Félix Vialart de Herse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Félix Vialart de Herse
Biographie
Naissance
Paris
Décès
Chalons-en-Champagne
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
Évêque-Comte de Chalons
Autres fonctions
Fonction religieuse
Abbé de La Celle et de Pibrac.
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Félix Vialart de Herse (né à Paris le - à Châlons-en-Champagne le ) est un ecclésiastique, qui fut évêque de Châlons de 1642 à 1680.

Biographie[modifier | modifier le code]

Félix Vialart de Herse est le fils de Michel Vialart de Herse, président du Parlement de Paris et ambassadeur auprès de la Confédération des XIII cantons et de Charlotte de Ligny. Il est le neveu de Charles Vialart de Saint-Paul, supérieur-général de l'Ordre des Feuillants[1].

Destiné à l'Église, il est pourvu en commende de l'abbaye de La Celle et de l'abbaye de Pibrac. Désigné comme évêque de Châlons en 1640, confirmé le 26 mai 1642 et consacré à Paris dans l'église du couvent des Feuillants en juillet par Léonore d'Estampes de Valençay, évêque de Chartres en même temps que son oncle Charles Vialart de Saint-Paul comme évêque d'Avranches. Il assiste à l'Assemblée du clergé de 1645, fonde dans son diocèse un séminaire en 1646 et réunit un synode en 1648. Il est présent lors du sacre de Louis XIV en 1654.

Il laisse une grande réputation de vertu, bien qu'il soit qualifié de « Gallican entêté et de janséniste perfide »[2]. Lorsqu'il meurt dans son séminaire de Châlons le 11 juin 1680 il s'est mis en total accord avec le Saint-Siège à l'occasion de la publication du « formulaire » de 1680 sur le Gallicanisme du pape Alexandre VIII[3]. Sa biographie est publiée à Cologne en 1738 par Claude-Pierre Goujet.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Correspondance de Bossuet, éd. augmentée de lettres inédites et publiées avec des notes et des appendices sous le patronage de l'Académie française, par Ch. Urbain et E. Levesque - Tome deuxième, p. 241 note no 5.
  2. Armand Jean, Les évêques et les archevêques de France depuis 1682 jusqu'à 1801, Paris et Mamers, « Évêques de Chalons » p. 318.
  3. R.P. Richard et Giraud, Bibliothèque sacrée ou Dictionnaire universel, historique, dogmatique, canonique, géographique et chronologique des sciences ecclésiastiques, Paris, 1828, tome XXVVIII, p. 228.

Bibliographie[modifier | modifier le code]