Félix de Azúa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Félix de Azúa
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique
Genres artistiques
Influencé par
Distinctions
Prix Herralde (en) ()
Prix César González-Ruano (d) ()
Prix Francisco Cerecedo (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Félix de Azúa (né le à Barcelone) est un professeur d'esthétique et de philosophie, poète, romancier, essayiste et traducteur espagnol, dont l'œuvre est écrite en castillan.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il dénonce avec férocité les mensonges du monde dans lequel nous vivons : « Mieux vaut faire attention à ce que l'on trouve, et non pas à ce que l'on cherche. »

Félix de Azúa a été directeur de l'Institut Cervantes à Paris. Avec Eduardo Mendoza, Manuel Vázquez Montalbán, José Angel Valente, Antonio Gamoneda, Pere Gimferrer, Julian Rios, et d'autres, Félix de Azúa fait partie de cette génération d'écrivains qui redonnèrent vie à la l'Espagne démocratique.

Il fait partie, avec d'autres intellectuels espagnols des années 1960, de la Gauche divine.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Poésie
Nouvelles
Roman en français
  • L'heure du choix, Paris, Le Seuil, 2004, 343 pages, traduit de l'espagnol par Eric Beaumatin.
  • Quelques questions de trop, roman, Le Seuil, 1995, 202 pages, traduit de l'espagnol par Eric Beaumatin.
  • Histoire d'un idiot racontée par lui-même, Paris, Le Seuil, 1986 (Historia de un idiota contada por él mismo) traduit de l'espagnol par Eric Beaumatin.
  • Journal d'un homme humilié (Diario de un hombre humillado), Paris, Le Seuil, 1987, 358 pages, traduit de l'espagnol par Eric Beaumatin.
  • Hautes Trahisons, Paris, Seuil, 1995, 228 pages, traduit de l'espagnol par Eric Beaumatin.

Lien externe[modifier | modifier le code]