Félines (Ardèche)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Félines.
Félines
Image illustrative de l'article Félines (Ardèche)
Blason de Félines
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Tournon-sur-Rhône
Canton Sarras
Intercommunalité Annonay Rhône Agglo
Maire
Mandat
Denis Duchamp
2014-2020
Code postal 07340
Code commune 07089
Démographie
Population
municipale
1 533 hab. (2014)
Densité 110 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 19′ 03″ nord, 4° 43′ 45″ est
Altitude Min. 160 m
Max. 705 m
Superficie 14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Félines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Félines

Félines est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de Félines comprend une partie de plateau assez favorable à l'agriculture, mais sur laquelle l'urbanisation s'est récemment étendue autour du bourg et des routes. Mais la commune descend aussi à l'est jusqu'à l'entrée de Serrières avec des coteaux en vignobles, et monte à l'ouest jusqu'au col du Fayet et ses reliefs boisés. De multiples hameaux ou fermes ont toujours abrité au moins 2/3 de la population.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Vinzieux Charnas Rose des vents
N Serrières
O    Félines    E
S
Savas Peaugres

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Félines (en latin Figlinoé, Figulus, Fellinis…) se retrouve ailleurs en France, avec un rapport avec la poterie, qui a sans doute été pratiquée à une époque lointaine. 

Histoire[modifier | modifier le code]

Un habitat existait déjà à l'époque gallo-romaine, comme l'ont prouvé les découvertes de tuiles et de monnaie. Par la suite, le territoire s'est sans doute peuplé progressivement, ou dépeuplé aussi, dans les périodes de peste ou de famine. Trois domaines importants ont été cités historiquement : à Prost, à L'Olme et au Mein, où il reste encore une construction de type château. La population communale est restée longtemps en nombre relativement modeste, autour de 800 habitants au XIXe siècle et de 500 au XXe siècle. Par contre, depuis 1968, elle a triplé pour dépasser actuellement les 1500 habitants. Ce changement d'échelle a fait rapidement évoluer la commune avec par exemple la création d'associations diverses (une vingtaine en 2015).

Le renforcement du centre bourg

Progressivement, les services publics et associatifs ont été regroupés au centre du village : église, mairie, salle des associations, et, dans l'ancienne école, bibliothèque, batterie fanfare et AFR. Les commerces se sont rassemblés à côté, autour du carrefour principal : café, tabac presse, boulangerie épicerie, coiffure. La Poste a rejoint la mairie comme bureau postal. Plusieurs entreprises occupent aussi la zone industrielle du Flacher. La zone vient aussi d'accueillir un grand complexe de salles polyvalentes en partage avec Peaugres : L'Entre-Deux.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1992 en cours
(au 24 avril 2014)
Denis Duchamp[1] PS Fonctionnaire
Conseiller général du canton de Serrières (2001-2015)
Conseiller départemental du canton de Sarras (depuis 2015)

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 533 habitants, en augmentation de 3,93 % par rapport à 2009 (Ardèche : 2,73 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
703 730 625 821 829 861 832 825 851
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
835 856 819 765 831 801 792 740 694
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
622 585 538 506 510 515 505 506 518
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
482 524 616 714 876 1 106 1 436 1 493 1 533
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

La population communale est restée longtemps en nombre relativement modeste, autour de 800 habitants au XIXe siècle et de 500 au XXe siècle. Par contre, depuis 1968, elle a triplé pour dépasser les 1500 habitants.

Population et société[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • fin avril: Vogue de la St-Georges
  • en juillet: festival Pic-nic et Chansons (organisation Arcanson)
  • en septembre: Temps fort des Arts de la Rue

Une vogue mieux organisée

Aperçu du "tir à la seille", en 2015.

Il y a quelques décennies, les bals des vogues commençaient à connaitre de sérieux problèmes de bagarres et de consommation d'alcool. A Félines, la municipalité s'est donc efforcée de résoudre ces problèmes pour pouvoir maintenir cet événement traditionnel et local. Les conscrits fonctionnent maintenant en association, avec les deux classes réunies. Les plus anciens conseillent ainsi les jeunes. Les parents sont aussi associés à l'organisation. Des bilans sont faits après l'événement. La vogue de la St-Georges, fin avril, a adopté ainsi un fonctionnement qui apparait satisfaisant. Le vendredi, c'est un karaoké avec un repas ouvert à la population. Le samedi, un bal ouvert à tous. Le dimanche, le tir "à la seille", (au baquet).

Associations[modifier | modifier le code]

Une vingtaine d'associations

Une vingtaine d'associations étaient présentes sur la commune en 2015.

  • Certaines sont traditionnelles et rassemblent conscrits, parents d'élèves, chasseurs, boulistes, anciens combattants, seniors…
  • Parmi les clubs sportifs, le club de foot (Football Club Félines St-Cyr Peaugres) s'est rendu célèbre dans les années 1980-2000 avec la réussite de ses équipes féminines. Il a fêté ses 50 ans en 2014 et a atteint les 200 licenciés.
  • En pratique plus originale, on peut citer les Ardriders, qui regroupent une cinquantaine de vététistes provenant d'un vaste secteur.
  • Arcanson organise des événements musicaux.
  • Le Comité des Fêtes organise plusieurs événements et a encadré en 2014 une fête interquartiers ouverte aussi à Vinzieux.
  • Une Association des Familles Rurales, en partenariat avec Charnas et Vinzieux, propose plusieurs activités hebdomadaires, mais aussi un centre de loisirs en juillet.
  • Des Félinois participent aussi en intercommunalité aux activités petite enfance et jeunesse, et à l'école départementale de musique.

