],[24],[25],[26].

Hilde Teerlinck n’a finalement pas pris ses fonctions à l’École nationale supérieure d’art de Bourges. Elle évoque pour sa défense : « C’est de la blasphémie. Je ne répondrai pas. La situation est trop grave pour que je m’exprime[23] ». Le , dans un communiqué de presse, le ministère de la Culture et de la Communication annonce que Hilde Teerlinck avait préféré « renoncer à sa nomination à la tête de l’École nationale supérieure d’art de Bourges. Constatant l’hostilité que cette nomination suscitait chez certains enseignants de cette école, à la suite d’une campagne de dénigrement à son encontre, elle a estimé préférable, pour la sérénité de l’école et son bon fonctionnement à court terme, de ne pas s’engager dans cette mission[27] ».

Logos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre-Alain Four, « Le compétence contre la démocratisation », Politix : Revue des sciences sociales du politiques, no 24,‎ , p. 95-114.
  2. a et b Alain Méry, « Le FRAC du Nord Pas-de-Calais (fonds régional d’art contemporain) comme vous ne l’avez jamais vu ! », France 3,‎ (lire en ligne).
  3. « De nouvelles réserves pour le Frac Nord-Pas-de-Calais avec Bruynzeel », Museum Experts Actualités,‎ (lire en ligne).
  4. « L’art est simplement la preuve d’une vie pleinement vécue », Fonds régional d’art contemporain du Nord-Pas-de-Calais,‎ (lire en ligne).
  5. Christine Coste, « Les Frac 30 ans de résistance au centralisme », Le Journal des arts,‎ (lire en ligne).
  6. « Une inauguration en fanfare pour le Frac », L’Écho de la Lys,‎ (lire en ligne).
  7. Richard Leydier, « Les Frac aujourd’hui », Art Press,‎ (lire en ligne).
  8. Fonds régional d’art contemporain du Nord-Pas-de-Calais, Expositions , , 32 p. (lire en ligne).
  9. « Fonds Région Art contemporain Nord PDC », sur le site Societe.com, mis à jour le [lire en ligne].
  10. Marie Maertens, « Les collectionneurs en région, premiers maillons d’une chaîne… », 02 point 2, no 2,‎ (lire en ligne).
  11. « Les Amis du FRAC », Fonds régional d’art contemporain Grand-Larg-Hauts-de-France,‎ (lire en ligne).
  12. « Ministre : Michel Delebarre », Le Guide du pouvoir,‎ , p. 181.
  13. « “Nous montrerons à Kanal des pièces que nous n’avons pas la place d’exposer à Paris” », L’Écho,‎ (lire en ligne).
  14. « Jack Lang prend la présidence du Frac Nord-Pas-de-Calais », Le Journal des arts,‎ (lire en ligne).
  15. « David Brusselle, nouveau directeur général de la CCI de région Nord-de-France », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  16. Fonds régional d’art contemporain du Nord-Pas-de-Calais, Le futur commence ici, , 54 p., p. 49.
  17. « La FNAGP a dévoilé ses aides à la production », Le Quotidien de l’art,‎ .
  18. Martine Roberton, « Katia Baudin nommée directrice des musées d’art de Krefeld en Allemagne », Connaissance des arts,‎ (lire en ligne).
  19. Michel Feltin, Philippe Bidalon, Sarah Brethes, Mikaël Guedj, Pierre-Yves Lautrou et Sarah Sissmann, « Les 50 qui font bouger Dunkerque », L’Express,‎ (lire en ligne).
  20. « Mort de l’historienne d’art Dominique Boudou », Libération,‎ (lire en ligne).
  21. Emmanuelle Jardonnet, « Harcèlement et parachutage : le cas d’une directrice de FRAC crée le malaise », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  22. Élodie de Dreux-Brézé, « Les projets de Keren Detton pour le FRAC Nord-Pas-de-Calais », Connaissance des arts,‎ (lire en ligne).
  23. a et b Alexis Constant, « Du rififi sous le dôme du fonds régional d’art contemporain », La Voix du Nord,‎ , p. 3.
  24. « Dunkerque : du rififi au fonds régional d’art contemporain », Nord-Éclair,‎ (lire en ligne).
  25. Emmanuelle Jardonnet, « Harcèlement et parachutage : le cas d’une directrice de FRAC crée le malaise », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  26. Florian Gaité, « Échos : l’ex-directrice contestée du Frac Nord-Pas-de-Calais nommée à la tête de l’ENSA de Bourges ? », Paris Art,‎ (lire en ligne).
  27. Délégation à l’Information et à la Communication, « Nomination à la direction de l’École nationale supérieure d’art de Bourges », Ministère de la Culture et de la Communication,‎ (lire en ligne).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]