Fête de la rose de Frangy-en-Bresse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Arnaud Montebourg lors de sa déclaration de candidature à la primaire présidentielle socialiste de 2011, le à Frangy.

La Fête de la rose de Frangy-en-Bresse est un rassemblement politique annuel organisé à la fin août à Frangy-en-Bresse (Saône-et-Loire) par la représentation locale du Parti socialiste.

Contrairement à ce qu'ont affirmé les médias au moment de la « fête de la Violette »[1], la fête de la Rose n'est pas un événement spécifique à Frangy mais est organisé dans une grande majorité de départements français par les fédérations socialistes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Elle est fondée par Pierre Joxe après son élection comme député de la circonscription en 1973. Organisée une semaine avant l'Université d'été du PS, elle connaît une petite audience après 1981 et l'entrée au gouvernement de Pierre Joxe. Un temps délaissée, elle connaît de nouveau une forte audience après la médiatisation d'Arnaud Montebourg, député de la circonscription de 1997 à 2012 puis ministre. La fête propose des attractions de kermesse et de jeu, des discours politiques et un repas (le plat de saucisses et lentilles initial est remplacé par du poulet de Bresse). Chaque édition a un invité d'honneur : François Hollande, alors premier secrétaire du PS est invité en 1998. Ségolène Royal (en 2006), Bertrand Delanoë, Jack Lang, Pierre Moscovici, Benoît Hamon auront cet honneur tout comme la ministre de la Santé Marisol Touraine en 2012 et le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone en 2013[2].

En 2014, Benoît Hamon est l'invité d'Arnaud Montebourg. Ce dernier critique la politique économique de François Hollande, ce qui conduit Manuel Valls à exiger le départ du gouvernement de Montebourg, mais aussi de Hamon.

En 2015, l'invité est Yánis Varoufákis[3], ancien ministre des finances de la Grèce, connu pour ses positions tranchées pendant la crise de la dette publique grecque, notamment son refus de l'austérité et son opposition à un troisième plan d'aide de la Troïka.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]