Février 2008 en Afrique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chronologies
Années :
2005 2006 2007  2008  2009 2010 2011
Décennies :
1970 1980 1990  2000  2010 2020 2030
Siècles :
XXe siècle  XXIe siècle  XXIIe siècle
Millénaires :
IIe millénaire  IIIe millénaire  IVe millénaire
Années du thème Afrique
Années :
2005 2006 2007  2008  2009 2010 2011

Chronologie mensuelle du thème Afrique :

Jan - Fév - Mar - Avr - Mai - Juin
Juil - Aoû - Sep - Oct - Nov - Déc
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Aéronautique Architecture Arts plastiques Astronautique Astronomie Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Disney Droit Échecs Économie Élections Fantasy Football Informatique Jeu Jeu vidéo Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Philosophie Radio Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Télévision TerrorismeThéâtre
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Musulman · Persan · Républicain

Kenya[modifier | modifier le code]

Kenya : L’ancien secrétaire général des Nations unies Kofi Annan a réussi à réunir autour des négociations les partisans du président sortant Mwai Kibaki et de l’opposant Raila Odinga., alors que les violences se réduisent dans le pays[1].

Tchad[modifier | modifier le code]

Des rebelles, partis le 28 janvier du Soudan, ont tenté de renverser militairement le président Idriss Déby lors d’un assaut dans la capitale Ndjamena les 2 et 3 février. Trois mouvements ont participé à la tentative de coup d’État : l’Union des forces pour la démocratie et le développement (UFDD) du général Mahamat Nouri, le Rassemblement des forces pour le changement fondé par Timane et Tom Erdimi, neveux du président Idriss Déby, et l’UFDD-Fondamentale dirigée par Abdelwahid Aboud Makaye[2]. Après deux jours de combats dans la capitale, les forces armées ont réussi à prendre le dessus et les rebelles ont quitté Ndjamena pour faire route vers le sud-est.

La France a une nouvelle fois apportée son soutien logistique et politique au président Idriss Déby. Elle a proposé le 4 février au Conseil de sécurité des Nations unies une déclaration qui a été adoptée, permettant une intervention militaire directe[3]. Laurent Teisseire, porte-parole du ministère de la Défense, a indiqué le 14 février que l’armée française avait «acheminé des munitions destinées aux forces tchadiennes »[4]. Les rebelles tchadiens, qui accuse la France de soutenir « le régime dictatorial de Déby », ont appelé le 11 février les pays européens a ne pas participé à la mission de l’Eufor, mission de l’Union européenne qui se déploie à la frontière tchado-soudanaise[5].

Le président tanzanien Jakaya Kikwete qui préside l’Union africaine a annoncé que l’organisation panafricaine ne reconnaîtrait pas les rebelles s’ils arrivaient à prendre le pouvoir[6].

Le régime a profité de cette tentative de coup d’État pour arrêter le 3 février des opposants politiques : l’ancien chef d’État Lol Mahamat Choua, Ngarlejy Yorongar, Ibni Oumar Mahamat Saleh et Wadel Abdelkader Kamougué. Selon Amnesty International, des militants des droits de l’homme ont dû fuir le pays[7]. Le président tchadien a dans un premier temps niait toute implication de la police tchadienne qui a pourtant « retrouver vivant » l’ancien président dans une prison militaire. La Fédération internationale des droits de l'homme tout comme les ministres des affaires étrangères des pays de l’Union européenne ont exigé la libération des opposants[8]. Le 21 février, Ahmad Allam-Mi, ministre tchadien des affaires étrangères, a déclaré que le gouvernement considéré Lol Mahamat Choua comme un prisonnier de guerre, lui reprochant d’avoir été en contact avec des rebelles[9].

Le président tchadien a décrété l'état d'urgence sur tout le territoire à compter du 15 février, instaurant un couvre-feu entre minuit et 6 heures, autorisant les perquisitions à domicile et le contrôle de la presse publique et privée[10].

Carte du Burkina Faso

Burkina Faso[modifier | modifier le code]

Pour protester contre l’augmentation des prix des denrées de premières nécessités, des manifestations ont été organisées dans plusieurs villes du pays, Bobo-Dioulasso, Banfora et Ouahigouya le 20 février. Les manifestations à Bobo-Dioulasso, deuxième ville du pays, ont dégénéré en violence et vandalisme : destruction de voies publiques, saccages de stations services. Plusieurs manifestants et des agents des forces de l’ordre ont été blessés. La police a procédé à l’arrestation de plus d’une centaine de personnes[11].

Mozambique[modifier | modifier le code]

Le 5 février, des manifestations à Maputo contre la hausse de 25 % des tarifs des transports publics ont été réprimées par la police. Un bilan officiel fait état de trois morts et 70 blessés[12].

Zimbabwe[modifier | modifier le code]

L’ancien ministre des Finances Simba Makoni a annoncé le 5 février sa candidature à l’élection présidentielle[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir les références dans l’article Violences post-électorales au Kenya en 2007-2008
  2. Le front fragile des rebelles, Libération (France), 6 février 2008
  3. Paris affichhe son soutien à Déby, Libération (France), 6 février 2008
  4. La France a acheminé des munitions à l'armée tchadienne pendant l'offensive, Afp, 14 février 2008
  5. Les rebelles tchadiens dénoncent la force européenne, Reuters, 11 février 2008
  6. L'Union africaine annonce qu'elle ne reconnaîtra pas les rebelles tchadiens, Associated Press, 2 février 2008
  7. Le pouvoir d’Idriss Déby règle ses comptes à N’Djamena, Libération (France), 7 février 2008
  8. Tchad : la FIDH exige des informations sur les disparitions des opposants politiques, Afrik.com, 18 février 2008
  9. L'opposant Lol Mahamat Choua est un "prisonnier de guerre", afp, 22 février 2008
  10. Le président Deby décrète l'état d'urgence sur tout le territoire, Afp, 14 février 2008
  11. La grogne contre la vie chère s'étend, Afp, 21 février 2008
  12. Libération (France), 7 février 2008
  13. Libération (France), 6 février 2008