Félix De Vigne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Félix De Vigne
Image dans Infobox.
Félix de Vigne, par Lievin De Winne
Naissance
Décès
Nom de naissance
Félix de Vigne
Nationalité
Activité
Maître
Ignace de Vigne
Joseph Paelinck
Élève
Lieu de travail
Enfants
Edmond De Vigne
Élodie de Vigne (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Chevalier de l'Ordre de Léopold
signature de Félix De Vigne
signature

Félix De Vigne (né le à Gand le et mort dans la même ville le ) est un peintre d'histoire, de sujets religieux dans le style troubadour, de scènes de genre et de portraits belge. Il est également archéologue, graveur, historien et critique d'art.

Biographie[modifier | modifier le code]

Félix De Vigne est né rue Basse de l'Escaut à Gand, le [N 1]. Il est le fils de Marie Adrienne Van Troostenberghe (1759-1859) et du peintre décorateur gantois Ignace de Vigne (1767-1840), dont il devient l'élève à l'académie des beaux-arts de Gand, avant d'être, en 1826, celui de Joseph Paelinck, dans la même institution. Au salon de Gand de 1826, il remporte la médaille d'or en dessin. Il expose au Salon de Bruxelles de 1830 un Portrait d'homme[1].

Professeur à l'académie de sa ville natale, il a notamment comme élèves Lievin De Winne et Jules Breton. Ce dernier épouse sa fille Élodie. Félix De Vigne, époux depuis 1835 de Virginie Avé, est le père de l'architecte Edmond De Vigne. Il est également le frère d'Édouard De Vigne (1808-1866), peintre de paysages et graveur et de Pierre De Vigne (1812-1877), sculpteur. Ce dernier est le père du sculpteur Paul De Vigne[2].

Professeur de dessin à l'académie de Gand et à l'athénée royal de la même ville, Félix De Vigne est directeur de la Société royale des Beaux-Arts et des Lettres de Gand et membre de plusieurs autres sociétés savantes, dont l'académie d'Amsterdam. Dès sa jeunesse, il participe à des fouilles archéologiques concernant les premiers béguinages de Gand, dont il met à jour des peintures murales datant du XIIIe siècle en 1826[3].Concomitamment à sa carrière artistique, Félix De Vigne publie plusieurs ouvrages consacrés au Moyen Âge dans les Flandres. Il est lauréat au concours de lettres de l'académie en 1840.

Il meurt, à l'âge de 56 ans, en son domicile à Gand, rue de l'Empereur Charles, le [N 2].

Œuvres picturales[modifier | modifier le code]

Son champ artistique couvre des portraits, les scènes de genre et les scènes historiques, ayant souvent pour cadre la ville de Gand. Un article de F. Rens affirme : « Dans beaucoup de ses compositions, De Vigne nous introduit en imagination dans le Moyen Âge, et y fait preuve d'une connaissance approfondie des usages, de la vie et des costumes de cette époque. [...] Depuis cette époque [1843], le talent de De Vigne acquit une remarquable maturité. Il se reforma lui-même comme peintre, par une étude plus directe de la nature, et, tout-à-coup, se révélèrent en lui des qualités inattendues[4]. »

Parmi ses œuvres figurent[2] :

  • 1829 : Portrait d'une dame élégante avec un journal ;
  • 1830 : Les amours d'Abrocome et de la belle Anthia, exposé à Bruxelles, conservé aux Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique ;
  • 1832 : Autoportrait, exposé au salon de Gand ;
  • 1833 : Portrait de Gioacchino Rossini ;
  • 1835 : Marie de Bourgogne demandant, en 1476, à la tête de ses corporations, la grâce de ses ministres Hugonet et Himbercourt ;
  • 1835 : Philippe Van Artevelde communiquant au peuple les conditions humiliantes présentées par le comte de Flandre, Louis de Male ;
  • 1835 : Charles-Quint à Paris en 1539 ;
Une halle aux viandes ;
Espièglerie d'enfants, exposé à Haarlem ;
Le choix d'une dinanderie ;
Vaches à l'abreuvoir ;
Portrait présumé de Euphrosine Joséphine Beernaert ;
Dimanche matin en hiver, conservé aux Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique ;
Le songe de Saint Hubert ;
  • 1843 : Le mangeur de palourdes ;
  • 1845 : Scènes de la vie des saints Bavon, Macaire et Liévin, triptyque conservé au palais de l'Évêché de Gand ;
  • 1852 : Les King Charles ;
  • 1857 : L'Armurier ;
  • 1862 : Un baptême dans les Flandres au XVIIIe siècle ;
  • 1862 : Une foire franche à Gand, au Moyen Âge ;
  • 1862 : Prière avant la récolte du houblon.

Galerie[modifier | modifier le code]

Œuvres littéraires et illustrées[modifier | modifier le code]

  • 1838 : Lucien de Rosny et Félix De Vigne (auteur des gravures), Histoire de Lille, capitale de la Flandre française, depuis son origine jusqu'en 1830, Paris, Téchener, , 324 p. ;
  • 1844 : Félix De Vigne, Recherches sur les costumes civils et militaires des Gildes et des Corporations de métiers : Leurs drapeaux, leurs armes, leurs blasons, Gand, F. et E. Gyselynck, , 82 p. ;
  • 1847 : Félix De Vigne, Vade-mecum du peintre : Recueil de costumes du Moyen Âge pour servir à l'histoire de la Belgique et pays circonvoisins, t. 2, Gand, De Busscher Frères, , 49 p. (lire en ligne) ;
  • 1849 : Félix De Vigne et Edmond de Busscher, Album du cortège des Comtes de Flandre, , 205 p. (lire en ligne) ;
  • 1850 : Félix De Vigne, Les principes du dessin d'imitation : développés par Félix De Vigne, Gand, De Busscher Frères, , 24 p. (lire en ligne) ;
  • 1857 : Félix De Vigne, Mœurs et usages des corporations de métiers de la Belgique et du nord de la France : Pour faire suite aux recherches historiques sur les costumes civils et militaires des gildes et des corporations de métiers, Gand, De Busscher Frères, , 145 p. (lire en ligne).

Planches de l'Album du cortège des Comtes de Flandre, 1849.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Son acte de naissance, rédigé en français le 16 mars 1806 précise qu'il est né l'avant-veille, à onze heures et demi du soir, au domicile de ses parents, rue Basse de l'Escaut (page n° 376 de l'année 1806).
  2. Son acte de décès, rédigé en néerlandais le , précise qu'il est mort la veille, à sept heures du soir en son domicile « Keizer Karelstraat ». Les déclarants sont : 1) Petrus De Vigne, 50 ans, sculpteur, frère du défunt et 2) Alexander De Vigne, 48 ans, musicien, frère du défunt (acte n° 3267 de l'année 1862).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Catalogue, Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture, gravure et dessin, exécutés par des artistes vivans, et exposés au Salon de 1830 à Bruxelles, Bruxelles, H. Remy, , 70 p. (lire en ligne), p. 58.
  2. a et b Adolphe Siret, Biographie nationale, t. 1, Bruxelles, Bruylant-Christophe & Cie, , 481 p., p. 376.
  3. Gand : guide historique et topographique de la ville : Avec gravures représentant les principaux monuments, Gand, Librairie générale de Ad.Hoste, , 189 p. (lire en ligne), p. 146.
  4. (nl) F. Rens, « Felix De Vigne », Eendragt,‎ .

Liens externes[modifier | modifier le code]