Fófi Gennimatá

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fófi Gennimatá
(el) Φώφη Γεννηματά
Illustration.
Fófi Yennimatá en 2015
Fonctions
Présidente du Mouvement socialiste panhellénique
En fonction depuis le
(4 ans, 1 mois et 3 jours)
Prédécesseur Evángelos Venizélos
Députée grecque
En fonction depuis le
(4 ans, 5 mois et 22 jours)
Élection
Réélection
Circonscription Athènes B
Législature XVIe, XVIIe

(13 jours)
Élection
Circonscription Nationale
Législature XIVe

(2 ans, 8 mois et 22 jours)
Élection
Circonscription Athènes A
Législature Xe
Biographie
Nom de naissance Fotiní Georgíou Gennimatá
Date de naissance (54 ans)
Lieu de naissance Athènes (Grèce)
Nationalité Grecque
Parti politique PASOK
Père Geórgios Gennimatás

Fófi Gennimatá (en grec moderne : Φώφη Γεννηματά, prononcé ['fɔfi ʝɛnnima'ta]), née Fotiní Georgíou Gennimatá (Φωτεινή Γεωργίου Γενηματά) le à Athènes, est une femme politique grecque membre et présidente du Mouvement socialiste panhellénique (PASOK).

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Fotiní Georgíou Gennimatá, dite Fófi Gennimatá, naît le à Athènes, dans le quartier d'Ambelókipi[1],[2]. Elle est la fille de Geórgios Gennimatás, premier héritier désigné d'Andréas Papandréou.

De nombreux mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Élue députée de la première circonscription d'Athènes au Parlement lors des élections législatives du , elle démissionne le pour devenir vice-préfète de la région Athènes-Le Pirée. Elle démissionne de ses fonctions afin de postuler aux élections législatives anticipées du , mais sa candidature est invalidée par la justice.

Après le scrutin anticipée de , elle devient vice-ministre de la Santé et de la Solidarité sociale du gouvernement de Giórgos Papandréou, sous l'autorité de Marilíza Xenogiannakopoúlou. À partir du , elle est vice-ministre de l'Éducation, adjointe d'Ánna Diamantopoúlou.

Elle est désignée vice-ministre de l'Intérieur auprès de l'indépendant Anastasios Giannitsis le , deux jours après la formation du gouvernement de grande coalition de Loukás Papadímos. Elle démissionne en , deux mois avant les législatives anticipées, pour prendre le poste de porte-parole du PASOK.

Elle est alors élue députée sur la liste nationale, mais échoue à conserver son mandat lors de la répétition des élections le . Quand le conservateur Antónis Samarás intègre le Mouvement socialiste à sa majorité en , elle est choisie pour exercer les fonctions de vice-ministre de la Défense nationale, sous l'autorité de Dimítris Avramópoulos.

Présidente du PASOK[modifier | modifier le code]

Aux élections anticipées du , elle fait son retour au Parlement comme députée de la deuxième circonscription d'Athènes.

Élue cinq mois plus tard présidente du Mouvement socialiste panhellénique, où elle succède à Evángelos Venizélos, elle contribue à mettre sur pied la Coalition démocratique (DISY) unissant le PASOK et la Gauche démocrate (DIMAR) dans la perspective du scrutin anticipée du . Avec 6,3 % des voix et 17 députés sur 300, la DISY réalise un score en légère hausse par rapport aux résultats précédents du PASOK et de la DIMAR.

Elle indique en son intention de fonder un nouveau parti unique du centre gauche grec, une initiative à laquelle se joint notamment le parti La Rivière. Des primaires sont organisées pour choisir le futur chef du parti le . Gennimatá remporte 86 330 voix, soit 41,2 % des suffrages, devant le député européen du PASOK Níkos Androulákis. Au second tour une semaine plus tard, elle s'impose avec 56,8 % et 87 320 bulletins en sa faveur. Elle lance le le Mouvement pour le changement (KINAL), officiellement fondé en .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (el) « Βιογραφικά Στοιχεία, Βουλευτές, Φωτεινή Γεωργίου Γενηματά », sur hellenicparliament.gr (consulté le 25 août 2015)
  2. (el) « Βιογραφικό », sur fofigennimata.gr (consulté le 25 août 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]