La batterie fanfare

Félines a réussi à conserver une batterie fanfare. Ces ensembles assurent une ambiance musicale lors des cérémonies officielles et des fêtes. Félines a eu une première fanfare, l'Echo félinois, de 1930 aux années 1960. Un ensemble a pu se reconstituer à partir de 1979. Elle est devenue la Batterie Fanfare du Plateau, en partenariat avec Charnas et avec des participants de Vinzieux. Elle compte actuellement une vingtaine de musiciens …et musiciennes, dont pas mal de jeunes et pas moins de 12 féminines. Elle se regroupe volontiers avec celle de St-Alban d'Ay. Ses répétitions se font avec un enseignant de l'École Départementale de Musique, dans un local attitré sur la place de Félines.

Enfance et jeunesse en intercommunalité[modifier | modifier le code]

Un village de plus en plus étalé.

Sur le plateau de Félines, le secteur Enfance et Jeunesse est géré au sein d'un syndicat intercommunal qui regroupe six communes: Bogy, Charnas, Colombier le Cardinal, Félines, Peaugres et Vinzieux. Deux associations se sont spécialisées pour encadrer les diverses structures. L'Association de Gestion Intercommunale Petite Enfance (Agipe) rassemble 90 familles et gère la crèche multiaccueil L'îlot câlin de 25 places, le Relais d'assistantes maternelles "Les P'tits Câlins", et L'îlot parents pour des rencontres entre adultes.

Une autre association de parents "Activités Loisirs" gère le centre de loisirs "L'île au Soleil", qui rassemble plus de 150 familles et environ 300 enfants. Les 3 à 10 ans ont des activités organisées les mercredis et pendant les vacances scolaires. Les 11-13 ans organisent plus librement leurs programmes dans des salles communales. Les 14-17 ans ont aussi des locaux mais participent plus facilement à des camps. Enfin "L'île des parents" propose des occasions de rencontre[1].

L'Entre Deux: un grand complexe intercommunal[modifier | modifier le code]

En partenariat avec la commune voisine de Peaugres.

Les deux communes de Peaugres et Félines avaient toutes deux besoin de salles plus grandes ou plus pratiques. Les deux communes se sont donc associées pour construire un ensemble moderne composé en fait de plusieurs locaux.

Une salle sert de dojo pour les activités de type judo. Une salle de réception de 400 m2 reçoit les fêtes et peut être louée.

La plus grande salle permet d'accueillir des activités physiques ou de grands événements. Il s'agit en fait d'un abri de grande taille, non chauffé et au sol goudronné. La pratique du sport y est possible, mais elle n'est pas homologuée pour des compétitions.

Un grand terrain extérieur complète l'ensemble.

Un emploi communal à mi-temps a été ouvert pour gérer le site[1].

Entreprises[modifier | modifier le code]

La zone du Flacher.

Une trentaine d'entreprises sont installées sur la zone d'activités qui se situe à cheval sur Félines (ZA Le Flacher) et Peaugres (ZA La Boissonnette). Ces entreprises totalisent plus de 500 salariés. Trois d'entre elles en comptent autour de la centaine: Euronat Ekibio (agroalimentaire), Les Fermiers de l'Ardèche (volailles), Plastic Omnium (pièces automobiles). Avec une cinquantaine de salariés, la chaudronnerie CTR. Avec une trentaine, Façonnage Alain et Krannich Solar[6] (photovoltaïque). Avec une dizaine de salariés chacune: l'imprimerie Alpha, la menuiserie Bellevègue, l'agroalimentaire Crousti-Sud, la tuyauterie FPS, l'aérothermiste Steam, le chauffagiste Grange et fils, la chaudronnerie Guion, la découpe laser Sadela.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château du Mein

Des aménagements d'époques diverses.

Le château du Mein se remarque de loin avec son crépi blanc, dans la plaine agricole qui fait face à Vinzieux. On remarque notamment ses quatre jolies tours de type médiéval qui entourent le principal bâtiment d'habitation. Mais le site comprend aussi d'autres bâtiments, à usage d'entrepôt agricole, qui achèvent d'encadrer une cour intérieure dotée d'une fontaine. Le site du Mein a donc été sans doute d'abord un domaine agricole important, peut-être fortifié. La première mention écrite date de 1398, et un premier manoir aurait été construit en 1490. On sait ensuite qu'il a été la propriété d'une lignée d'aristocrates: les familles d'Arnoult au XVe siècle, d'Angerès au XVIe, de Moreton au XVIIe siècle. Les bâtiments actuels pourraient être le résultat d'une reconstruction après un incendie en 1538, ou à une date plus proche. Les quatre tours d'angles pourvues de créneaux sont aussi de date indéterminée, la dernière pourrait dater des années 1840.

Après la Révolution, le domaine a été vendu à la famille Giraud d'Annonay. Dans la première moitié du XXe siècle, Paul Giraud y a résidé longtemps. Il a été conseiller municipal de Félines de 1908 à 1945 et maire de 1921 à 1925. C'est un de ses héritiers, Christian Denoyel, qui habite le site en 2015.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Félines

Les armes de Félines se blasonnent ainsi :
De sinople au chevron losangé d'argent et de sinople.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Edition municipale: "Félines, village d'Ardèche 1900-2000", 2000.
  • articles de François Bassaget dans le Dauphiné Libéré du 17 août 2015.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Liste des maires du département de l'Ardèche » [PDF], sur le site de la préfecture de l'Ardèche, (consulté le 30 juillet 2015).
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. « Votre spécialiste du photovoltaïque en France ! | Krannich Solar », sur fr.krannich-solar.com (consulté le 3 août 2017)