Félix de Villebois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villebois (homonymie).
Félix de Villebois
Fonctions
Conseiller général de la Mayenne
-
Maire
Grez-en-Bouère
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Famille
Famille de Villebois (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Autres informations
Parti politique

Félix, comte de Villebois (né le 29 janvier 1789 à Angers et décédé le 24 octobre 1872 au château du Plessis-Greffier en Huillé (Maine-et-Loire)) était un homme politique et un écrivain français. Il est le grand-père de Georges de Villebois-Mareuil.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Les premières origines documenté de la famille de Villebois-Mareuil commence avec Guillaume I de Mareuil en 1099 quand il offre une église à la commune de Boussac. La famille est réputée issue des barons de Mareuil princes de Villebois (dont Hugues de Mareuil, distingué par le roi Philippe-Auguste sur le champ de bataille de Bouvines en 1214). Donc être originaire du Périgord, puis s'être implantée en Mayenne1 avec Félix de Villebois, le fils de Pierre-Marie-Maurille de Villebois et de Pauline Leroy de La Potherie. Il épousa Sophie Foucault de Vauguyon en 1819, qui lui porta en mariage le château et la terre de la Guenaudière en Grez-en-Bouère.

La famille sera aussi connue pour son engagement dans la Ligue durant les guerres de religion2. Noblesse d'épée, elle s'est établie en Anjou au milieu du XVIIe siècle, occupant des offices de robe et militaires.

Carrière[modifier | modifier le code]

Devenu maire de Grez-en-Bouère et conseiller municipal de Laval, il fut nommé par ordonnance royale du 2 août 1826, membre du conseil général de la Mayenne, fonctions qu'il abdiqua pour ne pas prêter le serment au gouvernement de juillet. Rentré dans la vie privée, il meurt en 1872 laissant un grand nombre d'ouvrages et d'opuscules.

Publications[modifier | modifier le code]

  • La Mère chrétienne, élégie vendéenne, suivie de quelques poésies, Paris, Didot, 1825, 2e édition, in-8 de 21 p., vendue au bénéfice des Chouans infirmes ou blessés ;
  • La Matrone et les deux Jeunes Filles chronique, Paris, in-8, 1825 ;
  • Souvenirs de la station de 1839, Angers, in-8 de 15 p. ;
  • Pétition du Maine-et-Loire pour la convocation d'une assemblée spéciale, Angers, 1839, 16 p., in-8 ;
  • Programme de la Droite : Liberté d'enseignement, décentralisation, soulagement des classes souffrantes, Angers, 1849, in-8 de 22 p. ;
  • Poésies de l'auteur de la Chronique : La Madone et les deux jeunes Filles, Angers, 1851, 32 p, in-8 ;
  • Pétition à M. le préfet du Maine-et-Loire, relative au niveau du Loir, Angers, 1855, in-fol., 4 p. ;
  • Réclamation contre la surélévation du niveau d'eau du Loir, Angers, 1855, in-4 ;
  • Réponse au rapport de l'ingénieur de la navigation sur le niveau du Loir, Angers, 1856, 4 p., in-fol. ;
  • Notice historique sur le chemin de fer d'Angers au Mans, Angers, 1856, 8 p., in-8 ;
  • Résumé de la discussion sur le double tracé du chemin de fer d'Angers au Mans, 1857, in-8, 8 p. ;
  • La Question romaine, Angers, 1860, 16 p. in-folio.

Source[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]