Félix Robert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Robert.
Félix Robert
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 53 ans)
MarseilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Jean Cazenabe, dit Félix Robert, né le à Meilhan (France, département des Landes) et mort le à Marseille (France, département des Bouches-du-Rhône), est le premier matador français à avoir réalisé une vraie carrière.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Cazenabe naît le à Meilhan, près de Tartas, dans les Landes. Il fait ses débuts dans la course landaise jusqu'en 1891, année où il s'oriente vers la course hispano-landaise. Après une tournée aux États-Unis, il s'inscrit dans une école de tauromachie de Séville qui lui délivre un « diplôme de matador français ».

Il prend l'alternative le 18 novembre 1894 à Valence (Espagne), face à des toros de la ganadería Conradi. Il semble être le premier matador français à avoir ainsi pris une alternative espagnole. Il est également le premier français à confirmer son alternative à Madrid, en 1895. À cette occasion, orthodoxie oblige, il est obligé de couper ses célèbres moustaches.

La même année 1894, face à l'interdiction préfectorale relative à la loi Grammont, la ville de Dax maintient sa corrida. Les forces de l'ordre interviennent et le désordre s'installe. En intervenant sur la piste, le toro se fait un devoir de déloger le clairvoyant commissaire de police. Effrayé, l'intrus, le « diable » aux fesses, laisse échapper le toro. Semant l'effroi et la terreur, le toro, traversant le parc, poursuit son chemin en direction de la fontaine et Félix Robert réussit à le rattraper et à le tuer dans une rue dont le nom (rue du Toro) commémore l'incident.

En 1895 à Barcelone, le taureau navarrais de la ganadería de Ripamilan, entre en piste et... saute dans les gradins, mais fort heureusement ne blesse personne. Alors qu’il est immobilisé par la cuadrilla, la garde civile l'abat tout en tuant un employé des arènes.

Félix Robert torée en France, en Espagne, et même au Mexique à partir de 1897. Dans ce dernier pays, il épouse Trinidad Ochoa, fille d'un banquier et parlementaire, organise près de la frontière des parodies de corrida pour la clientèle yanki, fait combattre des toros contre des ours et amasse un pactole. La révolution zapatiste le chasse du Mexique. Il dirige alors un cirque de cent chevaux, aux États-Unis, dans l’Utah. Il possède aussi une écurie de courses de chevaux, et Dale Pierce le cite comme une des soixante personnalités de l'Ouest américain, aux côtés de Billy the Kid, Butch Cassidy, Geronimo et Kit Carson.

Il revient en France et s'établit à Marseille en 1913. Il tentera en vain de doter la ville d'arènes. Il y meurt le et est enterré au cimetière Saint-Pierre.

Carrière[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]